Bete Gebriel-Rufael

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bete Gebriel-Rufael
Image illustrative de l’article Bete Gebriel-Rufael
La façade Nord
Présentation
Culte Église orthodoxe unifiée d'Éthiopie
Type Église rupestre monolithique
Début de la construction XIIe siècle
Fin des travaux XIIIe siècle
Géographie
Pays Drapeau de l'Éthiopie Éthiopie
Région Amhara
Ville Lalibela
Coordonnées 12° 01′ 52,88″ nord, 39° 02′ 41,29″ est
Géolocalisation sur la carte : Éthiopie
(Voir situation sur carte : Éthiopie)
Bete Gebriel-Rufael

Bete Gebriel-Rufael ou Biet Gabriel et Rafael est une église éthiopienne orthodoxe située à Lalibela, dans l’Amhara, en Éthiopie.

C'est une des onze églises rupestres de la ville. Elle fait partie du groupe de quatre églises situées au sud-est.

Description[modifier | modifier le code]

C'est un édifice formidable, de type hypogée. Flanqué au nord de gigantesques arcades, il est juché sur un socle, couronné de terrasses et de parapets, coupé de tranchées. Une citerne, ou un fossé, est visible au pied de la façade nord.

À l'intérieur, le pilier principal mesure 16 m de haut. L'ensemble de l'édifice mesure 19,5 sur 17,5 m selon certains auteurs[1] 26,2 sur 12,4 m selon d'autres[2].

Avec sa vue étendue sur la plaine, Biet Gabriel et Rafael semble être plus une forteresse qu'un monument religieux. C'était peut-être une résidence royale[3].

On accède à la partie supérieure de Bete Gebriel-Rufael par un sentier escarpé menant à une unique porte basse et irrégulière qui semble plus être l'entrée d'une grotte que celle d'une église. Cette église ressemble à une grotte car, selon Peter Eeckhout, celle-ci était un ancien bâtiment qui avait été excavé par les païens, puis transformé en église. Ceci est prouvé par la direction des fenêtres de cet édifice. En effet, les fenêtres ont été percées vers l'est, comme l'exigeait la religion chrétienne. Le contraste entre la porte basse irrégulière et les porches ouvragés des autres églises ainsi que son accès malaisé figureraient symboliquement la «Porte du Paradis»; chacun doit ainsi savoir que y entrer est difficile. À l'intérieur se trouvent deux salles utilisées comme chapelles dédiées à Raphael et Gabriel, où un autel se tient. Cet autel comporte une inscription en guèze qui est une dédicace du roi Gebre Mesqel Lalibela adressant une prière de remerciement à l'archange Gabriel, lui dédiant cet autel.

Près du site, débouchent deux tunnels qui conduisent, l'un à Bet Giyorgis sur plusieurs centaines de mètres vers l'ouest et l'autre vers l'est sur environ 50 m vers les autres églises du groupe.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Batistoni 2008, p. 123.
  2. André Miquel, « Reconnaissance dans le Lasta (décembre 1955) », Annales d'Éthiopie, vol. 3,‎ , p. 135 (DOI 10.3406/ethio.1959.1304).
  3. Docteur en histoire de l’art et archéologie de l'ULB (Université libre de Bruxelles).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Milena Batistoni, A Guide to Lalibela, Addis Abeba, Arada Books, , 183 p. (ISBN 9994486608)
  • (en) Claire Bosc-Tiessé, Marie-Laure Derat, Laurent Bruxelles, François-Xavier Fauvelle, Yves Gleize et Romain Mensan, « The Lalibela Rock Hewn Site and its Landscape (Ethiopia): An Archaeological Analysis », Journal of African Archaeology, vol. 12, no 2,‎ , p. 141–164 (DOI 10.3213/2191-5784-10261)
  • R. Sauter, « Où en est notre connaissance des églises rupestres d'Éthiopie », Annales d'Éthiopie, vol. 5,‎ , p. 235-292 (DOI 10.3406/ethio.1963.1336)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :