Bhujangasana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bhujangasana

Bhujangasana, ou posture du cobra[1] (sanskrit : भुजङ्गासन, Bhujaṅgāsana), est une asana inversée de yoga[2]. Elle est régulièrement exécutée lors de la salutation au Soleil comme alternative à Urdhva Mukha Svanasana (chien tête en haut)[3].

Étymologie et origines[modifier | modifier le code]

La posture est nommée en référence à sa ressemblance avec un cobra indien avec sa collerette déployée.

Le nom de la posture provient du sanskrit भुजङ्ग (bhujaṅga, serpent ou cobra) et आसन (āsana, posture). Elle est décrite dans l'ouvrage du XVIIe siècle Gheranda samhita ainsi que dans celui du XIXe siècle Sritattvanidhi (en), où elle est nommée Sarpasana, c'est-à-dire posture du serpent[4].

Description[modifier | modifier le code]

La posture peut suivre une posture ventrale ou Adho Mukha Svanasana. Les paumes sont placées sous les épaules et poussent jusqu'à ce que les hanches se soulèvent légèrement. Le dessus des pieds demeure au sol et les jambes sont tendues. Le regard fixe droit devant, puis vers le haut ou légèrement vers l'arrière lorsque les bras sont complètement tendus, au moment où la posture est complète. À la différence de Urdhva Mukha Svanasana, les jambe et cuisses demeurent au sol[5]

Variations[modifier | modifier le code]

Variante avec une courbure du dos moins prononcée.
La posture du Sphinx, une variante de la posture du cobra réalisée en Yin Yoga (en).

La posture du Sphinx, parfois nommée Salamba Bhujangasana (षलम्ब भुजङ्गासन)[6], est une variante plus facile de la posture du cobras où les avants-bras sont laissés au sol, ce qui diminue la flexion du dos[7],[8].

Les yogis expérimentés peuvent positionner leur jambes en position du lotus (Padmasana)[8].

Une autre variante, adaptée pour la grossesse, propose de placer une serviette sous le pelvis[8].

Précautions[modifier | modifier le code]

Des erreurs typiques de cette posture sont une hyperextension du cou et du bas du dos. Il est donc recommandé de garder le regard sur le plancher et de se concentrer pour garder le mouvement dans la zone située entre les omoplates[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) YJ Editors, « Cobra Pose », Yoga Journal,
  2. (en)How To Do Cobra Pose https://www.verywell.com/cobra-pose-bhujangasana-3567067
  3. (en) « Surya Namaskara », Divine Life Society, (consulté le 19 juillet 2019)
  4. (en) Norman E. Sjoman, The Yoga Tradition of the Mysore Palace, Abhinav Publications, (1re éd. 1996) (ISBN 81-7017-389-2, lire en ligne), p. 71
  5. (en) Iyengar, B. K. S., Light on Yoga, Schocken, (1re éd. 1966), 107–108, 396–397 p. (ISBN 0-8052-1031-8)
  6. (en) « Sphinx Pose -Salamba Bhujangasana », Ekhart Yoga (consulté le 4 février 2019)
  7. (en) YJ Editors, « Sphinx Pose », Yoga Journal, (consulté le 4 février 2019) : « Sphinx Pose is the infant of backbends. »
  8. a b et c (en) « Sphinx & Seal », Yin Yoga (consulté le 26 juillet 2019)
  9. (en)Yoga for Chronic Pain, Part I, By Timothy McCall, M.D. Yoga Journal

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(en) B. K. S. Iyengar, Light on Yoga: Yoga Dipika, Unwin Paperbacks, (1re éd. 1966) (ISBN 978-1855381667)
(en) Andrea Jain, Selling Yoga : from Counterculture to Pop culture, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-939024-3, OCLC 878953765)
(en) Suzanne Newcombe, Yoga in Britain: Stretching Spirituality and Educating Yogis, Bristol, England, Equinox Publishing, (ISBN 978-1-78179-661-0)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :