Betty Friedan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Betty Friedan
Description de cette image, également commentée ci-après

Betty Friedan en 1960.

Nom de naissance Betty Friedan
Naissance
Peoria (Illinois)
Décès
Washington D.C.
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Profession
Écrivaine

Betty Goldstein Friedan, née le à Peoria (Illinois) et morte le à Washington D.C., est une féministe, journaliste[1] et écrivaine américaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Betty Friedan est la fille d'Harry Goldstein, un immigré russe juif. Elle a épousé en 1947 le producteur de théâtre Carl Friedan et a élevé leur trois enfants, avant de divorcer en 1969[2].

Elle est diplômée du Smith College. Elle est l'une des fondatrices du mouvement féministe moderne aux États-Unis qui, à partir des années 1960, succéda au premier mouvement féministe américain (1850-1920). Ce mouvement s'inscrivait notamment en réaction à une période de retour aux valeurs familiales de la femme au foyer et de l'épouse modèle consécutive à la Seconde Guerre mondiale malgré les conquêtes féministes des années 1920 et 1930[3].

La Femme mystifiée (The Feminine Mystique)[modifier | modifier le code]

Article connexe : La Femme mystifiée.

Elle s'est notamment fait connaître en 1963 par son essai La Femme mystifiée (The Feminine Mystique) qui a marqué le lancement d'un mouvement visant à réévaluer le rôle des femmes dans la société américaine[4]. Ce livre a été traduit en français par l'ancienne ministre des droits de la Femme (1981-1986) Yvette Roudy.

National Organization for Women[modifier | modifier le code]

Betty Friedan.png

À la suite du succès de ce livre, Betty Friedan a été incitée à fonder un mouvement féministe inspiré du modèle de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP), une association de lutte contre la ségrégation et les discriminations raciales, dont l'action était principalement politique et juridique. Ce sera la National Organization for Women (NOW, ce qui signifie aussi « Maintenant »), l'Organisation nationale pour les femmes, qui jouera un rôle primordial sur la scène politique et culturelle américaine durant les années 1960 et 1970[2].

Tout au long de son action, Betty Friedan a prôné un féminisme modéré, visant une plus grande égalité des sexes et des droits accrus pour les femmes, sans pour autant se positionner en opposition aux hommes[1]; c'est pourquoi NOW est la National Organization for Women (Organisation pour les femmes, et non pas des femmes). Cette modération dans ses choix n'enlevait pas pour autant à Betty Friedan un caractère déterminé et un goût pour les formules provocantes, source de conflits réguliers au sein de NOW ou avec d'autres associations féministes plus radicales[2].

Elle cofonde en 1969 l'association NARAL Pro-Choice America.

Betty Friedan faisait partie de la classe moyenne américaine et avait reçu une éducation universitaire. On a pu parfois lui reprocher de ne pas avoir assez pris en compte les femmes des classes ouvrières, et de promouvoir un modèle féminin en décalage avec les attentes de ces dernières[5].

Betty Friedan est décédée d'une crise cardiaque le , jour de son 85e anniversaire.

Hommage[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b https://www.nwhm.org/education-resources/biography/biographies/betty-friedan/
  2. a, b et c http://jwa.org/encyclopedia/article/friedan-betty
  3. Mona Chollet, Beauté fatale. Les nouveaux visages de l'aliénation féminine, La Découverte, 2012, p. 17.
  4. Laetitia Biscarrat, « L’analyse des médias au prisme du genre : formation d’une épistémè », Revue française des sciences de l'information et de la communication, no 3, 2013, mis en ligne le 30 juillet 2013, consulté le 12 janvier 2016. lire en ligne
  5. http://www.babelio.com/auteur/Betty-Friedan/64198