Beurré Giffard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les Rosacées
Cet article est une ébauche concernant les Rosacées.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations du projet botanique.

La Beurré Giffard est une variété traditionnelle de poire "beurré" d'été à chair fondante.

Giffard.

Origine[modifier | modifier le code]

Le cultivar a été obtenu par un semis de hasard en 1825, découvert par Nicolas Giffard, cultivateur à Fouassières, La Garenne-Saint-Nicolas, près d'Angers[1].

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • Giffard.

Arbre[modifier | modifier le code]

Port nettement divergent, vigueur moyenne, se greffe sur cognassier ainsi que sur franc pour l'établissement en tige[1].

Époque de floraison[modifier | modifier le code]

Moyenne saison, cependant sa fleur est sensible aux petites gelées et aux brouillards[1].

Pollinisateurs recommandés[modifier | modifier le code]

Mise à fruit[modifier | modifier le code]

Longue à se manifester, surtout sur le franc[1].

Productivité[modifier | modifier le code]

La productivité de cette variété est satisfaisante[1].

Fruit[modifier | modifier le code]

Forme et calibre[modifier | modifier le code]

Sa forme est gibbeuse et ventrue, d'une grosseur moyenne ; il est porté par un pédoncule court implanté au sommet, dans une cavité presque nulle[1].

Épiderme à maturité[modifier | modifier le code]

Lorsqu'elle est mûre, la poire est lisse, jaune verdâtre et lavée de rouge terne à l'insolation. Sa chair est blanche, très fine, fondante, sucrée, acidulée et parfumée[1].

Date de récolte[modifier | modifier le code]

Aux environs de juillet-début août, la récolte s'effectue[1].

Maturité naturelle de consommation[modifier | modifier le code]

Une entre-cueillette permet la récolte des fruits au fur et à mesure de leur maturité dans les limites précitées[1].

Conservation[modifier | modifier le code]

En raison de son blettissement rapide, la conservation s'en trouve limitée[1].

Appréciations générales[modifier | modifier le code]

Ennemis[modifier | modifier le code]

Résistance au transport et manipulations[modifier | modifier le code]

Peu satisfaisante.

Usages particuliers[modifier | modifier le code]

Principalement utilisé pour la confiserie[1].

Observations et culture[modifier | modifier le code]

Cultivé en haute tige ou demi-tige sur franc, sa mise à fruit est longue à établir[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Leroy, Dictionnaire de pomologie, volume 2, 1867, p.58.
  • Prévost, Cahiers pomologiques, 1839, p. 35.
  • Thompson, Catalogue of fruits of the horticultural Society of London, 184Î, p. 143, n° 299.
  • Comte Lelieur, La Pomone française, 1842, p. 429.
  • Thuillier-Aloux, Catalogue raisonné des poiriers qui peuvent être cultivés dans la Somme, 1855, pp. 12-13.
  • Dochnahl, Obskunde, t. U, p. 138.
  • Decaisne, Le Jardin fruitier du Muséum, 1860, t. III.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Beurré | Poirier | Rosacées | Arbre fruitier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m http://pomologie.com/poire/poire1/fpoires/beurregiffard/beurregiffard.html Fiche sur pomologie.com.]