Beulotte-Saint-Laurent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Beulotte-Saint-Laurent
Beulotte-Saint-Laurent
Beulotte-Saint-Laurent.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Intercommunalité Communauté de communes des mille étangs
Maire
Mandat
Jean-Charles Henry
2020-2026
Code postal 70310
Code commune 70071
Démographie
Population
municipale
57 hab. (2018 en diminution de 22,97 % par rapport à 2013)
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 51′ 41″ nord, 6° 40′ 42″ est
Altitude 600 m
Min. 520 m
Max. 757 m
Superficie 14,2 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Mélisey
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Beulotte-Saint-Laurent
Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône
Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Beulotte-Saint-Laurent
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beulotte-Saint-Laurent
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beulotte-Saint-Laurent
Liens
Site web cc-1000etangs.fr/beulotte-saint-laurent

Beulotte-Saint-Laurent est une commune française de moyenne montagne située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Elle fait partie du Massif des Vosges avec lequel elle partage une ascendance montagnarde culturelle et historique commune.

Ses habitants sont les Beulottais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Beulotte-Saint-Laurent est composée d'un village principal, de trois principaux hameaux (les Cent Sous, Breuche et La Saulotte) et de fermes isolées situées sur le plateau des Mille étangs, à une altitude de 520 à 757 mètres, et à 13 km de Faucogney-et-la-Mer[1].

Le hameau des Cent Sous est le plus haut avec 730 mètres d'altitude, c'est un des plus haut hameau du plateau des Mille étangs et des Vosges Saônoises. Le hameau de la Saulotte se trouve à 625 mètres et celui de Breuche à 620 mètres[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Corravillers Ferdrupt, Ramonchamp
(Vosges)
Rose des vents
N
O    Beulotte-Saint-Laurent    E
S
Esmoulières Servance-Miellin

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Aux portes des Hautes-Vosges, le village centre est isolé à 600 mètres d'altitude dans le haut vallon du Beuletin, et est très peu peuplée. Le territoire communal occupe la partie la plus haute du plateau des mille etangs. Le relief y est doux et peu creusé du fait que la commune se trouve principalement au sommet d'un plateau d'altitude[1].

Etant déjà posée sur le haut plateau, Beulotte-Saint-Laurent possède donc peu de sommets marqués, néanmoins on peu distinguer les plus élevés sur son flanc Est avec le haut des Edaux (700 m) et le haut du Tremblois (728 m) qui dominent directement le village, on à aussi bien sûr en continuant sur la même crête le point culminant : le Haut du Poteau à 757 mètres d'altitude[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La haute vallée du Breuchin y prend sa source à la sortie de l'étang du moulin au hameau des Cent Sous à plus de 700 mètres et le ruisseau du Beuletin, affluent du Breuchin prend sa source non loin de là à une altitude similaire. Il traverse le centre du village et y creuse son haut vallon sur 12 km jusqu'à retombé à Saphoz (Esmoulières) pour se jeter ensuite dans le Breuchin. Entre les deux sources on trouve la zone la plus élevée de la commune avec le point culminant (Haut du Poteau). A proximité de ce dernier, on trouve le Col du Poteau et son monument aux morts à 740 mètres d'altitude, il fait la liaison avec les Vosges et la commune de Ramonchamp[1].

Beulotte-Saint-Laurent est situé sur la partie supérieure du Plateau des Mille étangs et possède plusieurs plans d'eau utilisé pour la pêche : l'étang le Juge, l'étang de la Goutte, l'étang Chardon, l'étang des Cuves, les étangs de la Goutte du Tronc, des Grands Faings et l'étang du Gorgeots etc[1].

La commune de Beulotte Saint-Laurent est un secteur riche en tourbières dont le Feing de la Chaume et la tourbière des Grands Faings en sont les représentants les plus remarquables. A ce titre elles font l’objet de fiches descriptives ZNIEFF. La tourbière des Grands Faings se compose de deux complexes tourbeux, d’un étang oligotrophe résiduel et de prairies humides. Au XIXe siècle et jusqu’au milieu du XXe siècle la tourbière est exploitée pour ses pâtures et sa tourbe. Elle présente toutes les caractéristiques évolutives d’une tourbière haute active, des stades très aquatiques à des stades matures. La tourbière héberge près d’une centaine d’espèces végétales dont l'andromède à feuilles de polium, la scheuchzérie des marais et la droséra à feuilles rondes. Deux papillons inféodés aux systèmes tourbeux : le nacré de la canneberge et le fadet des tourbières de même que 23 espèces de libellules y ont été recensées[2],[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Située dans le Massif des Vosges, le climat y est de type montagnard en particulier sur les hauteurs[4].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Beulotte-Saint-Laurent est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[5],[6],[7]. La commune est en outre hors attraction des villes[8],[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune vient du terme bulotte, qui signifie en patois comtois « le lieu où se trouvent les bouleaux ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Beulotte-Saint-Laurent faisait partie de la terre de Faucogney, et a le même passé historique. Ainsi, les habitants se rebellèrent sous Louis XIV.

Au siècle dernier, les habitants fabriquaient des fromages, des sabots, des balais et des paniers. La tourbe des étangs était exploitée pour le chauffage.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Carte départementale représentant en rouge la Communauté de communes des 1000 étangs.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Lure du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

La commune faisait partie depuis 1793 du canton de Faucogney-et-la-Mer[10]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Mélisey.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes des mille étangs créée fin 2002.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs[11]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Bernard Daval    
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1995 En cours
(au 20 juillet 2014)
Jean-Charles Henry   Agriculteur
Réélu pour le mandat 2014-2020[12]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[14].

En 2018, la commune comptait 57 habitants[Note 2], en diminution de 22,97 % par rapport à 2013 (Haute-Saône : −1,23 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
636575600642712747731750780
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
637641695644636597572489455
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
438407376339339326323280266
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
2001821211037068687358
2018 - - - - - - - -
57--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête estivale début août[16].

Économie[modifier | modifier le code]

Commerce[modifier | modifier le code]

  • Le café Chez Gaby, qui porte le label Bistrot de pays[17], adhère à une charte dont le but est de « contribuer à la conservation et à l’animation du tissu économique et social en milieu rural par le maintien d’un lieu de vie du village »[18]. Il propose une cuisine traditionnelle et l'on peut déjeuner ou boire un chocolat chaud devant un poële à bois.
  • boulangerie traditionnelle Daval Laurent : pain de seigle et brioche.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Laurent.
  • Randonnée dite « des poissons » de 10 km (départ au centre du village, vue sur le ballon de Servance et promenade le long des étangs)
  • Petit édifice de montagne, l'église Saint-Laurent se compose d'un clocher du XVIIIe siècle à toit en flèche. Le portail en plein cintre du XVIIe siècle est encadré de deux colonnes doriques soutenant deux frontons superposés. La nef unique à deux travées plafonnées du XVIIIe siècle ouvre sur un chœur voûté d'arêtes plus large que la nef. L'église conserve un maître-autel de style Louis XV en bois sculpté, repeint en rouge, vert et or.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f « Carte IGN de Beulotte-Saint-Laurent » sur Géoportail..
  2. « Feing de la Chaume », sur INPN.
  3. « tourbière des Grands Faings », sur INPN.
  4. « Le climat des Vosges », sur www.avuxon.fr (consulté le 5 octobre 2020).
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  6. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. « Les maires de Beulotte-Saint-Laurent », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 4 novembre 2016).
  12. « Liste des maires de la Haute-Saône » [PDF], Liste des maires de la Haute-Saône et des présidents de communautés de communes, Préfecture de la Haute-Saône, (consulté le 26 octobre 2016).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. « Beulotte prépare sa fête », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Cette année encore, Beulotte-Saint-Laurent offrira sa traditionnelle fête estivale ».
  17. La charte Bistrot de Pays
  18. L'implantation des Bistrots de pays en France métropolitaine en 2010