Bezen Perrot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bezen Perrot
Image illustrative de l'article Bezen Perrot
Drapeau[1]

Création 1943
Dissolution 1945
Pays Bretagne
Allégeance Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Branche Unité de la Waffen SS
Effectif 80
Fait partie de Sicherheitsdienst
Garnison château de Pontivy,
puis manoir de Kerriou en Gouézec
Guerres Seconde Guerre mondiale
Commandant Célestin Lainé

Le Bezen Perrot ou formation Perrot, appelé Der bretonische Waffenverband der SS[2]'[3] par les Allemands, est une unité nationaliste bretonne du Sicherheitsdienst, le service de renseignement de la SS pendant la Seconde Guerre mondiale.

Elle prend la suite du Lu Brezhon (« armée bretonne »), qui succède elle-même au Kadervenn (Sillon de combat ou Service spécial), organisations nationalistes bretonnes.

Kadervenn[modifier | modifier le code]

En 1936, Célestin Lainé créé le Kadervenn qui comprend alors une douzaine de membres. Dans l'esprit de Lainé, c'est l'embryon d'une future armée bretonne. En 1938, les effectifs ont doublé. En 1938, le Kadervern se dote d'un service de renseignement, le « Service Spécial ». C'est ce dernier qui récupère les armes du Gwalarn en 1939 lors du débarquement d'armes de Plestin. C'est une unité paramilitaire conçue sur le modèle de l'IRA, comprenant une douzaine de membres environ engagés dans des manœuvres militaires. Cette organisation instruit les nouvelles recrues et participe à des manœuvres dans les Monts d'Arrée en 1937 puis dans les Landes de Lanvaux en 1938.

Lu Brezhon[modifier | modifier le code]

1940[modifier | modifier le code]

À l'été 1940, Lainé transforme son Kadervenn en « Lu Brezhon ». Lors de l'établissement du Comité National Breton à Pontivy début juillet 1940. Lainé prend à cette occasion de façon officielle possession du château des Rohan, qu'il transforma en caserne pour héberger les premiers membres de sa future légion bretonne (une quarantaine de personnes). Le , le château de Rohan, quartier général de ce Service Spécial est attaqué par la population de Pontivy. Ils abandonnent par la suite ce casernement pour rejoindre le château de Kerriou[4] en Gouézec, près de Pleyben. Leurs actions et leur présence suscitèrent l'hostilité ouverte de la population du bourg. Lainé fut convoqué par Olier Mordrel, pour lui rappeler que sa formation faisait partie du Parti national breton, et devait en accepter les directives dont la première était de mettre fin au désordre (comportement en pays occupé) et de ramener le calme à Gouézec. Lainé, refusant d'accepter ce contrôle, Raymond Delaporte menaça d'abord de réduire son allocation puis coupa les vivres au Service Spécial. Lainé licencia des hommes de troupe, ne conservant que quelques éléments qui se retirèrent avec lui à la Trinité-sur-Mer, pour entreprendre en décembre 1940, une collecte d'armes dans tout le pays breton (avec Bubriad, l'un des principaux animateurs de cette opération).

1941[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

Disposant d'un stock d'armes et d'explosifs que ses lieutenants avaient récupérés dans les hameaux et les bourgs, à la fin de 1940, il commença à tisser, dès le début de 1941 la toile de l'organisation de la future Armée de Libération de la Bretagne. Cette armée disposait d'un « pendall » état-major situé à Rennes. Elle était subdivisée en un certain nombre d'unités de base ou « bodoù », composés chacune de cinq hommes placés sous la direction d'un caporal-chef ou « kentour ». À leur tour, 4 « bodou » constituaient un « ker » ayant à sa tête un « kerrenour » ou lieutenant. Une quinzaine de centres de recrutement et d'instruction avaient été répartis en Bretagne : Rennes, Nantes, Quimper, Saint-Brieuc, Vannes, Lannion, Guingamp, Ploërmel, Châteauneuf-du-Faou, Landerneau, Plouguerneau, Landivisiau et Paris, placés sous la responsabilité d'un délégué. Complétant cette infrastructure figuraient aussi un « groupe de sécurité » (« Kevrenn ar Surentez »), chargé d'assurer la police et la protection de l'Armée secrète et un tribunal militaire siégeant à Saint-Brieuc, sous la présidence d'un éminent professeur de droit, adepte intransigeant du nationalisme breton. Le rôle de Lainé et de ses lieutenants était simple : il consistait à donner une instruction militaire, dérivée des règlements des manuels de l'infanterie et de la cavalerie françaises, aux volontaires du prochain soulèvement de la Bretagne. L'utilisation précise et ultra-rapide de commandos s'inspirait de l'enseignement des raids de l'IRA.

Bagadoù Stourm[modifier | modifier le code]

Au cours de l'année 1941, la direction du Parti National Breton charge Célestin Lainé et ses officiers de la Lu Brezhon d'assurer l'instruction militaire de son service d'ordre, les Bagadou Stourm, placé sous la direction de Yann Goulet. Au cours de l'année 1941, les cadres du Lu Brezhon procédèrent une fois par mois, le samedi et le dimanche, dans la plupart des centres de Bretagne à l'entrainement des jeunes recrues nationalistes : cours théoriques - enseignement du morse, étude de la balistique - cours pratique : répétition d'opérations. L'emprise exercée par les cadres de l'organisation de Lainé sur les effectifs des Bagadou Stourm ne devait pas tarder à créer un malaise proche de la subversion. Chef du service d'ordre, Yann Goulet réagit vigoureusement pour maintenir l'unité du Parti, en rappelant qu'« instruire et diriger sont deux choses différentes », et que dans une école militaire, il n'est pas admissible qu’« un maître d'armes s'arroge un pouvoir de commandement ». Suivi par Raymond Delaporte, Goulet resta la seule autorité reconnue. À partir de cet instant, les inconditionnels du Lu Brezhon, et les volontaires des Bagadou s'observèrent avec une méfiance évidente, prélude à la scission qui devait aboutir deux ans plus tard à la formation du Bezen Perrot.

En juillet 1941, les Allemands confisquent le stock d'armes récupérées en 1939 et 1940, devant la formation de cette Armée Secrète de la Bretagne Libre.

Le , des membres des Bagadou Stourm, dont Robert Le Helloco, parviennent à infiltrer le réseau de résistance FFI Gallais[5] à Fougères : huit résistants bretons : René Gallais, Raymond Loizance, Marcel Pitois, Antoine Ferez, Louis Richer, François Lebosse, Jules Rochelle, et Jules Frémont sont arrêtés ; ils furent décapités le à Munich[6].

En 1943, hostile à la politique temporisatrice du PNB de Raymond Delaporte, Célestin Lainé constitue une légion de volontaires séparatistes en uniforme allemand, prête à combattre non seulement les Français, mais aussi les ennemis du Reich, quelques jeunes garçons du Bagadou Stourm s'enrôlèrent spontanément dans les rangs du Bezen Kadoudal en demeurant persuadés qu'ils étaient en accord avec leur chef, Yann Goulet, un certain nombre d'autres membres rejoignit la Résistance, en créant notamment le groupe Liberté ou Timoléon dans la région de Saint-Nazaire. Cette armée ne fut pas reconnue par Raymond Delaporte, qui déclara que « cette armée bretonne » ne pouvait avoir aucune réalité légale étant donné qu'elle n'était composée que de volontaires sans uniforme national et directement engagés dans les forces allemandes[7].

Bezen Cadoudal[modifier | modifier le code]

En novembre 1943, il le transforme en Compagnie Bretonne en guerre contre la France sous le nom de Bezen Cadoudal. La moitié des effectifs du Kadervenn (soit une douzaine d'hommes) passeront dans le Bezen Perrot autour de Lainé, achevant de basculer dans la collaboration militaire avec les Allemands.

Bezen Perrot[modifier | modifier le code]

La double appartenance (Bagadou Stourm, Bezen Cadoudal) est interdite par la direction du PNB. Le , cette formation prend le nom de Bezen Perrot, en référence à l'abbé Perrot, un prêtre engagé dans la vie culturelle et assassiné par la résistance communiste, sur la suggestion d'un de ses leaders Ange Péresse.

Bien que portant l'uniforme des Waffen-SS, dépourvu de tout insigne breton, ses membres ne se voient pas comme des collaborateurs ; au contraire , ils se considéraient comme une force nationale bretonne continuant la résistance militaire contre la France[8].

Composition[modifier | modifier le code]

C'est une formation bretonne de collaboration avec le nazisme, créée par Célestin Lainé. On l'appelle aussi La Formation Perrot, Perrot Gruppe, Der bretonische Waffenverband der SS ou Die bretonische SS. Les effectifs ne dépassent pas la centaine d’hommes (80 hommes selon Axishistory [9], 66 personnes de la fin 1943 jusqu'en juillet 1944[10]). Le groupe est installé à la caserne du Colombier à Rennes.

Tous les membres du ‘’Bezen Perrot’’ n’ont pas été identifiés, les archives ayant été détruites après la guerre et certains, une trentaine au moins, ne sont connus que par leurs surnoms. Parmi les membres bretons connus : Célestin Lainé (alias "Le Hénaff"), Ange Péresse[11] (originaire de Bubry), Léon Jasson[12], Jean-Marie Chanteau (dit "Mabinog")[13], André Geffroy (dit Ferrand)[14], Goulven Jacq[15] (originaire de Plougastel-Daoulas), Louis Feutren (de Rennes)[16][17], Jean-Marie Hascoët, Auguste Ménard (dit "Corentin", de Vitré), Joseph Le Corre (dit "Stern"), Julien Le Boëdec, Yann Laizet (dit "Maout", de Saint-Malo), Jean Larnicol (de Treffiagat), Joseph Le Berre (dit "Stern", de Pont-l'Abbé), Alan Heusaff, Michel Chevillotte[18] de Brélès), Polig Guirec[19], Hervé Le Helloco[20], Yves Le Négaret[21], (alias "Le Floch" ou "Lizidour"), Auguste Le Deuff, les frères René et Yan Guyomarc'h, Alphonse Le Boulc'h (alias "Jan"), Marcel Bibe, Louis Guervenou (alias "Docteur"), Émile Luec (alias "Forster"), etc.[10]

Les principaux membres connus de cette milice, certains étant allemands, sont[22] :

1. SS-Untersturmführer Célestin Lainé – Réfugié en Irlande à la Libération, condamné à mort par contumace. Il est mort en 1983.
2. SS-Sturmscharführer Ange Péresse, adjoint de Célestin Lainé - Condamné à mort par contumace. Naturalisé allemand après la guerre, il décédera à Munich en 1984.
3. SS-Untersturmführer Wild (Alsacien) – 2e commandant de l’unité.
4. SS-Hauptsturmführer Hans Grimm alias Lecomte (Alsacien) – Commandant nominal.
5. SS-Oberscharführer Erich Froeboese (Allemand) Quartier-Maître
6. SS-Oberscharführer Maout (Yann Laizet)
7. SS-Oberscharführer Alan Heusaff – Condamné à mort par contumace. Réfugié en Irlande, décédé en 1999.
8. SS-Mann Marcel Bibe – Condamné à une peine de prison le .
9. SS-Oberscharführer Léon Jasson – Exécuté le .
10. Michel Chevillotte, dit Bleiz.

Sur l'ensemble des SS de la "Bezen Perrot", trois sont morts au combat (Yann Laizet et Jean Larnicol furent tués lors des combats à Ploërdut ; Joseph Le Berre fut aussi tué), un a été exécuté par la Résistance, un est mort durant un interrogatoire effectué par la Résistance et un qui avait "retourné sa veste" a été exécuté par les Allemands. André Geffroy (dit Ferrand) fut fusillé à la Libération. Célestin Lainé, Ange Péresse, Louis Feutren, Michel Chevillotte, Auguste Ménard furent condamnés à mort par contumace (leurs peines furent par la suite commuées ou amnistiées).

Organisation[modifier | modifier le code]

Les premiers volontaires du Bezen Perrot sont engagés sur le front de Bretagne, depuis le début de l'année 1944. Sur le plan militaire, l'unité dépend du Hauptscharfuhrer Hans Grimm, dit "Lecomte", du Sicherheitsdienst (S.D.) de Rennes. L'Obersturmbannfuhrer Pulmer avait la responsabilité directe des unités qui combattaient les maquis de Bretagne. Les soldats du Bezen Perrot s'enrôlent dans le Sicherheitsdienst sous uniforme allemand. L'action de Bezen Perrot n'a duré que six mois.

Actions[modifier | modifier le code]

Carte des actions du Bezen Perrot selon Kristian Hamon.

Le Bezen Perrot avait pour mission de garder l'immeuble de la Gestapo à Rennes et ses prisonniers, de torturer ou d'exécuter sommairement les résistants[23], d'attaquer les groupements des FFI et FTP, d'établir des souricières, de préparer des équipes de sabotage et de guérilla devant agir dans les territoires libérés par les alliés.

Actions contre la Résistance[modifier | modifier le code]

Portrait du résistant Albert Torquéau, torturé et fusillé par des membres du Bezen Perrot et de la Milice le à Plougonver avec 6 autres résistants

En 1944, le groupe est installé à Rennes, caserne du Colombier, et participe à des actions contre les maquis et les résistants de Bretagne[24]. Ces volontaires, encadrés par Ange Péresse et Léon Jasson, portent l’uniforme vert de gris avec le calot à tête de mort. Pour les forces d’occupation, ils sont la Bretonische Waffenverband der S.S. Au lendemain de la libération de Rennes, la Sécurité militaire établissait des synthèses sur la collaboration. De même, le descendant de l'auteur du Barzaz Breiz ; le capitaine de La Villemarqué, officier de la sécurité militaire à Rennes, rédigea un document sur la genèse du Bezen Perrot, depuis la création du Gwenn ha du.

Article connexe : Libération de Rennes.

Des membres du Bezen Perrot ont lutté contre des maquisards bretons à Guer (contre les résistants cachés dans le manoir de Saint-Gurval[25])[26], à Bubry, à Baud, à Sarzeau, à Guémené-sur-Scorff, à Saint-Nicolas-du-Pélem, à Maël-Carhaix, à Scrignac, à Bourbriac, à Rostrenen, à Saint-Jean-Brévelay , à Broualan, à Châteauneuf-du-Faou, à Ploërdut, etc.[10]. L'école publique d'Uzel fut l'un de leurs centres de torture[27].

Par exemple, selon Françoise Morvan, un groupe du Bezen Perrot dirigé par Michel Chevillotte s'installa en Basse-Bretagne pour quinze jours entre le et le à Maël-Carhaix, épaulant un régiment d'infanterie allemand. À partir de là, les membres de ce groupe effectuèrent deux rafles, l'une à Callac le , l'autre à Trébrivan le et brûlèrent six fermes suspectées d'abriter des résistants à Scrignac et dans les environs. Ce groupe quitta Maël-Carhaix pour Bourbriac le et participa le 11 juillet à la rafle de Saint-Nicolas-du-Pélem[28].

Autre exemple : le des ‘’gours’’ du Bezen Perrot réunissent dans la cour de l’école de Locminé tous les hommes âgés de 18 à 45 ans et retiennent 24 d’entre eux comme otages, les interrogeant de manière musclée pour savoir où étaient cachées les armes et munitions après les combats du maquis de Saint-Marcel. Deux otages furent fusillés à Moustoir-Ac et vingt autres dans les bois de Coët-Kermeno, près de Botségalo au sud de la commune de Colpo le  ; quatre autres furent tués le [10].

La fuite[modifier | modifier le code]

Les principaux protagonistes de l'alliance avec les nazis n'avaient pas attendu la chute finale de l'Allemagne hitlérienne pour prendre la fuite. Dès juin 1944, certains s'étaient enfuis en Allemagne (ce fut le cas de Fred Moyse qui réussit à se faire naturaliser allemand et qui s'installa plus tard à Francfort). Philippe Aziz écrira « Pendant toute la journée du 1er août, Célestin Lainé lance ses lieutenants Ange Péresse et Léon Jasson à la recherche des "gours" du Bezen afin que ceux-ci rejoignent la rue Lesage, centre de rassemblement. Il se rend à deux reprises rue Jules Ferry, au siège de la Gestapo, pour mettre au point avec Pulmer les modalités du repli et organiser les convois et les itinéraires. Le 1er août au soir, un premier contingent de trente membres du Bezen, mêlé à un groupe d'employés de la Gestapo, prend la route. Le 2 août, le reste de la troupe suit. Il y a, outre les autres gours du Bezen, l'imprimeur de L'Heure bretonne; Marcel Guieysse, sa femme et leur fille Denise, Mme Peresse et ses enfants; Roparz Hemon, fondateur de l'Institut celtique; Jos Youenou, beau-frère de François Debeauvais ; Françoise Rozec-Andouard, alias Meavenn…) »[29]. Le , le VIIIe corps d’armée américain entre à Rennes que la Wehrmacht avait évacué plusieurs jours avant. À l’étape de Paris, les désertions se multiplient : certains (comme celui qu’on surnomme "Tintin la Mitraille") rejoignent les FTP, d’autres les FFI (Le Bihan[Lequel ?]…) et quelques-uns enfilent discrètement des vêtements civils[30][réf. insuffisante].

Durant la fuite vers l'Allemagne, des membres du Bezen Perrot (Xavier Théophile, André Geoffroy, Michel Chevillotte) se signalent à Creney-près-Troyes par l'exécution sommaire de 49 résistants sortis de leur geôle le [31].

Cadoudal, Lizidour et Rual sont arrêtés à Colombey-les-Deux-Églises, par un gendarme français alors qu'ils sont en fuite, puis remis aux troupes américaines. Cadoudal sera condamné à 10 ans de travaux forcés à la Libération, peine commuée en 2 ans de prison. Il est libéré en février 1946.

Célestin Lainé et les reliquats du Bezen Perrot gagnèrent l'Allemagne, dans la région de Tübingen. Ils eurent le choix de travailler dans des usines allemandes, de suivre un cours de radio-opérateur au titre de l'Abwehr, ou encore de rejoindre les commandos SS de Otto Skorzeny. La plupart furent arrêtés en tentant de rentrer en France. Lainé vécut clandestinement en Allemagne à Marbourg avant de se réfugier en l'Irlande.

Une demi-douzaine de séparatistes furent condamnés à mort et exécutés, à commencer par Guy Vissault de Coëtlogon[32]. Celui qui se disait l'apôtre de Sir Roger Casement termina comme supplétif de la Gestapo. Il est fusillé le à Rennes.

Procès[modifier | modifier le code]

Le cas Bezen Perrot et d'autres cas de collaboration furent traités par la Cour de Justice établie à Rennes en 1944. Ses pouvoirs furent transférés au Tribunal Permanent des Forces Armées à Paris le qui était chargée de revoir tous les cas. Parmi une douzaine de bretons exilés en Allemagne de 1946 à 1948, 5 furent condamnés à mort par contumace dont Yann Bourc’hiz. La plupart d'entre eux se réfugièrent en Irlande grâce à la filière de faux papiers mise au point par Yann Fouéré et deux autres militants nationalistes en fuite[33].

Neuf nationalistes bretons, membres de l'une ou l'autre des milices bretonnes (Bezen Perrot, Kommando de Landerneau, groupe de la Selbstschutzpolizei dirigé par Guy Vissault de Coëtlogon, miliciens de Joseph Darnand[34], ..) furent condamnés à mort et fusillés : Pierre Bernier (de Pénestin), Hervé Botros (de Lanmeur, exécuté à Quimper), Guy Vissault de Coëtlogon (de Rennes), André Geffroy dit Ferrand (de Pommerit-Jaudy), Claude Geslin (de Rennes), Corentin Kergoat (de Châteaulin), Joseph Le Ruyet (de Bubry) et Commandant Thomas (de Rennes). André Geffroy, dit "Le Grand Gef", de Lannion, lui aussi condamné à mort , vit sa peine commuée. Douze furent condamnés à mort par contumace : Michel Chevillotte (de Brélès), Louis Feutren (de Rennes), Gilbert Foix (d’Auray), Yann Goulet (de Saint-Nazaire), Hervé Le Helloco (de Pontivy), Guy Hernot (de Saint-Thégonnec), Edmond Joly (de Rennes), Célestin Lainé (de Nantes), Jean L’Haridon (de Châteaulin), Auguste Ménard (de Vitré), Olier Mordrel (de Plerguer), déjà condamné à mort en 1939 en même temps que François Debauvais) et Ange Péresse (de Bubry) ; leurs peines furent par la suite commuées ou amnistiées[35].

Selon une liste dressée par Olier Mordrel, sept membres de l’une ou l’autre des milices bretonnes auraient été tués lors de combats contre les maquisards : Joseph Le Berre (de Pont-l’Abbé), Auguste Le Deuff (de Maël-Carhaix), Armel Guillo (de Vannes), Job Hirgair (de Brandérion), Yann Laizet (de Saint-Malo), Jean Larnicol (de Treffiagat) , tous les deux membres du Bezen Perrot et tués lors de combats à Ploërdut et Yann Louarn (de Guingamp, tué par des résistants de Gourin qu'il s'apprêtait à dénoncer). Trente et un bretons auraient été assassinés par des résistants pour faits de collaboration : Auguste Bocher et son frère (de Saint-Servais), Yann Bothorel (de Landrévarzec), Yann Bricler (de Quimper), Yves de Cambourg (de Gouesnach), Marcel Colin (de Rennes), Paul Gaïc (de Plessala), l’abbé Grivart, Étienne Guehenneuc, Jeanne du Guerny (de Quintin), Yann Guilcher (de Ploaré), Yves Kerhoas (de Plonévez-du-Faou) , l’abbé Lec’hvien (recteur de Quemper-Guézennec), Mahé, Ambroise, Bernard et Céline Maubré, deux frères et sœur (de Gourin), Mathurin Le Moigne et ses deux fils (de Silfiac), Loïc Moullec (de Saint-Barthélemy), Christian Le Part (de Rochefort-en-Terre), Job Le Pedellec (de Bubry), Jean-Marie Perrot (recteur de Scrignac), Philippon Le Ven (de Quimper), l’abbé Emmanuel Rallier[36] (recteur de Bieuzy), Hélène Le Ruyet (de Bubry), Louis Stéphan (de Locminé), les deux frères Tattevin (de Nantes) et Valy (de Lorient). Toujours selon la même liste, sept seraient morts après la guerre alors qu’ils étaient détenus et selon Olier Mordrel à cause des mauvais traitements dont ils auraient été victimes) : Le Borgne (de Lennon), James Bouillé (de Perros-Guirec), le docteur Le Clair (de Saint-Pol-de-Léon), David, Gaston Jehannin (de Talensac), François Stéphan[37] (de Saint-Pol-de-Léon), Jos Youenou (de Douarnenez)[10].

Une soixantaine de nationalistes bretons compromis dans la collaboration avec l’occupant nazi auraient donc été tués ou condamnés pendant la Seconde Guerre mondiale. Lors de cette même guerre, selon Christian Bougeard [38], 3 763 bretons furent déportés (dont la moitié au moins sont morts en déportation), au moins 2 273 bretons furent fusillés, sans compter les résistants morts au combat et les victimes civiles[10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Bezen Perrot adopta dès sa formation, fin 1943, le drapeau blanc à croix noire des combattants bretons du XVe siècle. » Ronan Caerleon, Le rêve fou des soldats de Breiz Atao, Quimper, 1974, p. 38. « Maigre consolation, le Bezen peut déployer le Kroaz Du, son drapeau à croix noire, En note qu'ils préfèrent au Gwenn ha Du de Morvan Marchal, trop fédéraliste à leurs yeux » Kristian Hamon, Le Bezen Perrot, Yoran Embanner, 2004, p. 55.
  2. http://www.axishistory.com/index.php?id=7272
  3. http://www.crwflags.com/fotw/flags/fr%7Dbz.html
  4. « http://fr.topic-topos.com/chateau-de-kerriou-gouezec »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 31 août 2017)
  5. http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/ph-doc/fougeres.htm
  6. « http://www.histoquiz-contemporain.com/Histoquiz/Lesdossiers/LaFrance19391945/lvf/bezen.htm »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 31 août 2017)
  7. Yves Mervin, "Viens rejoindre notre armée ! 1944. Une résistance bretonne à contre-temps", Coop Breiz, 2015
  8. https://www4.uwm.edu/celtic/ekeltoi/volumes/vol4/4_1/leach_4_1.html
  9. Axis History Factbook: French forces during WW2 (1941-1945) (France)
  10. a, b, c, d, e et f Georges Cadiou, "L'Hermine et la Croix gammée", Mango Document, 2001, [ (ISBN 2-914353-065)]
  11. Ange Péresse, dit "Cocal" ou "Carcal", né en 1910 à Bubry, fut l’archétype du nazi breton, un des responsables du Bezen Perrot et indicateur du SD, n’hésitant pas à frapper et torturer les personnes arrêtées suspectées d’être des résistants. Chassé de Bretagne par la défaite des nazis, il fut avec les ultimes combattants de cette unité qui se retrouvèrent à Tübingen, regroupés autour de Célestin Lainé. Il resta en Allemagne, où il vécut pendant de nombreuses années sous une fausse identité, et où il mourut en 1984.
  12. Léon Jasson, né en 1921 à Baud, ancien séminariste, membre du Bezen Perrot, s'engagea ensuite dans une division SS, combattant les alliés dans la région de Bastogne, avant de se cacher en tenue civile dans une ferme de Lauterbach en Hesse, arrêté par les Américains et remis aux autorités françaises, il fut condamné à mort et fusillé le à Rennes
  13. Fant Rozec fut la compagne de Jean-Marie Chanteau
  14. André Geffroy (dit Ferrand), né le à Pommerit-Jaudy, forgeron, membre du Bezen Perrot, fut fusillé à la Libération le à Rennes. Il ne doit pas être confondu avec un autre André Geffroy, dit "Le Grand Gef", né en 1911 à Lannion, membre du Service spécial de Célestin Lainé et du Kommando de Landerneau, qui participa par la suite aux rafles de Callac et Saint-Nicolas-du-Pélem, voir Françoise Morvan, Miliciens contre maquisards : enquête sur un épisode de la Résistance en Centre-Bretagne, Éd. Ouest-France, 2013, [ (ISBN 978-2-7373-5063-4)]; il fut condamné aux travaux forcés à la Libération, puis condamné à mort, mais sa peine fut commuée et il fut libéré après une campagne en sa faveur en Irlande et au Pays de Galles.
  15. Goulven Jacq, né en 1913 à Plougastel-Daoulas, il se réfugia à Sao Paulo après la Seconde Guerre mondiale et décéda le
  16. (en) « Welsh library criticised for accepting Nazi collaborator's money » (consulté le 31 août 2017)
  17. (en) « e-Keltoi: Volume 4, Nationalism - Bezen Perrot: The Breton nationalist unit of the SS, 1943-5 Daniel Leach » (consulté le 31 août 2017)
  18. Originaire de Plougonvelin, fils d'Olivier Chevillotte (qui fut candidat du Parti national breton à Morlaix en 1936), Michel Chevillotte fut sous l'Occupation chef cantonal du PNB à Plougonvelin, commune dont il était originaire. Il s'engagea dans la Bezen Perrot en décembre 1943 et devint rapidement chef du groupe cantonné au château du Bouéxic en Guer. Au moment de la débâcle allemande, en juillet 1944, en route vers l'Allemagne, il participa à l'exécution de 49 résistants à Creney-près-Troyes (Aube) et s'engagea dans les Waffen SS. Il fut condamné à mort par contumace et à la confiscation de tous ses biens, mais en fait ne fut jamais inquiété, voir Françoise Morvan, Miliciens contre maquisards : enquête sur un épisode de la Résistance en Centre-Bretagne, Éd. Ouest-France, 2013, [ (ISBN 978-2-7373-5063-4)]
  19. Polig Guirec, étudiant en droit, était le joueur de cornemuse du Bezen Perrot, jouant notamment l'appel du matin
  20. Hervé Le Helloco, responsable du service de renseignement du Parti National Breton, infiltra et dénonça le réseau FFI Gallais à Fougères, ainsi que le maquis de Broualan et travailla comme interprète pour les Allemands. Il se réfugia en Allemagne vers la fin de la guerre où il vécut par la suite sous une fausse identité
  21. Yves Le Négaret, adhérent du PNB, puis membre des Bagadou Stourm, fut un agent de renseignement de la Gestapo et un membre de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme avant de s'engager dans le Bezen Perrot
  22. « Le Bretonishe Waffenverband der SS "Bezzen Perrot" »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 31 août 2017)
  23. « http://www.histoquiz-contemporain.com/Histoquiz/Lesdossiers/LaFrance19391945/lvf/bezen.htm »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 31 août 2017) Le Bretonishe Waffenverband der SS "Bezzen Perrot"
  24. Le Bezen Perrot: 1944, des nationalistes bretons sous l'uniforme allemand Kristian Hamon Yoran Embanner, 2004
  25. « http://fr.topic-topos.com/manoir-de-saint-gurval-guer »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 31 août 2017)
  26. Alain Guérin, "Chronique de la Résistance", Omnibus, 2010, [ (ISBN 978-2-2580-8853-5)]
  27. http://cerp22.free.fr/Lieuxdememoire22/_Dossiers/Bilan%20occupation%20allemande.html
  28. Françoise Morvan, "Miliciens contre maquisards", éditions Ouest-France, 2010, [ (ISBN 978-2-7373-5063-4)]
  29. « L'histoire secrète de la Gestapo en Bretagne », paru en 1975
  30. http://www.wiki-rennes.fr/Le_Bezen_Perrot_quitte_Rennes
  31. http://www.cndp.fr/crdp-reims/memoire/lieux/2GM_CA/monuments/creney_fusilles.html
  32. L'hermine et la croix gammée: Le mouvement breton et la collaboration Georges Cadiou Éditions Apogée, 2006
  33. Yann Fouéré, La maison du Connemara, Coop Breizh, 1995, p. 273
  34. Des miliciens bretons membres d’un groupe organisé par Joseph Darnand et installés au 25, rue d’Echange à Rennes pratiquèrent aussi la torture ; parmi les membres de ce groupe, Di Constanzo, Lucien Imbert, Emile Schwaller et Du Perron de Maurin, originaire de Dinard, engagé à la LVF, commissaire régional aux questions juives, chef régional de la Milice.
  35. http://dictionnaire.sensagent.com/Mouvement%20breton%20(Emsav)/fr-fr/
  36. L'abbé Emmanuel Rallier, recteur de Bieuzy, fut assassiné le par des résistants FTP de la région de Baud
  37. François Stéphan, né le à Saint-Pol-de-Léon, barde, membre du réseau Centurie, fusillé par les Allemands le à Brest où il était emprisonné, mort pour la France ; il avait notamment écrit une gwerz en l'honneur de Guillaume Seznec en 1932, voir http://claire.allenou.free.fr/Discographie/Albums/Portraits.html
  38. Christian Bougeard, Histoire de la Résistance en Bretagne, Universels Glisserot, 1992

Bibliographie[modifier | modifier le code]