Bertrand de Gorostarzu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bertrand de Gorostarzu
Bertrand de Gorostarzu

Nom de naissance Bertrand de Gorostarzu
Naissance
à Gradignan
Décès (à 54 ans)
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Capitaine
Années de service 1947-
Conflits Guerre d'Indochine
Guerre d'Algérie
Famille Charles de Gorostarzu

André de Gorostarzu

Hélie Denoix de Saint Marc

Bertrand de Gorostarzu, né le à Gradignan en Gironde et mort le est un capitaine d'infanterie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille catholique du Sud-Ouest, il participe à la Guerre d'Indochine, obtient le grade de Lieutenant, part pour la Légion Étrangère et se fait blesser avant d'être prisonnier à Dien-Bien-Phu.

Il est capitaine d'infanterie, en mars 1959, Saint-Cyrien (134e Promotion de Saint-Cyr, 1947-1949, - Promotion "Rhin et Danube".

Membre fondateur de la Lettre Armée- Nation, il entre au cabinet du général Levet qui dirige les personnels militaires.

Proche du général Zeller, il participera au putsch d'avril 1961 comme son cousin Hélie Denoix de Saint-Marc. Il devient chef d'état-major de l'OAS Sud-Ouest avant de s'exiler en Argentine en 1963. Puis il rentre en France et se marie avec Françoise de Maupeou d'Ableiges.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Son frère, Arnaud, fréquente les mouvements poujadistes du Sud-Ouest de la France. Son cousin, Robert Lalfert, a été l'un des pivots du grand O; il est l'ami personnel du capitaine Pierre Sergent et entretient de très bonnes relations avec Nicolas Kayanakis.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Salan devant l'opinion, de Fabrice Laroche (p.72), 1963
  • Le temps de l'OAS, d'Anne-Marie Duranton-Crabol (p.64), 1995
  • OAS : Étude d'une organisation clandestine, de Arnaud Déroulède (p.139) 1997
  • Histoire de l'OAS, de Georges Fleury, 2002
  • OAS : histoire de la guerre franco-française, de Rémi Kauffer (p.109), 2002
  • Susini et l'OAS, de Clément Steuer (p.126), 2004
  • Escadrons de la mort, l'école française, de Marie-Monique Robin (p.182), 2004
  • Les Soldats perdus: Des anciens de l'OAS racontent, de Vincent Quivy, 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]