Best friends forever

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Inscription « Best friends forever » sur un garde-corps du Golden Gate (2010).

Best friends forever (« Meilleurs amis pour toujours » en français), généralement abrégé en BFF, est une expression anglaise qui décrit une étroite amitié. Dans les années 2010 est apparu le dérivé « bestah » ou « besta ».

Définition[modifier | modifier le code]

Un Best friend forever est « le meilleur ami d'une personne »[1]. Cette amitié se caractérise par une intimité, une confiance et un sentiment de permanence dans le temps[2]. Les contacts entre les amis proches ont tendance à être fréquents et être basée sur des expériences partagées telles que la fréquentation d'une même école ou un même champ d'intérêt (la musique, le sport, etc). Il n'est pas nécessairement synonyme d'exclusivité[3].

Origine[modifier | modifier le code]

Bien que le concept d'avoir ou d'être un « meilleur ami » ne soit pas daté, l'acronyme BFF a été popularisé par l'usage de la discussion en ligne et des textos[2], car considéré comme un moyen rapide de signer et d'exprimer des sentiments d'affection mutuelle. Il a été ajouté au New Oxford American Dictionary en 2010[3].

Études universitaires[modifier | modifier le code]

Dans leur article « Friendship and Natural Selection » (« Amitié et sélection naturelle ») publié en 2014 dans Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, Nicholas Christakis et James Fowler font état d'une corrélation positive entre les amitiés et les génotypes communs, ce qui indique que les similitudes d'ADN pourraient être un facteur de causalité pour établir des amitiés[4].

Dans une étude menée à l'université d'Oxford, Tamas David-Barrett et ses collègues ont constaté un nombre élevé de photos de profil sur Facebook représentant deux femmes[5]. Ce phénomène est présent dans chaque région du monde. Après avoir éliminé d'autres hypothèses, l'étude a conclu :

  • que les modèles de formation de l'amitié proche étaient universels chez les humains ;
  • qu'il y avait une différence marquée entre les sexes dans la propension à former une amitié durable forgée au fil de l'évolution ; plus fréquente chez les femmes, elle peut s'expliquer par la nécessité de se défendre contre les agressions dans une société patrilocale et l'entraide dans les tâches maternelles.

Le concept de BFF, existant sous un nom différent dans toutes les cultures, a ainsi pu émerger dès les premiers temps de l'évolution.

Perception culturelle[modifier | modifier le code]

Selon une enquête réalisée en France, l'amitié BFF est un concept qui occupe une certaine place sur les réseaux sociaux[6]. Cette valeur rassurerait plus que le couple, notamment pour la génération actuelle qui a connu plus souvent un divorce dans leur entourage. C'est également un signe de réussite sociale et d'un bon équilibre de vie.

Exemples de BFF[modifier | modifier le code]

Célébrités[modifier | modifier le code]

Télévision/Cinéma[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « BFF », New Oxford American Dictionary.
  2. a et b (en) Irene S. Levine, Best Friends Forever: Surviving a Breakup with Your Best Friend, Overlook Press, USA, 2009
  3. a et b (en) Irene S. Levine, « BFF Makes the Oxford English Dictionary », huffingtonpost.com, 17 septembre 2010.
  4. (en) Nicholas Christakis et James Fowler, « Friendship and Natural Selection », Francisco J. Ayala, University of California, Irvine, 2014
  5. (en) Tamas David-Barrett , Anna Rotkirch, James Carney, Isabel Behncke Izquierdo, Jaimie A. Krems, Dylan Townley, Elinor McDaniell, Anna Byrne-Smith, Robin I. M. Dunbar, « Women Favour Dyadic Relationships, but Men Prefer Clubs: Cross-Cultural Evidence from Social Networking », PLOS ONE, San Francisco, 16 mars 2015.
  6. Mina Soundiram, « BFF, le nouveau couple ? », L'Express Styles, no supplément au no 3360 de L'Express,‎ 25 novembre - 1er décembre 2015, p. 52 à 55 (lire en ligne, consulté le )
  7. Chloé Breen, « Qui sont les meilleurs amis du showbiz ? », purepeople.com, 5 mars 2010.
  8. Rémy de Souza, « Cristiano Ronaldo s’éclate au Maroc avec Badr Hari », lebuzz.eurosport.fr, 10 octobre 2015.
  9. (en) Megan Ross, « Lil Za: Justin Bieber’s Friend Defends His Racist Rant On Instagram », hollywoodlife.com, 5 juin 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]