Betty Batoul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Betty Batoul
Description de cette image, également commentée ci-après
Betty Batoul lors d'une conférence à la Villa des Arts, Casablanca, Maroc
Nom de naissance Ben El Hiouel
Alias
Betty Batoul
Naissance
Ixelles, Bruxelles-Capitale Drapeau de la Belgique Belgique
Activité principale
Écrivain
Militante des droits de l'homme, présidente de l'asbl Succès
Distinctions
Prix Marie
Prix Condorcet-Aron
Mérite Culturel
Femme de Paix 2011
Auteur
Langue d’écriture Français, Anglais
Genres
Récits de vie, témoignages, autobiographies

Œuvres principales

Autobiographie : Un coquelicot en hiver ? pourquoi pas...

Betty Batoul Ben El Hiouel, alias Betty Batoul[1], née le à Ixelles en Belgique, est une écrivaine belge-marocaine de langue française et militante active des droits de l'homme en Belgique et au Maroc, et plus précisément de la lutte contre les violences faites aux femmes et des abus sexuels sur les enfants.

Biographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Betty Batoul naît à Ixelles d'un père marocain et d'une mère belge.

L'enfance de Batoul se déroule entre la Belgique (Bruxelles, Waterloo, Charleroi, Namur, Dinant, Beauraing, etc.) et le Maroc (région de Guercif, Oujda et El Jadida) où elle poursuit ses études dans les deux langues. En 1994, elle épouse Pascal Laurent ; elle a quatre enfants.

Elle décide en 2006 d'écrire son histoire, racontée dans l'autobiographie Un coquelicot en hiver ? Pourquoi pas...[2]. Elle déclare être poussée par un besoin de témoigner et dire aux femmes que la violence n'est pas une fatalité, qu'on peut en sortir et se reconstruire et que son exemple en est la preuve.

Le , elle fonde l'association Succès active dans la lutte contre toute forme de violence avec une mission en amont et en aval (accompagnement des victimes dans leur reconstruction)[3].

Elle crée également le Salon du Livre et des ARtistes (SLAR) afin de mettre à l'honneur un large éventail d'artistes d'une région, notamment d'anciennes victimes qui ont choisi l'art pour rebondir[4],[5].

Betty Batoul des jeunes dans les écoles, les collèges et universités en Belgique et au Maroc, et anime des conférences[6],[7].

Fin 2011, Betty reçoit le titre de Femme de Paix de Belgique pour ses actions en faveur de la paix[8],[9]. Elle sera reçue par le roi lors d'une cérémonie au palais de Laeken le 8 mai 2012[10].

Publications et documentaires[modifier | modifier le code]

Publications

  • Un coquelicot en hiver ? Pourquoi pas..., roman autobiographique, Tome I, 2010[2],[11],[12]
  • La tradition de Beaufort, roman, 2012[13],[14]
  • Toutes ces gouttes..., roman autobiographie, Tome II, 2014[15]
  • La corde au cou ou le stylo à la main, récit autobiographique écrit en collaboration avec Jeanine Van der Schueren (maman de Betty Batoul), 2015
  • OCCI DoLiR, la méthode, guide pratique de conseils pour grand bonheur, 2018

Documentaires :

  • Les coquelicots blancs d'Auschwitz.., 2015 : documentaire réalisé à Auschwitz, en devoir de mémoire aux victimes du plus grand massacre de l'histoire.
  • reVivre, 2016 : documentaire mettant en évidence le déclic des victimes, leur vie après la violence, en guise d'espoir pour toutes celles qui vivent encore sous emprise.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Betty Batoul au Parlement lors de la remise du Prix Condorcet-Aron, septembre 2010
  • mars 2010 : prix Marie, catégorie Femme de Force, pour son engagement pour la cause des femmes
  • septembre 2010 : prix Condorcet-Aron pour la démocratie, pour son engagement à lutter pour une meilleure démocratie AVEC les femmes[16],[17]
  • novembre 2010 : Mérite culturel, remis par la commune de Jemeppe-sur-Sambre (en wallon Djimepe-so-Sambe), où elle réside, pour la qualité de son roman[18]
  • décembre 2011 : titre honorifique de « Femme de paix 2011 », pour son combat pour la paix[8],[9]
  • 8 mai 2012 : elle est reçue au Palais de Laeken par le Roi et la Reine des Belges pour une cérémonie d'hommage en tant que Femme de Paix[10]
  • 11 mars 2014 : elle est reçue au Château de Laeken par le Roi Philippe et la Reine Mathilde dans le cadre de la journée de la femme. Elle fait partie des 12 femmes d’exception invitées à un déjeuner en compagnie des souverains belges[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Salon du Livre de Paris: Le stand marocain brille par la qualité et la diversité des œuvres », sur www.biladi.fr
  2. a et b « Un Coquelicot en Hiver ? Pourquoi pas... », sur uncoquelicotenhiver.com
  3. (fr) « Succès, une ASBL pour aider les victimes de maltraitances », sur rtbf.be
  4. http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20140414_00463281
  5. http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20140424_00467110
  6. (fr) « Betty Batoul sème sème ses coquelicots en hiver », sur http://www.maghress.com
  7. (fr) « Betty Batoul, une romancière qui veut redonner espoir aux femmes maltraitées », sur http://www.emarrakech.info
  8. a et b (fr) « Remise du titre "Femmes de paix 2011 à Betty Batoul », sur http://www.forcedesfemmes.net
  9. a et b (fr) « Interview Betty Batoul "Je dédie ce titre à toutes les victimes », sur http://www.lematin.ma/
  10. a et b (fr) « Betty Batoul récompensée par le Roi », sur http://www.lavenir.net
  11. « Un Coquelicot en Hiver de Betty-Batoul, aux éditions Un Coquelicot en Hiver », sur www.librairiedehelmet.be
  12. (ISBN 978-2-930576-01-5)
  13. « Betty Batoul renoue avec ses traditions », sur www.achnoo.com
  14. (ISBN 978-2-930576-02-2)
  15. http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20141114_00558943
  16. (fr) « Le prix Condorcet pour Betty Batoul, de Ham », sur www.lavenir.net
  17. (fr) « Le Prix Condorcet-Aron », sur www.rtbf.be
  18. (fr) « Remise du mérite culturel à Betty Laurent », sur www.lavenir.net
  19. http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20140314_00448202

Lien externe[modifier | modifier le code]