Bière-pong

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le bière-pong (en anglais : beer pong, aussi appelé Beirut) est un jeu à boire américain dans lequel les joueurs doivent lancer une balle de ping-pong à la main sur une table dans le but de la faire atterrir dans l'un des six ou dix verres à bière à l'autre extrémité. La partie de bière-pong est généralement composée de deux équipes, chaque équipe tente alors de lancer la balle de ping-pong et de la mettre dans un verre qui se situe à l'autre extrémité de la table. Si la balle atterrit dans un verre, la bière contenue dans ce dernier est consommée par un membre de l'équipe du côté du verre ; celui-ci est retiré par la suite de la table.

L'équipe gagnante est celle qui réussit à éliminer tous les gobelets de l'équipe adverse.

Disposition des gobelets.

Règles[modifier | modifier le code]

Le jeu est composé de deux équipes de deux joueurs, une de chaque côté de la table, et d'un certain nombre de gobelets mis en place de chaque côté, formant un triangle. Il n'existe pas de règles officielles, et de ce fait il y a de nombreuses façons de jouer, mais habituellement, il y a six ou dix gobelets en plastique disposés en triangle de chaque côté. Le nombre de joueurs par équipe peut ainsi varier de un à trois ou plus.

Quand une balle tombe dans un gobelet, l'équipe en défense doit consommer la bière contenue dans celui-ci. Les gobelets ne sont pas complètement remplis (de 2/3 à 3/4). Il est aussi fréquent d'avoir un verre d'eau dans le but de nettoyer la balle entre les lancers. Le jeu est gagné par l'élimination de tous les gobelets de l'équipe adverse avant que ceux de sa propre équipe ne soient éliminés. L'équipe perdante doit ensuite consommer la bière qui reste dans les gobelets de l'équipe gagnante.

Règle de l'Island : lorsqu'un gobelet de l'équipe adverse ne touche pas d'autres gobelets, l'équipe ayant la balle peut déclarer à haute voix le mot "Island". En l'espèce, les joueurs lançant la balle devront viser le verre isolé, si celui-ci reçoit une balle, il comptera comme triple. Néanmoins, cela annulera une quelconque balle atteignant un autre verre.

Règle de l'N7 : lorsqu'une équipe est en attaque, si le premier joueur rate sa cible et lance la balle à côté ou derrière la table, les défenseurs peuvent déclarer à haute voix le mot "N7". Dans ce cas les autres attaquants n'ont pas le droit de jouer et la balle revient à l'équipe qui défendait. (Obsolete)

Souvent, lorsqu'un tir rebond est effectué et que la balle termine dans un verre, le tir compte double.

Gagner la partie[modifier | modifier le code]

Si l'équipe adverse touche le dernier gobelet, l'autre équipe perd, sauf si elle demande une rédemption ou sauvetage, ce qui consiste à rentrer la balle dans le ou les gobelet(s) restant(s) sans faire une seule erreur. Dans certaines versions, si l'équipe adverse touche le gobelet avec les deux balles, il n'y a pas de sauvetage ou rédemption possible.

Dans certaines régions francophones, lors des tirs de rédemptions, il suffit de réussir à rentrer la balle dans l'un des verres adverses pour annuler le tir adverse et reprendre la partie.

Restrictions légales[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis quelques municipalités et États ont essayé de faire interdire la pratique du bière-pong dans les bars ou en général.

À Oxford dans l'Ohio, à l'université de Miami le conseil municipal a essayé de faire interdire le bière-pong en extérieur. Dans les villes d'Arlington (Virginie) et de Champaign-Urbana (Illinois), on a demandé aux propriétaires de bar d'interdire les parties de bière-pong dans leurs établissements.

Durant l'automne 2007, l'université de Georgetown et l'UHA de Mulhouse a officiellement banni tout équipement permettant de jouer au bière-pong, toutes les tables modifiées ou la simple possession de balles de ping-pong.

Le Time Magazine titrait le  : « La guerre contre le bière-pong »[1].

Le 20 minutes Suisse titrait le  : « Un jeu de beuverie controversé »[2],[3].

Le site d'information Cyberpresse titrait le « Alcool au volant : le bière-pong est mis en cause ».

Dissémination du SARS-CoV-2[modifier | modifier le code]

Début , la station de ski autrichienne Ischgl est l’un des principaux centres de dissémination du Coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère[4] en raison de l'échange de salive dû à la pratique du beer pong dans un bar chic, de surcroît en crachant les balles avec la bouche, les verres de bière étant ensuite bus par les participants[5]. Entre 600 et 2200 touristes européens, en provenance d'Allemagne, de Suisse, de Grande-Bretagne, des Pays-Bas et des pays scandinaves[6], y ont été contaminés[7].

Techniques de tir[modifier | modifier le code]

Tirs au Bière-Pong.

Il y a trois façons de tirer une balle au bière-pong :

  • La balle rapide, qui est la plus compliquée car viser en faisant décrire à la balle une trajectoire droite est compliqué et demande de la précision.
  • Le tir arqué, quant à lui demande plus d'entrainement, il consiste à décrire une courbe au dessus de la table afin d'atteindre le verre comme si on lâchait la balle dedans. Cette technique n'est pas la plus impressionnante mais elle inspire généralement le respect auprès des autres joueurs en cas de succès, il s'agit d'une méthode à réserver aux plus expérimentés[8].
  • Le tir rebondi, simple mais dont l'utilisation dépend de la variante du jeu de bière-pong pratiquée : dans certaines variantes l'adversaire a le droit d'attraper la balle en l'air après son rebond sur la table et avant que la balle ne touche les gobelets, dans d'autres variantes c'est la technique du tir direct qui peut être contrée tandis que celui avec rebond ne peut l'être.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Le journal de Wall Street, le Time et d'autres médias ont pu observer[réf. nécessaire] une augmentation importante des ventes de matériels en relation avec le bière-pong, comme les tables de pingpong, les gobelets, ou autres objets étant reliés au bière-pong.

Un documentaire s'appelant Last Cup: The Road to the World Series of Beer Pong (2008) suit une équipe de joueurs de bière-pong qui se prépare pour le WSOBP II, une compétition ultime avec 20 000 $ à la clef ! Ce documentaire a été diffusé en premier au festival du cinéma du CinéVegas en [9].

Cela entraina une plus grande médiatisation du WSOBP V avec des écrivains de "Maxim Magazine" et du "ESPN the Magazine attending" ; de plus on en parla dans le débat télévisé de Jay Leno, le et dans le "G4's Attack of the Show" le .

L'agence Associated Press (AP) a même cité le jeu comme étant cause de décès dans des universités américaines.[réf. nécessaire]

Le Time magazine a récemment écrit un article sur la popularité croissante du bière-pong et a déposé une vidéo sur leur site dans laquelle des joueurs déclarent que le bière-pong était plus un sport comme le billard, qu'un simple jeu[10].

Le Magazine ESPN a récemment consacré une colonne entière sur le WSOBP IV (la compétition mondial du bière pong IV)[11].

Dans le film Road Trip: Beer Pong (ou La Virée : bière-pong au Québec), l'université de Agne Scott, où la plupart du film a été tourné, ne voulait pas être citée dans le générique de fin, à la suite de plusieurs plaintes d'étudiants[12].

Le , "Chronicle Books" a sorti un livre intitulé Le livre du bière-pong, un livre de 200 pages illustré.

En , JV Games Inc. a sorti un jeu pour la Wii appelé "Party Games : Beer Pong". Après énormément de plaintes de parents[réf. nécessaire], il modifiait le nom par "Frat Party Games : Pong Toss", toutes références à l'alcool ont été supprimées[13].

En 2009, une comédie s'intitulant "Road Trip: Beer Pong" (la Virée: Bière-pong au Québec) est sortie aux États-Unis, directement en DVD. Le bière-pong joue un rôle prépondérant dans le scénario du film. C’est une suite du film Road Trip (la Virée au Québec).

En 2011, une référence au jeu y est faite dans le film A Very Harold and Kumar 3D Christmas où Harold et Kumar doivent gagner une partie de Bière-pong afin de gagner un arbre de Noël.

Tournois de bière-pong[modifier | modifier le code]

Des tournois de bière-pong ont lieu aux États-Unis au niveau local, régional et même national.

The World Series of Beer Pong (WSOBP) est le plus grand tournoi de bière-pong au monde. WSOBP IV s'est déroulé au Flamingo Las Vegas, hôtel-casino de Las Vegas (Nevada). Il a offert un chèque de 50 000 $ au gagnant et a attiré plus de 800 participants à travers les États-Unis et le Canada.

Des tournois de bière-pong ont lieu aussi en France au niveau local, régional et même national.

Beer Pong Madrid (BPM) est le plus grand tournoi de Beer Pong en Espagne, et l'un des plus populaires en Europe[réf. nécessaire]. La Beer Pong League espagnole a lieu du lundi au dimanche dans différents endroits de la capitale.

En Belgique ( BBPC - Belgian Beer pong championship), le circuit est depuis plusieurs années dominé par la paire M.Clement et Q.Thiebaut, connus pour leur maitrise tactique, technique et surtout mentale, ces deux joueurs ayant la réputation de « rentrer dans la tête de leurs adversaires », selon C.Pieters, joueur pourtant doué mais surtout admiratif des performances du duo. Seule exception le championnat 2020 remporté par Cyrille DB et Mathieu B. (Victoire en finale 1-10 sur la partie en or après avoir perdu les 10 premières manches. Ce que tout le monde qualifie alors d'exploit est en fait une stratégie que le duo répétera à de nombreuses reprises. Leur titre sera remis en jeu en à la suite de la crise du covid-19.

En 2021, le retour des championnats après la crise sanitaire, consacre à nouveau M. Clement et Q.thiebaut. Ils l’emportent facilement en finale face à la paire A.Houard-C.Pieters après avoir notamment dominé aisément les tenants du titre en 1/4 finale ( paire qui se séparera dans la foulée de ces championnats à la suite d'une longue série de contre-performances. Nombreux sont alors les observateurs qui mettent leur victoire de 2020 sur le compte de la chance et surtout de l absence de plusieurs cadors) et la paire D.Blavier-P.Saey en demi. À noter que Décus et amers, D.Blavier et P.Saey porteront, sans succès, réclamation auprès des commissaires après la partie en arguant des balles mystérieusement teintées de noir. Pour l anecdote, M.Clement profitera de la remise des prix pour demander à son partenaire Q.Thiebaut d accepter d’être son témoin de mariage.

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Time-magazine, Time magazine ran an article on July 31, 2008 called "The War Against Beer Pong," noting legal restrictions and bans on the game in college and elsewhere,
  2. (fr) Un bar annonce des soirées «Bière Pong», un divertissement éthylique qui fait tiquer les autorités. [1]
  3. (fr) Bière-pong.com annonce des tournois de bière pong en Suisse, dans le canton de Vaud [2]
  4. Jean-Baptiste Chastand, « Le Kitzloch, haut lieu du ski dans le Tyrol autrichien et foyer majeur de coronavirus », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  5. « Une station de ski autrichienne a contribué à la propagation du Covid-19 en Europe », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  6. https://www.dhnet.be/actu/monde/coronavirus-quelque-1-200-personnes-ont-ete-contaminees-dans-le-domaine-skiable-d-ischgl-en-autriche-5e860a5fd8ad581631a3a9cd
  7. https://www.lalibre.be/international/europe/comment-des-centaines-de-touristes-europeens-ont-ete-contamines-a-ischgl-une-station-de-ski-autrichienne-devenue-libiza-des-alpes-5e7a14987b50a6162baea791
  8. « Les différents tirs au beer-pong », Beer pong Officiel,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. (en) « LAST CUP: Road to the World Series of Beer Pong », sur cinevegas.bside.com (consulté le )
  10. (en) « Beer Pong Strikes Back », sur www.time.com (consulté le )
  11. (fr) « la colonne du magazine », sur sports.espn.go.com (consulté le )
  12. (en) « Beer pong promotions not so good », sur www.adjab.com (consulté le )
  13. (en) « 'Beer Pong' Video Game Has Controversy Brewing - Le jeu a supprimé toute référence à l'alcool », sur www.foxnews.com (consulté le )

Articles connexes[modifier | modifier le code]