Biais de financement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le biais de financement désigne en science le fait que les résultats des recherches ont tendance à être plus favorables au financeur direct ou indirect.

Ce biais a été mis en évidence dans de nombreux domaines, où des industries ont un intérêt fort (pour des raisons de régulation) à ce que les résultats aillent plutôt dans son sens : recherche sur les effets du tabac, de la nourriture, des pesticides, des perturbateurs endocriniens, des OGM, recherches dans le secteur biomédical.

Il ne s'agit pas d'un biais unique à proprement parler mais d'un ensemble de biais dont les contours ne sont pas bien identifiés.

Importance du biais[modifier | modifier le code]

Les études financées par l'industrie ont quatre fois plus de chances d'être favorables à l'industrie concernée[1]. L'industrie finance les trois quarts des études publiées dans les principales revues hebdomadaires[1].

Le biais de financement ne concerne pas uniquement les études directement financées par une partie ayant un intérêt dans le résultat de l'étude. Il touche également les études dont un ou plusieurs auteurs ont un conflit d'intérêt sur le sujet[2],[3].

Les conclusions d'une étude scientifique sont particulièrement vulnérables au biais de financement, car plus sujettes à interprétation. Les résultats bruts sont néanmoins soumis à ce biais, mais généralement dans une moindre ampleur[2],[4],[5]. C'est pourquoi les études financées par l'industrie manquent plus souvent de cohérence entre leurs résultats et leurs conclusions[5]. Sur certains sujets, les conclusions d'une étude dépendent autant, sinon plus, du financeur que des données[6],[7].

Le biais de financement concerne tous les types d'études scientifiques : méta-analyses, revues de la littérature, recherches originales, éditoriaux ou lettres à l'éditeur[8].

Mécanismes du biais[modifier | modifier le code]

Le biais de financement peut s'expliquer pour partie par le biais de publication, mais il n'y a pas de raison unique au biais de financement[9],[5].

Biais méthodologiques[modifier | modifier le code]

La méthodologie d'une étude peut être biaisée (volontairement ou non) de manière à influencer le résultat.

Par exemple, une étude visant à évaluer un nouveau médicament pourra le comparer à un placebo plutôt qu'à un concurrent, de manière à augmenter les chances du nouveau médicament d'obtenir un résultat significatif. Tout en se comparant à un médicament existant, moduler à la baisse ou à la hausse la dose du médicament comparé permet soit d'amoindrir les effets du médicament concurrent, soit de renforcer ses effets secondaires[6],[10],[5]. Un tel biais, n'expliquerait au mieux qu'une petite partie du biais de financement observé[11].

De nombreux paramètres, qui n'apparaissent pas nécessairement dans l'étude publiée, contribuent à biaiser les résultats d'études de médicaments : le choix des personnes sur lesquelles évaluer le médicament (genre, âge, antécédents, condition physique…), la manière de prendre en compte les effets secondaires, la manière de prendre en compte les personnes ayant quitté l'expérience[12].

Ne publier qu'une partie des résultats (en ne prenant en compte qu'une partie des endroits où l'étude a été menée, en ne rapportant qu'une partie des mesures qui ont été effectuées) peut jouer un rôle dans le biais de financement[13],[11],[5].

Si l'intérêt du financeur est d'obtenir un résultat négatif, prendre un faible échantillon ou faire des mesures qui ne sont pas pertinentes va également biaiser le résultat dans le sens du financeur[14].

Sélection des chercheurs[modifier | modifier le code]

Le financement industriel touche préférentiellement des personnes susceptibles d'aller dans le sens du financeur. Par exemple les recherches financées par l'industrie du sucre vont plutôt sur celles cherchant à exonérer le sucre d'effets délétères pour la santé[15].

Biais psychologiques[modifier | modifier le code]

Norme de réciprocité[modifier | modifier le code]

D'après la norme de réciprocité, nous sommes plus enclins à aider ou à accorder quelque chose à une personne qui nous a auparavant fait une faveur. Bien qu'il y ait des aspects culturels, cette norme est universelle chez l'humain[16].

Les compagnies pharmaceutiques connaissent l'effet que peuvent avoir des petits cadeaux, ce qui explique pourquoi ils interdisent à leurs employés d'en accepter[17].

Biais d'autocomplaisance[modifier | modifier le code]

Le biais de financement partage des mécanismes communs avec le biais d'autocomplaisance. Tout comme pour ce dernier, les personnes financées par l'industrie ne pensent pas que cela peut les influencer, mais elles pensent que cela pourrait influer leurs collègues, et le biais n'est pas non plus intentionnel[18].

Le biais d'auto-complaisance étant automatique, il prévaut sur les considérations éthiques ou morales de la profession[19].

Mécanismes écartés[modifier | modifier le code]

Différentes hypothèses pouvant contribuer à expliquer le biais de financement ont été écartés sur la base des données observées.

Sujet de l'étude[modifier | modifier le code]

Les études industrielles seraient menées en ayant davantage de certitudes quant à l'issue du résultat, contrairement à des études académiques, plus exploratoires. Une telle hypothèse devrait conduire à ce que la taille de l'effet observé soit plus importante que celle identifiée dans les études industrielles, ce qui n'est pas le cas[20].

Qualité des études scientifiques[modifier | modifier le code]

Une différence de qualité entre les études financées par l'industrie et les autres pourrait expliquer les différences de résultats. Cependant cette hypothèse n'est pas retenue.

D'une part le biais de financement est observé même une fois prise en compte la qualité des études[21], ou lorsque les analyses ne portent que sur des journaux de haut rang, censés publier en moyenne des études de bonne qualité[11].

D'autre part, les analyses sur la qualité des études selon le mode de financement sont mitigées : les études industrielles sont parfois de meilleure qualité, mais parfois de moins bonne qualité[10].

Certaines analyses trouvent effectivement que les études financées par l'industrie sont de meilleure qualité[20],[6] ce qui est relativisé par le fait qu'il peut s'agir d'un biais de reporting (un oubli, touchant moins les études industrielles) plutôt que d'un biais méthodologique[5]. D'autres arrivent à la conclusion que les études ne présentent pas de différence de qualité selon leur mode de financement[2],[4],[22],[3]. Enfin d'autres analyses arrivent à la conclusion que les études industrielles sont de moins bonne qualité[23],[24],[25],[26].

Dans le domaine médical, en comparant des méta-analyses financées par l'industrie avec des synthèses réalisées par la collaboration Cochrane, les premières favorisaient les produits du financeur alors que ces méta-analyses étaient de moins bonne qualité que celles réalisées par Cochrane[27],[23].

Taille de l'échantillon[modifier | modifier le code]

Certains pensent que les industriels ayant plus de moyens, ils sont susceptibles de mener des recherches s'appuyant sur des cohortes plus nombreuses que les recherches académiques, qui seraient menées avec un financement moindre. Cela expliquerait le biais de financement car pour un même effet, il est plus probable d'obtenir un résultat positif si l'échantillon est plus grand[14].

Cependant une telle hypothèse n'est pas corroborée : en analysant des cohortes de tailles comparables entre les études financées par l'industrie et celles ne l'étant pas, le biais de financement persiste[20],[5]. D'autre part cette hypothèse induit que les recherches financées par l'industrie devraient avoir des cohortes généralement plus grandes que les études non financées par l'industrie. Cela n'a pas été corroboré par diverses études[11],[28]. Enfin, si les études cliniques financées par l'industrie s'appuyaient sur des échantillons plus grands, elles devraient aussi identifier plus d'effets secondaires, ce qui n'est pas le cas[27].

Conséquences du biais[modifier | modifier le code]

L'existence du biais de financement contribue à prolonger des controverses, par exemple sur le tabac pour ralentir la prise de décision par les agences publiques[3].

L'Association américaine de psychologie recommande aux psychologues de ne pas accepter de cadeaux, quels qu'ils soient (mugs, bloc-notes, crayons…)[17].

Biais de représentativité[modifier | modifier le code]

Le financement industriel contribue à biaiser les sujets d'étude en orientant des crédits sur des sujets plutôt que d'autres. En effet les priorités de recherche d'industriels ne sont pas nécessairement établies en fonction d'intérêts scientifiques mais des intérêts juridiques et politiques des industries[29].

Environ la moitié de chercheurs en nanotechnologies interrogés considèrent que le financement industriel induit un biais dans les domaines étudiés (plus appliqués, plus destinés à un intérêt commercial, etc.)[30].

L'industrie du tabac, quant à elle, s'est notamment intéressée à la pollution de l'air et finançait des recherches sur ce sujet afin de jeter le doute sur les effets du tabagisme passif[7],[31]. Plus généralement l'industrie du tabac a financé de nombreux travaux (à hauteur de 300 millions de dollars entre 1950 et 1980) sur l'hérédité, les infections, la nutrition, les hormones, la tension nerveuse ou les facteurs environnementaux afin de trouver d'autres causes aux pathologies dues à la consommation de tabac[32].

L'industrie agro-alimentaire finance de nombreuses études sur le chocolat : celles-ci se concentrent sur les effets potentiellement bénéfiques du chocolat et mettent de côté les effets néfastes du sucre ou des matières grasses présents en grande quantité dans leurs produits[33].

Coca-Cola finance principalement des recherches portant sur le déséquilibre énergétique ou l'activité physique et la manière dont ils sont liés à l'obésité et au diabète[34]. Cela contribue à mettre de côté les conséquences de la consommation de sucres ou de sodas. Les études financées par l'industrie portent également plus facilement sur un nutriment isolé plutôt que sur les aliments ou sur un régime en particulier, ce qui constitue du réductionnisme nutritionnel. Ainsi aucun aliment n'est pointé du doigt et, à l'inverse, cela permet de vanter les mérites de certains aliments car ils posséderaient un ou plusieurs nutriments désirables (sans que soit pris en compte l'effet de l'aliment lui-même) [35]. De ce fait les études financées par l'industrie ont deux fois moins de chances de s'intéresser aux comportements alimentaires que les études non financées par l'industrie[29].

Dans le secteur médical, les études financées par l'industrie s'intéressent plus particulièrement aux maladies touchant les pays riches, à l'inverse des recherches financées par les instituts américains de la santé[29]. Dans une analyse de 65 études financées par l'industrie, très peu (1,5%) portent sur un changement de comportement des patients, pour améliorer leur condition, mais majoritairement sur un médicament (69,2%) [29].

Prise en compte du biais dans les articles de synthèse[modifier | modifier le code]

Les biais induits par le biais de financement ne sont pas bien pris en compte dans l'évaluation des biais effectuée lors de synthèse d'études par la collaboration Cochrane, référence en la matière. Lundh et al recommandent de considérer le biais de financement comme un biais à part entière dans de telles analyses de risques de biais[5]. À l'inverse, l'échelle de score NutriGrade utilisée pour évaluer la qualité des essais randomisés en double aveugle dans le domaine de la nutrition prend en compte neuf critères, l'un d'eux étant le biais de financement[36].

Domaines touchés par le biais[modifier | modifier le code]

Parmi onze articles s'intéressant au biais de financement dans le cadre de la santé environnementale ou au travail, tous ont trouvé que la présence d'un conflit d'intérêt financier était associée à des résultats favorables aux intérêts industriels[37]. Les domaines, plus restreints, ayant fait l'objet de recherche sur le biais de financement sont détaillés dans la suite.

Industrie du tabac[modifier | modifier le code]

Barnes et Bero ont publié en 1998 une étude importante sur le biais de financement. Les chercheuses se sont intéressées à 106 synthèses de la littérature sur le tabagisme passif publiées entre 1980 et 1995. Parmi elles, 39 concluaient à l'absence d'effet du tabagisme passif, dont 29 étaient écrites par au moins un auteur lié à l'industrie du tabac. À l'inverse, parmi les 67 synthèses concluant à la nocivité du tabagisme passif, seules deux étaient écrites par au moins un auteur lié à l'industrie du tabac. Parmi divers critères étudiés par les chercheuses (qualité de l'étude, évaluation par les pairs, sujet de l'étude…) le seul qui soit lié à la conclusion de l'étude est de savoir si au moins un des auteurs est lié à l'industrie du tabac. Leur conclusion est inchangée quand elles se restreignent aux études de meilleure qualité : seul le conflit d'intérêt est prédictif de la conclusion sur la nocivité ou non du tabagisme passif[7],[38].

Cataldo et al ont publié une méta-analyse sur l'effet protecteur ou délétère de la cigarette sur la maladie d'Alzheimer. En prenant en compte toutes les études, l'effet de la cigarette est non significatif. En retirant les études dont un des auteurs a été financé à un moment donné par l'industrie du tabac, l'effet délétère de la cigarette devient significatif[38]. Cela illustre les problèmes qu'engendrent les études financées par l'industrie, en retardant la reconnaissance des effets néfastes de certaines substances[39]. Suite à ce doute sur les effets de la cigarette dans le cadre de la maladie d'Alzheimer, une analyse des données empiriques a montré qu'elles sont cohérentes avec une augmentation du risque de maladie d'Alzheimer due à la consommation de tabac[39].

Perturbateurs endocriniens[modifier | modifier le code]

Le lobby américain du plastique a demandé au centre d'analyse des risques de Harvard (Harvard Center for Risk Analysis) de réaliser une synthèse des études sur le bisphénol A. Il n'a pas trouvé la preuve d'un effet cohérent parmi 19 études sur les animaux. vom Saal et Hughes ont réalisé leur propre analyse qui remet ces résultats en cause : 90 % (94/104) des études financées par le gouvernement trouvaient un effet contre aucune des 11 études financées par l'industrie[40].

Industrie de la nourriture[modifier | modifier le code]

Dans un article rassemblant les résultats de 8 synthèses de la littérature analysant le biais de financement dans 340 études portant sur la nutrition, les études financées par l'industrie n'ont pas une conclusion qui leur est significativement plus favorable. Néanmoins les résultats sont proches du seuil de significativité. Les auteurs pensent que ce résultat non concluant peut être dû à un manque de déclarations de certains conflits d'intérêt, ce qui est souvent le cas dans le domaine de la nutrition, ainsi qu'à un échantillon d'études insuffisamment grand[41].

Dans une analyse des études sur l'effet des boissons avec édulcorants, les conclusions des études liées à l'industrie étaient plus souvent favorables à celle-ci. De plus, pour ces études-là, il y avait plus de risque que les conclusions ne soient pas en cohérence avec les résultats[2].

En 2016, des chercheurs ont réalisé une analyse de 60 études s'étant concentrées sur le lien entre consommation de sodas et obésité ou diabète. 26 études avaient des résultats négatifs, c'est-à-dire qu'elles ne trouvaient pas de lien entre la consommation de ces boissons et ces pathologies. Parmi ces 26 études, 25 étaient financées ou avaient des auteurs avec un confit d'intérêt financier avec l'industrie du sucre. À l'inverse, parmi les 34 études positives, seule une avait des liens avec l'industrie[42].

Une autre synthèse de la littérature portant sur les sucres alimentaires notait qu'exclure les études financées par l'industrie dans leur analyse renforçait l'effet des sucres sur les taux de triglycérides, du cholestérol HDL ainsi que du cholestérol total[43].

Industrie des pesticides[modifier | modifier le code]

D'après des experts indépendants ayant fait partie de l'agence américaine de protection de l'environnement, la meilleure façon de prédire si une étude sur l'herbicide atrazine aurait un effet défavorable est de connaître ses sources de financement[44].

Une étude[45] a recherché les causes de divergences de résultats entre l'EPA et le Centre international de recherche sur le cancer concernant la génotoxicité du glyphosate. Elle conclut notamment que l'EPA s'est principalement appuyée sur des études réglementaires non publiées commandées par les demandeurs, dont 99 % étaient négatives, tandis que le CIRC s'est principalement appuyé sur des études évaluées par des pairs, dont 70 % étaient positives.

Industrie pharmaceutique[modifier | modifier le code]

Lundh et al pensent qu'il y a des preuves cohérentes et convaincantes quant à l'existence d'un biais industriel dans les études du secteur biomédical[5]. Leur analyse porte sur une vingtaine d'études ayant elles-mêmes analysé des milliers d'études. Les résultats, ainsi que les conclusions des études ayant un lien avec l'industrie ont plus de risque d'être favorables à l'industrie. Ce risque est plus important en ce qui concerne les conclusions des études que leurs résultats (avec un rapport de chances de 2,69 pour les conclusions contre 2,05 pour les résultats).

Des synthèses plus anciennes trouvaient des rapports de chances plus élevés. Il n'est pas encore clair si cette baisse est due au hasard où si le biais de financement perd un peu de son importance[5].

Dans certaines situations, le même type d'études est effectué par des personnes aux intérêts financiers opposés (entre deux médicaments produits par des concurrents, par exemple), on parle d'études en « tête à tête ». Un tel contexte permet de bien rendre compte de l'impact de la source de financement sur les études scientifiques produites. Parmi 131 études en tête à tête, les études financées par le fabricant du médicament test avaient plus de chances d'être positives que les études financées par le médicament comparateur[5]. Le biais était encore plus prononcé que dans le cas général du biais de financement des études du secteur biomédical. Concernant les conclusions de telles études, parmi 154 d'entre elles, elles étaient également nettement plus favorables[5]. Environ 97 % des études en tête à tête sont favorables au financeur[28].

Industrie des téléphones portables[modifier | modifier le code]

Parmi 59 études portant sur l'effet sur la santé de l'exposition contrôlée aux radiofréquences, celles exclusivement financées par l'industrie trouvaient moins d'effets significatifs sur la santé par rapport aux études financées par une agence publique ou par une œuvre caritative[3],[46]. Ce résultat persiste après la prise en compte de la qualité des études, de leur conception ou des conséquences analysées. Une mise à jour de l'étude ajoutant 75 nouveaux articles continue à trouver un résultat similaire[47],[37].

Dans une méta-analyse de vingt études cas-témoins s'intéressant aux risques de tumeurs au cerveau avec l'utilisation de téléphone portable, aucune différence significative de risque n'a été trouvée entre les études financées par les industriels et celles financées par des agences publiques[26].

Industrie des OGM[modifier | modifier le code]

Les articles portant sur l'utilisation des organismes génétiquement modifiés (OGM) pour y ajouter un gène de Bacillus thuringiensis avaient plus de chances d'avoir des résultats favorables à l'industrie à propos de l'efficacité ou la durabilité (apparition de résistances) de tels OGM, en présence d'un conflit d'intérêt[48]. Cependant, aucun lien de causalité n'a été mis en évidence.

Industrie de l'amiante[modifier | modifier le code]

Parmi 155 articles portant sur les effets sur la santé de l'exposition à l'amiante, 134 ont conclu à l'existence d'un tel effet. Parmi ces 134 articles, 69 % n'avaient pas de conflit d'intérêt tandis que 8 % en avaient (les conflits d'intérêt sont inconnus pour les 23 % restants). À l'inverse, la plupart des études concluant qu'il n'y a pas ou peu d'effet sur la santé avaient un conflit d'intérêt avec l'industrie[49].

Conflits d'intérêt idéologiques[modifier | modifier le code]

En plus du biais de financement (ou conflit d'intérêt financier), certains proposent de prendre en compte un conflit d'intérêt idéologique.

Néanmoins cette notion a des définitions plus ou moins restrictives. Une définition restrictive, appelée conflit d'intérêt intellectuel, est donnée par Akl et ses collègues « des activités académiques qui créent la possibilité d'un attachement à un point de vue spécifique qui pourrait affecter indûment le jugement d'une personne au sujet d'une recommandation spécifique. »[50].

Conflits d'intérêts intellectuels[modifier | modifier le code]

Un effet d'allégeance a été observé : les chercheurs ayant déjà publié sur un sujet ont plus de difficulté à ensuite publier le résultat inverse. Cela a été en particulier observer sur les thérapies psychologiques où les synthèses sur le sujet sont plus susceptibles d'être cohérentes avec les études initiales des chercheurs réalisant la synthèse[51]. Ils trouvent également un effet de spin : une divergence entre les résultats et la conclusion à laquelle aboutissent les chercheurs[51].

Tout conflit d'intérêt autre que financier[modifier | modifier le code]

La prise en compte de tels conflits d'intérêt est critiquée car il n'est pas possible ou souhaitable d'être neutre ou sans intérêt idéologique. La prise en compte de tels « conflits d'intérêt » ne servirait qu'à mettre de côté des scientifiques ayant certaines opinions[52]. Pour Bero et Grundy, ce concept de conflit d'intérêt idéologique sert à faire écran de fumée autour des conflits d'intérêt pour amoindrir la volonté politique de prendre en compte sérieusement les conflits d'intérêt financiers. Tout humain a des opinions et des « intérêts idéologiques ». À l'inverse, tout chercheur n'a pas nécessairement d'intérêts financiers dans les études qu'il mène[8]. Cela pose également la question du niveau d'information qu'il faudrait dévoiler. Par exemple, les personnes travaillant sur l'avortement devraient-elles annoncer si elles ont avorté[52] ?

Dans l'analyse de 159 essais cliniques, un biais de financement est observé mais aucun biais en fonction des intérêts idéologiques déclarés n'a été identifié[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Richard Smith, « Conflicts of interest: how money clouds objectivity », Journal of the Royal Society of Medicine, vol. 99, no 6,‎ , p. 292–297 (ISSN 0141-0768, PMID 16738371, PMCID PMC1472724, lire en ligne, consulté le 18 juillet 2018)
  2. a b c et d (en-US) Daniele Mandrioli, Cristin E Kearns et Lisa A. Bero, « Relationship between Research Outcomes and Risk of Bias, Study Sponsorship, and Author Financial Conflicts of Interest in Reviews of the Effects of Artificially Sweetened Beverages on Weight Outcomes: A Systematic Review of Reviews », PLoS ONE, vol. 11, no 9,‎ , e0162198 (PMID 27606602, DOI 10.1371/journal.pone.0162198, Bibcode 2016PLoSO..1162198M)
  3. a b c et d Laura Maxim et Gérard Arnold, « Comment les conflits d'intérêts peuvent influencer la recherche et l'expertise », Hermès, La Revue, no 64,‎ , p. 48–59 (ISSN 0767-9513, lire en ligne)
  4. a et b (en-US) Pascal Probst, Phillip Knebel, Kathrin Grummich, Solveig Tenckhoff, Alexis Ulrich, Markus W. Büchler et Markus K. Diener, « Industry Bias in Randomized Controlled Trials in General and Abdominal Surgery », Annals of Surgery, vol. 264, no 1,‎ , p. 87–92 (PMID 26465782, DOI 10.1097/SLA.0000000000001372)
  5. a b c d e f g h i j k et l (en-US) Andreas Lundh, Joel Lexchin, Barbara Mintzes, Jeppe B Schroll et Lisa Bero, « Industry sponsorship and research outcome », Cochrane Database of Systematic Reviews,‎ (DOI 10.1002/14651858.MR000033.pub3)
  6. a b et c (en-US) Sergio Sismondo, « How pharmaceutical industry funding affects trial outcomes: Causal structures and responses », Social Science & Medicine, vol. 66, no 9,‎ , p. 1909 (DOI 10.1016/j.socscimed.2008.01.010)
  7. a b et c (en-US) Deborah E. Barnes et L. A. Bero, « Why Review Articles on the Health Effects of Passive Smoking Reach Different Conclusions », JAMA, vol. 279, no 19,‎ , p. 1566–70 (PMID 9605902, DOI 10.1001/jama.279.19.1566)
  8. a et b (en-US) Lisa Bero, « Addressing Bias and Conflict of Interest Among Biomedical Researchers », JAMA, vol. 317, no 17,‎ , p. 1723–1724 (PMID 28464166, DOI 10.1001/jama.2017.3854)
  9. (en-US) J. Lexchin, L. A. Bero, B Djulbegovic et O Clark, « Pharmaceutical industry sponsorship and research outcome and quality: Systematic review », BMJ, vol. 326, no 7400,‎ , p. 1167–70 (PMID 12775614, PMCID 156458, DOI 10.1136/bmj.326.7400.1167)
  10. a et b (en-US) Joel Lexchin, « Those Who Have the Gold Make the Evidence: How the Pharmaceutical Industry Biases the Outcomes of Clinical Trials of Medications », Science and Engineering Ethics, vol. 18, no 2,‎ , p. 247–61 (PMID 21327723, DOI 10.1007/s11948-011-9265-3)
  11. a b c et d (en-US) Alberto Falk Delgado et Anna Falk Delgado, « The association of funding source on effect size in randomized controlled trials: 2013–2015 – a cross-sectional survey and meta-analysis », Trials, vol. 18,‎ (DOI 10.1186/s13063-017-1872-0)
  12. (en-US) Philip Mirowski et Robert Van Horn, « The Contract Research Organization and the Commercialization of Scientific Research », Social Studies of Science, vol. 35, no 4,‎ , p. 503 (PMID 16304738, DOI 10.1177/0306312705052103)
  13. (en-US) Glen I. Spielmans et Peter I. Parry, « From Evidence-based Medicine to Marketing-based Medicine: Evidence from Internal Industry Documents », Journal of Bioethical Inquiry, vol. 7,‎ , p. 13 (DOI 10.1007/s11673-010-9208-8)
  14. a et b (en-US) David B. Resnik et Kevin C. Elliott, « Taking Financial Relationships into Account when Assessing Research », Accountability in Research, vol. 20, no 3,‎ , p. 184 (PMID 23672544, DOI 10.1080/08989621.2013.788383)
  15. (en-US) « Big Sugar's Sweet Little Lies », sur Mother Jones,
  16. Nicolas Guéguen, Psychologie de la manipulation et de la soumission, Paris, Dunod, (ISBN 978-2-10-071292-2)
  17. a et b (en-US) Wendy S. Pachter, Ronald E. Fox, Philip Zimbardo et David O. Antonuccio, « Corporate funding and conflicts of interest: A primer for psychologists », American Psychologist, vol. 62, no 9,‎ , p. 1005 (PMID 18085846, DOI 10.1037/0003-066X.62.9.1005)
  18. (en-US) Jason Dana et G Loewenstein, « A Social Science Perspective on Gifts to Physicians from Industry », JAMA, vol. 290, no 2,‎ , p. 252–5 (PMID 12851281, DOI 10.1001/jama.290.2.252)
  19. (en-US) Don A. Moore et George Loewenstein, « Self-Interest, Automaticity, and the Psychology of Conflict of Interest », Social Justice Research, vol. 17, no 2,‎ , p. 189 (DOI 10.1023/B:SORE.0000027409.88372.b4)
  20. a b et c (en-US) Bodil Als-Nielsen, Wendong Chen, Christian Gluud et Lise L. Kjaergard, « Association of Funding and Conclusions in Randomized Drug Trials », JAMA, vol. 290, no 7,‎ , p. 921 (PMID 12928469, DOI 10.1001/jama.290.7.921)
  21. a et b (en-US) L. L Kjaergard et B Als-Nielsen, « Association between competing interests and authors' conclusions: Epidemiological study of randomised clinical trials published in the BMJ », BMJ, vol. 325, no 7358,‎ , p. 249 (PMID 12153921, PMCID 117638, DOI 10.1136/bmj.325.7358.249)
  22. (en-US) L. Bero, A. Anglemyer, H. Vesterinen et D. Krauth, « The relationship between study sponsorship, risks of bias, and research outcomes in atrazine exposure studies conducted in non-human animals: Systematic review and meta-analysis », Environment International, vol. 92-93,‎ , p. 597–604 (PMID 26694022, PMCID 4996667, DOI 10.1016/j.envint.2015.10.011)
  23. a et b (en-US) Anders W Jørgensen, Katja L Maric, Britta Tendal, Annesofie Faurschou et Peter C Gøtzsche, « Industry-supported meta-analyses compared with meta-analyses with non-profit or no support: Differences in methodological quality and conclusions », BMC Medical Research Methodology, vol. 8,‎ (DOI 10.1186/1471-2288-8-60)
  24. (en-US) F. Gómez-García, J. Ruano, M. Aguilar-Luque, J. Gay-Mimbrera, B. Maestre-Lopez, J.L. Sanz-Cabanillas, P.J. Carmona-Fernández, M. González-Padilla, A. Vélez García-Nieto et B. Isla-Tejera, « Systematic reviews and meta-analyses on psoriasis: Role of funding sources, conflict of interest and bibliometric indices as predictors of methodological quality », British Journal of Dermatology,‎ (DOI 10.1111/bjd.15380)
  25. (en-US) Kristin Shrader-Frechette et Christopher Choglueck, « Pesticides, Neurodevelopmental Disagreement, and Bradford Hill's Guidelines », Accountability in Research, vol. 24,‎ , p. 30 (DOI 10.1080/08989621.2016.1203786)
  26. a et b (en-US) Manya Prasad, Prachi Kathuria, Pallavi Nair, Amit Kumar et Kameshwar Prasad, « Mobile phone use and risk of brain tumours: A systematic review of association between study quality, source of funding, and research outcomes », Neurological Sciences, vol. 38, no 5,‎ , p. 797 (PMID 28213724, DOI 10.1007/s10072-017-2850-8)
  27. a et b Daniel Steel, « If the Facts Were Not Untruths, Their Implications Were: Sponsorship Bias and Misleading Communication », Johns Hopkins University Press, vol. 28, no 2,‎ , p. 119–144 (ISSN 1086-3249, DOI 10.1353/ken.2018.0011)
  28. a et b (en-US) Maria Elena Flacco, Lamberto Manzoli, Stefania Boccia, Lorenzo Capasso, Katina Aleksovska, Annalisa Rosso, Giacomo Scaioli, Corrado De Vito, Roberta Siliquini, Paolo Villari et John P.A. Ioannidis, « Head-to-head randomized trials are mostly industry sponsored and almost always favor the industry sponsor », Journal of Clinical Epidemiology, vol. 68, no 7,‎ , p. 811 (PMID 25748073, DOI 10.1016/j.jclinepi.2014.12.016)
  29. a b c et d Alice Fabbri, Alexandra Lai, Quinn Grundy et Lisa Anne Bero, « The Influence of Industry Sponsorship on the Research Agenda: A Scoping Review », American Public Health Association, vol. 108, no 11,‎ , e9–e16 (ISSN 0090-0036, DOI 10.2105/ajph.2018.304677)
  30. (en-US) Katherine A. McComas, « Researcher Views About Funding Sources and Conflicts of Interest in Nanotechnology », Science and Engineering Ethics, vol. 18, no 4,‎ , p. 699–717 (PMID 21331667, DOI 10.1007/s11948-011-9264-4)
  31. Alice Fabbri, Taylor J Holland et Lisa A Bero, « Food industry sponsorship of academic research: investigating commercial bias in the research agenda », Cambridge University Press (CUP), vol. 21, no 18,‎ , p. 3422–3430 (ISSN 1368-9800, DOI 10.1017/s1368980018002100)
  32. Matthias Girel, Science et territoires de l'ignorance, Quae, (ISBN 9782759225910)
  33. (en) Julia Belluz, « Dark chocolate is now a health food. Here’s how that happened. », Vox,  : « When you look at industry-funded studies, one thing becomes clear: They tend to focus on the health attributes of cocoa: its impact on cardiovascular health or cognitive function. But they don’t address the role the cocoa delivery mechanism — sugary chocolate — may play in obesity. Most Mars and Hershey chocolates also contain very small amounts of the cocoa that supposedly promotes heart health — along with lots of fat, sugar, and calories. »
  34. Paulo M Serôdio, Martin McKee et David Stuckler, « Coca-Cola – a model of transparency in research partnerships? A network analysis of Coca-Cola’s research funding (2008–2016) », Cambridge University Press (CUP), vol. 21, no 9,‎ , p. 1594–1607 (ISSN 1368-9800, DOI 10.1017/s136898001700307x)
  35. Alice Fabbri, Nicholas Chartres, Gyorgy Scrinis et Lisa A Bero, « Study sponsorship and the nutrition research agenda: analysis of randomized controlled trials included in systematic reviews of nutrition interventions to address obesity », Cambridge University Press (CUP), vol. 20, no 07,‎ , p. 1306–1313 (ISSN 1368-9800, DOI 10.1017/s1368980016003128)
  36. (en) Lukas Schwingshackl, Sven Knüppel, Carolina Schwedhelm, Georg Hoffmann, Benjamin Missbach, Marta Stelmach-Mardas, Stefan Dietrich, Fabian Eichelmann, Evangelos Kontopanteils, Khalid Iqbal, Krasimira Aleksandrova, Stefan Lorkowski, Michael F Leitzmann, Anja Kroke et Heiner Boeing, « Perspective: NutriGrade: A Scoring System to Assess and Judge the Meta-Evidence of Randomized Controlled Trials and Cohort Studies in Nutrition Research », American Society for Nutrition, vol. 7, no 6,‎ , p. 994–1004 (ISSN 2156-5376, DOI 10.3945/an.116.013052)
  37. a et b (en) Ellen M. Wells, « Evidence Regarding the Impact of Conflicts of Interest on Environmental and Occupational Health Research », Current Environmental Health Reports, vol. 4, no 2,‎ , p. 109–118 (PMID 28397095, DOI 10.1007/s40572-017-0139-y)
  38. a et b Stéphane Foucart, La Fabrique du mensonge: Comment les industriels manipulent la science et nous mettent en danger, Folio, (ISBN 978-2-07-045685-7)
  39. a et b (en) Aaron McMurtray, ErinK Saito, Natalie Diaz et Julia Chung, « Smoking history and Alzheimer's disease risk in a community-based clinic population », Medknow, vol. 6, no 1,‎ , p. 24 (ISSN 2277-9531, DOI 10.4103/jehp.jehp_45_15)
  40. (en-US) D. Michaels, « Manufactured Uncertainty: Protecting Public Health in the Age of Contested Science and Product Defense », Annals of the New York Academy of Sciences, vol. 1076,‎ , p. 149–62 (PMID 17119200, DOI 10.1196/annals.1371.058, Bibcode 2006NYASA1076..149M)
  41. Nicholas Chartres, Alice Fabbri et Lisa A. Bero, « Association of Industry Sponsorship With Outcomes of Nutrition Studies: A Systematic Review and Meta-analysis », JAMA Internal Medicine, vol. 176, no 12,‎ , p. 1769–1777 (ISSN 2168-6106, DOI 10.1001/jamainternmed.2016.6721, lire en ligne)
  42. (en) Dean Schillinger, Jessica Tran, Christina Mangurian et Cristin Kearns, « Do Sugar-Sweetened Beverages Cause Obesity and Diabetes? Industry and the Manufacture of Scientific Controversy », American College of Physicians, vol. 165, no 12,‎ , p. 895 (ISSN 0003-4819, DOI 10.7326/l16-0534)
  43. (en-US) L. A. Te Morenga, A. J. Howatson, R. M. Jones et J. Mann, « Dietary sugars and cardiometabolic risk: Systematic review and meta-analyses of randomized controlled trials of the effects on blood pressure and lipids », American Journal of Clinical Nutrition, vol. 100, no 1,‎ , p. 65–79 (PMID 24808490, DOI 10.3945/ajcn.113.081521)
  44. (en-US) Rachel Aviv, « A Valuable Reputation », The New Yorker,‎ (ISSN 0028-792X, lire en ligne)
  45. (en) Charles M. Benbrook, How did the US EPA and IARC reach diametrically opposed conclusions on the genotoxicity of glyphosate-based herbicides?, Environmental Sciences Europe 2019 31:2, janvier 2019, DOI:10.1186/s12302-018-0184-7
  46. (en-US) Anke Huss, Matthias Egger, Kerstin Hug, Karin Huwiler-Müntener et Martin Röösli, « Source of Funding and Results of Studies of Health Effects of Mobile Phone Use: Systematic Review of Experimental Studies », Environmental Health Perspectives, vol. 115, no 1,‎ , p. 1–4 (PMID 17366811, PMCID 1797826, DOI 10.1289/ehp.9149)
  47. (en) Lotte E. Van Nierop, Martin Röösli, Matthias Egger et Anke Huss, « Source of funding in experimental studies of mobile phone use on health: Update of systematic review », Comptes Rendus Physique, vol. 11, nos 9–10,‎ , p. 622 (DOI 10.1016/j.crhy.2010.10.002, Bibcode 2010CRPhy..11..622V)
  48. (en-US) Thomas Guillemaud, Eric Lombaert et Denis Bourguet, « Conflicts of Interest in GM Bt Crop Efficacy and Durability Studies », PLoS ONE, vol. 11, no 12,‎ , e0167777 (PMID 27977705, DOI 10.1371/journal.pone.0167777, Bibcode 2016PLoSO..1167777G)
  49. (en) Manuela Valenzuela, Margarita Giraldo, Sonia Gallo-Murcia, Juliana Pineda, Laura Santos et Juan Pablo Ramos-Bonilla, « Recent Scientific Evidence Regarding Asbestos Use and Health Consequences of Asbestos Exposure », Current Environmental Health Reports, vol. 3, no 4,‎ , p. 335 (PMID 27696225, DOI 10.1007/s40572-016-0109-9)
  50. Elie A. Akl, Pierre El-Hachem, Hiba Abou-Haidar, Ignacio Neumann, Holger J. Schünemann et Gordon H. Guyatt, « Considering intellectual, in addition to financial, conflicts of interest proved important in a clinical practice guideline: a descriptive study », Elsevier BV, vol. 67, no 11,‎ , p. 1222–1228 (ISSN 0895-4356, DOI 10.1016/j.jclinepi.2014.05.006)
  51. a et b Klaus Lieb, Jan von der Osten-Sacken, Jutta Stoffers-Winterling, Neele Reiss et Jürgen Barth, « Conflicts of interest and spin in reviews of psychological therapies: a systematic review », BMJ, vol. 6, no 4,‎ , e010606 (ISSN 2044-6055, DOI 10.1136/bmjopen-2015-010606)
  52. a et b (en-US) Lisa A. Bero et Quinn Grundy, « Why Having a (Nonfinancial) Interest is Not a Conflict of Interest », PLOS Biology, vol. 14, no 12,‎ , e2001221 (PMID 28002462, DOI 10.1371/journal.pbio.2001221)

Articles connexes[modifier | modifier le code]