Bete Abba Libanos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bete Abba Libanos (Lalibela))

Bete Abba Libanos
Image illustrative de l’article Bete Abba Libanos
La façade très restaurée
Présentation
Culte Église orthodoxe unifiée d'Éthiopie
Type Église rupestre monolithique
Début de la construction XIIe siècle
Fin des travaux XIIIe siècle
Style dominant Axoumite
Géographie
Pays Drapeau de l'Éthiopie Éthiopie
Région Amhara
Ville Lalibela
Coordonnées 12° 01′ 52,57″ nord, 39° 02′ 42,59″ est
Géolocalisation sur la carte : Éthiopie
(Voir situation sur carte : Éthiopie)
Bete Abba Libanos

Bete Abba Libanos ("La maison de l'abbé Libanos" ou Abba Matâ'a) [1] est une église éthiopienne orthodoxe située à Lalibela, dans l’Amhara, en Éthiopie.

Elle est une des onze églises rupestres de la ville et fait partie du groupe de quatre églises situé au Sud-Est.

Description[modifier | modifier le code]

De type à la fois monolithe et hypogée, elle imite une église de caverne, seul le toit étant attaché à la roche. Les quatre façades sont bien sculptées et reproduisent poutraison, encadrements et bandeaux.

La longueur de la façade est de 9,5 m, la largeur 7 m (8,4 m avec le soubassement) et la hauteur de l'édifice est de 6,75 m prise dans l'axe de la porte[2].

Très dégradée, la roche originale a dû être, par endroits, remplacée par des blocs de pierre. L'intérieur est de plan basilical.

L'église d'une nuit - La tradition veut que Maskal-Kébra, l'épouse du roi Gebre Mesqel Lalibela, ignorait que dix églises souterraines étaient en cours d'excavation dans la capitale du royaume. Intriguée par l'activité mystérieuse du roi, elle le suivit en cachette jusqu'au chantier. Lorsqu'elle découvrit les merveilles en cours de finition par les équipes de sculpteurs, elle demanda à son époux d'en faire sculpter une onzième qui lui serait dédiée. L'ordre fut aussitôt donné et dès le lendemain la reine put admirer Bete Abba Libanos, érigée grâce au travail nocturne d'une escouade d'anges.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sauter 1963, p. 265.
  2. André Miquel, « Reconnaissance dans le Lasta (décembre 1955) », Annales d'Éthiopie, vol. 3,‎ , p. 136 (DOI 10.3406/ethio.1959.1304).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • R. Sauter, « Où en est notre connaissance des églises rupestres d'Éthiopie », Annales d'Éthiopie, vol. 5,‎ , p. 235–292 (DOI 10.3406/ethio.1963.1336)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :