Beryl Cunningham

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Beryl Cunningham
Description de cette image, également commentée ci-après
Beryl Cunningham dans Il dio serpente (1970)
Naissance (73 ans)
Montego Bay (Jamaïque)
Nationalité Drapeau de la Jamaïque Jamaïcaine
Profession Actrice chanteuse présentatrice
Films notables Il dio serpente
Le Décaméron noir
Affreux, sales et méchants

Beryl Cunningham née à Montego Bay, en Jamaïque le est une actrice, model, chanteuse et présentatrice jamaïcaine active en Italie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Beryl Cunningham est la fille d'un professeur d'université. Après l'obtention du diplôme d'études secondaires Cunningham a déménagé à Londres pour fréquenter l'université et de poursuivre une carrière de mannequin[1].

La carrière de Beryl Cunningham, après quelques rôles secondaires, a été lancée à la fin des années 1960 par le drame érotique Le salamandre, dirigé par Alberto Cavallone (it), qu'elle a accepté de tourner gratuitement[2],[3]. Peu de temps après elle tourne dans trois succès commerciaux, Concerto per pistola solista, réalisé par Michele Lupo, et Il dio serpente et le Le Décaméron noir, tous deux dirigés par Piero Vivarelli, à l'époque son partenaire[3]. Par la suite elle a joué dans plusieurs films de genre et dans Affreux, sales et méchants d'Ettore Scola, mais ayant échoué de capitaliser sur son succès précoce elle se retire au début des années 1980[3].

Au cours de sa carrière Beryl Cunningham a également été présentatrice, présentant entre autres l'édition 1971 du Cantagiro, chanteuse, enregistrant entre autres Tua une reprise du succès de Jula De Palma (it). En 1979, elle était invitée régulière de l'émission de télévision Playboy di mezzanotte[4].

En 1981, elle a publié un livre de recettes aphrodisiaques jamaïcaines, La cucina giamaicana, publié par Edizioni Crochet[5].

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Beryl Cunningham dans Le Décaméron noir (1970)

Discographie partielle[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

  • 1972 :
    • Djamballa (Il Dio Serpente)/Calypso Blues (RCA, 7")
    • La reina bella (RCA, 7")
  • 1976 :
    • To Charlie Club (SB, 7")
    • Lover Baby/Come On Let's Black Love (Dany Record, DR 1006, 7")
  • 1978 :
    • Tua/Why-O (Love, MD F 007, 7")
    • Charlie/Black Key (7")

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Crédits de traduction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it)Lionello Fabbri, Essere negra, Ciao 2001 n° 12, 16 avril 1969, p.  66-68.
  2. (en) « Erna Schürer: la donna volitiva », Nocturno Dossier: Le sorelle di Venere 2,‎ .
  3. a b et c (it) Enrico Lancia, Fabio Melelli, Le straniere del nostro cinema, Gremese Editore, 2005.
  4. Playboy di periferia, La Stampa, 2 juillet 1979, p. 3.
  5. Beryl: ricette dai caraibi, La Stampa, 19 janvier 1981, p.  32.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :