Beta Sagittae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Beta Sagittae
Données d'observation
(époque J2000.0)
Ascension droite 19h 41m 02,93907s[1]
Déclinaison +17° 28′ 33,7528″[1]
Constellation Flèche
Magnitude apparente 4,38[2]

Localisation dans la constellation : Flèche

(Voir situation dans la constellation : Flèche)
Sagitta IAU.svg
Caractéristiques
Type spectral G8 IIIa CN 0.5[3]
Indice U-B +0,89[4]
Indice B-V +1,05[4]
Indice R-I +0,50[4]
Astrométrie
Vitesse radiale −22,0 ± 0,3 km/s[5]
Mouvement propre μα = 8,74 mas/a[1]
μδ = −33,41 mas/a[1]
Parallaxe 7,42 ± 0,26 mas[1]
Distance 440 ± 20 al
(135 ± 5 pc)
Magnitude absolue −1 39+0 22
−0 20
[6]
Caractéristiques physiques
Masse 4,33 M[7]
Rayon 27 ± 3 R[8]
Gravité de surface (log g) 2,79[6]
Luminosité 392 L[9]
Température 4 850 K[6]
Métallicité –0,03[6]
Rotation 9,1 ± 0,7 km/s[6]
Âge 129 × 106 a[10]

Autres désignations

β Sge, 6 Sge (Flamsteed), BD+17 4048, FK5 1513, HD 185958, HIP 96837, HR 7488, SAO 105133, GC 27236, PPM 136766[11]

Beta Sagittae (β Sagittae / β Sge) est une étoile unique[12] de la constellation boréale de la Flèche. C'est une étoile faible mais visible à l'oeil nu avec une magnitude apparente visuelle de 4,38[2]. Sur la base d'une parallaxe annuelle de 7,42 mas mesurée par le satellite Hipparcos[1], elle est située à environ 440 années-lumière du Soleil. L'étoile se rapproche du Soleil avec une vitesse radiale de −22 km/s[5].

C'est une géante rouge[10] évoluée de type spectral G8 IIIa CN 0.5[3]. La notation en suffixe « CN 0.5 » indique une surabondance modérée de la molécule du cyanogène dans son spectre. L'âge de Beta Sagittae est estimé à 129 millions d'années, sa masse vaut 4,33 fois celle du Soleil[7] et elle s'est étendue jusqu'à faire 27 fois le rayon du Soleil[8]. L'étoile émet 392 fois la luminosité du Soleil[9] depuis sa photosphère étendue à une température effective de 4850 K[6].

Désignations[modifier | modifier le code]

En chinois, 左旗 (Zuǒ Qí), signifiant Drapeau Gauche, fait référence à un astérisme constitué de β Sagittae, α Sagittae, δ Sagittae, ζ Sagittae, γ Sagittae, 13 Sagittae, 11 Sagittae, 14 Sagittae et ρ Aquilae. Par conséquent, β Sagittae elle-même est appelée 左旗二 (Zuǒ Qí èr, la seconde [étoile] du Drapeau Gauche)[13].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f (en) F. van Leeuwen, « Validation of the new Hipparcos reduction », Astronomy & Astrophysics, vol. 474, no 2,‎ , p. 653 (DOI 10.1051/0004-6361:20078357, Bibcode 2007A&A...474..653V, arXiv 0708.1752)
  2. a et b (en) J. D. Fernie, « New UBVRI photometry for 900 supergiants », The Astrophysical Journal Supplement Series, vol. 52,‎ , p. 7–22 (DOI 10.1086/190856, Bibcode 1983ApJS...52....7F)
  3. a et b (en) Philip C. Keenan et Raymond C. McNeil, « The Perkins catalog of revised MK types for the cooler stars », The Astrophysical Journal Supplement Series, vol. 71,‎ , p. 245 (DOI 10.1086/191373, Bibcode 1989ApJS...71..245K)
  4. a b et c (en) D. Hoffleit et W. H. Warren, Jr., The Bright Star Catalogue, CDS. Voir HR 7488 sur la base de données VizieR.
  5. a et b (en) G. A. Gontcharov, « Pulkovo Compilation of Radial Velocities for 35495 Hipparcos stars in a common system », Astronomy Letters, vol. 32, no 11,‎ , p. 759–771 (DOI 10.1134/S1063773706110065, Bibcode 2006AstL...32..759G, arXiv 1606.08053)
  6. a b c d e et f (en) Bruce W. Carney et al., « Rotation and Macroturbulence in Metal-Poor Field Red Giant and Red Horizontal Branch Stars », The Astronomical Journal, vol. 135, no 3,‎ , p. 892–906 (DOI 10.1088/0004-6256/135/3/892, Bibcode 2008AJ....135..892C, arXiv 0711.4984)
  7. a et b (en) Y. J. Liu et al., « The Lithium Abundances of a Large Sample of Red Giants », The Astrophysical Journal, vol. 785, no 2,‎ , p. 12 (DOI 10.1088/0004-637X/785/2/94, Bibcode 2014ApJ...785...94L, arXiv 1404.1687)
  8. a et b (en) G. T. Van Belle, M. J. Creech-Eakman et A. Hart, « Supergiant temperatures and linear radii from near-infrared interferometry », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 394, no 4,‎ , p. 1925 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2008.14146.x, Bibcode 2009MNRAS.394.1925V, arXiv 0811.4239)
  9. a et b (en) I. McDonald, A. A. Zijlstra et M. L. Boyer, « Fundamental parameters and infrared excesses of Hipparcos stars », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 427,‎ , p. 343 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2012.21873.x, Bibcode 2012MNRAS.427..343M, arXiv 1208.2037)
  10. a et b (en) Yoichi Takeda et Akito Tajitsu, « Spectroscopic study on the beryllium abundances of red giant stars », Publications of the Astronomical Society of Japan, vol. 66, no 5,‎ , p. 91 (DOI 10.1093/pasj/psu066, Bibcode 2014PASJ...66...91T, arXiv 1406.7066)
  11. (en) bet Sge sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.
  12. (en) P. P. Eggleton et A. A. Tokovinin, « A catalogue of multiplicity among bright stellar systems », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 389, no 2,‎ , p. 869–879 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2008.13596.x, Bibcode 2008MNRAS.389..869E, arXiv 0806.2878)
  13. (zh) AEEA (Activities of Exhibition and Education in Astronomy) 天文教育資訊網 2006 年 7 月 3 日