Berthe de Turin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Berthe de Turin (1051-1087))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berthe.
Berthe de Turin
Berthe de Turin.
Berthe de Turin.
Titre
Reine de Germanie

(21 ans, 5 mois et 14 jours)
Prédécesseur Agnès de Poitiers
Successeur Adélaïde de Kiev
Impératrice du Saint-Empire

(3 ans, 9 mois et 6 jours)
Prédécesseur Agnès de Poitiers
Successeur Adélaïde de Kiev
Biographie
Dynastie Conradiens
Date de naissance
Date de décès (à 36 ans)
Lieu de décès Mayence
Sépulture Cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption-et-Saint-Étienne
Père Othon Ier de Savoie
Mère Adélaïde de Suse
Conjoint Henri IV
Enfants Adélaïde
Henri
Agnès
Conrad
Henri V

Berthe de Turin, ou Berthe de Savoie parfois Bertha de Maurienne, née probablement le et morte le à Mayence, est une aristocrate issue de la dynastie humbertienne, qui fut par mariage reine de Germanie puis impératrice du Saint-Empire. Elle est la fille du comte Othon Ier (v.1023-1060) et de sa femme Adélaïde de Suse (v.1015-1091).

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Berthe dite de Maurienne, ou de Suse (Suze)[1], ou de Turin, parfois de Savoie, est née très probablement le [2], à Suse (d'où son nom) ou à Turin[1]. Elle est la fille du comte en Maurienne et marquis de Suse et d'Italie Othon Ier, issu de la dynastie des Humbertiens, et d'Adélaïde de Suse[1],[2],[3].

Elle est ainsi la sœur de Pierre, qui succède à son père, de Amédée qui succèdera à son frère à la tête du comté, de Othon ou Odon, évêque d’Asti et de Adélaïde de Savoie qui épouse en 1067 Rodolphe de Rheinfelden, duc de Souabe[3].

Mariage avec Henri de Franconie[modifier | modifier le code]

L’empereur Henri IV (miniature du XIe siècle).

Berthe épouse le Henri de Franconie (10561106)[3] qui deviendra empereur du Saint-empire romain germanique). Trois ans plus tard, Henri engage une procédure de divorce, assurant que le mariage n'a pas été consommé ; mais le légat du pape Pierre Damien l'accuse de grave immoralité et refuse le divorce.

Ils ont par la suite cinq enfants :

  • Adélaïde (1070 - 1079)
  • Henri (né et mort en 1071)
  • Agnès de Franconie (1074 - 1143) qui épousa, Frédéric Ier duc de Souabe et - après sa mort - Léopold III d'Autriche
  • Conrad de Germanie (1074 - 1101) : duc de Basse-Lotharingie, duc de Lothier, marquis de Turin (1076-1087), roi des Romains (1087-1098), roi d'Italie (1093 à 1098)
  • Henri qui succéda à son père sous le nom d'Henri V (1086 - 1125)

Querelle des Investitures[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Querelle des Investitures.

Élu empereur en 1084, Henri IV s’oppose au pape Grégoire VII qui l’excommunie et favorise son beau-frère Rodolphe de Rheinfelden. Afin d'éviter une alliance entre le pape et les princes, Henri IV se rend avec Berthe et leur fils Conrard à Canossa[4]. Sa mère Adélaïde de Suse et son frère, le comte Amédée II servirent de médiateurs entre les deux puissances[5]. Leur aide permis l'obtention de nombreuses récompenses dont le Bugey et la reconnaissance des droits et de l’inféodation du marquisat d'Ivrée à Adélaïde de Suse[4],[6]. La rencontre, qui porte le nom de « pénitence de Canossa », a lieu en janvier 1077[4].

Berthe meurt le , probablement à Mayence[1],[2]. Henri IV épouse deux ans plus tard Adélaïde de Kiev (1071-1109), fille du grand-duc de Kiev Vsevolod Ier.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Estudios genealógicos, heráldicos y nobiliarios en honor de Vicente de Cadenas y Vicent : con motivo del XXV aniversario de la Revista "Hidalguía.", Ediciones Hidalguia, Madrid, volume 2, 1978, 1062 pages, p. 384 (Lire en ligne)
  2. a, b et c Article de Szabolcs de Vajay (en), Mélanges offerts à René Crozet à l'occasion de son soixante-dixième anniversaire par ses amis, ses collègues, ses élèves et les membres du C.É.S.C.M, Volume 2, Société d'Études Médiévales, 1966 - 1420 pages, p. 732.
  3. a, b et c André Palluel-Guillard, « La Maison de Savoie », sur le site des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - Sabaudia.org (consulté le 29 avril 2015), dont la fiche « Othon (Odo, Oddon) » page 6.
  4. a, b et c Jean-Marie Mayeur, Luce Pietri, André Vauchez, Marc Vénard, Apogée de la papauté et expansion de la chrétienté (1054-1274): Histoire du christianisme, vol. 5, Fleurus, coll. « Histoire du christianisme », , 980 p. (ISBN 978-2-71890-723-9, lire en ligne), p. 73.
  5. Alain Boucharlat, Savoie, La Fontaine de Siloé, , 319 p. (ISBN 978-2-86253-221-9), p. 16-17.
  6. Jacques Lovie, Histoire des Diocèses de France : Chambéry, Tarentaise, Maurienne, vol. 11, Beauchesne, , 301 p. (ISSN 0336-0539), p. 33.