Berthe Roten-Calpini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Berthe Roten-Calpini
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Mouvement

Berthe Roten-Calpini, née en 1873 à Sion et morte en 1962 dans cette même ville, est une peintre valaisanne[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Durant son enfance Berthe Calpini peint et dessine[3] et, dès 17 ans, peint des paysages[3]. Elle est marquée par sa rencontre avec Raphaël Ritz qui l'invite plusieurs fois à Sion, dans son atelier[3]. Elle fait ensuite la connaissance à Genève d'Albert Gos, qui lui donne quelques cours de peinture et avec lequel elle reste en contact tout au long de sa vie[3]. Les deux peintres la poussent à étudier la nature, l'encouragent à se fier à son talent et à développer son propre style[3].

Elle se marie en 1901 à Germain Roten, un professeur qu'elle suit à Nuremberg en Allemagne[3]. Elle continue alors à peindre sur son temps libre. En 1917, la famille rentre à Sion où son mari a accepté une place d'enseignant dans le collège de la ville[3]. Elle va alors souvent passer l'été à Savièse, nouant des contacts avec les nombreux artistes qui s'y sont installés[3]. Elle y retrouve une lumière particulière qu'elle laisse transparaître dans ses œuvres[4]. Elle peint alors des paysages de la région mais aussi d'autres endroits du Valais : à Findelen près de Zermatt, à Saas-Fee, au Löstschental ou au val d'Anniviers[3].

Expositions[modifier | modifier le code]

Elle expose ses toiles à Genève, Grenoble et Zurich[3]. Elle fait cadeau au pape Pie XI d'une toile représentant le Cervin, ce dernier lui écrivant en retour une élogieuse lettre de remerciement[3].

En 1961, la Société suisse des femmes peintres, sculptrices et décoratrices des cantons de Vaud, du Valais et de Fribourg organise à Sion une exposition de "150 peintures, dessins, gravures, sculptures, objets décoratifs". Une salle y est entièrement consacrée à Berthe Roten-Calpini qui a dédié sa vie à la peinture[5].

Ses œuvres sont exposées au Manoir de Martigny en même temps que celles des peintres de l'école de Savièse, en 1974 [6]. En 2015, la commune de Savièse expose la collection communale qui comprend de nombreuses œuvres de Berthe-Roten-Calpini[7]. Cette dernière est également associée à la quête du Paradis perdu, un paradis alpestre mis en scène dans l'exposition « Les couleurs du Paradis perdu », présentée à la médiathèque de Martigny en 2016[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Roten-Calpini Bertha », sur Sikart Lexikon zur Kunst in der Schweiz (consulté le )
  2. Karl Jost, Dictionnaire biographique de l'art suisse, Zürich et Lausanne, Neue Zürcher Zeitung, (lire en ligne)
  3. a b c d e f g h i j et k Notice biographique au Musée alpin suisse de Berne.
  4. « Berta Roten-Calpini », sur Fondation Hainard (consulté le )
  5. s.n., « Entente entre les artistes romandes », Femmes suisses et le mouvement féministe. Organe officiel des informations de l'Alliance de Sociétés féminines suisses.,‎ (lire en ligne)
  6. Bernard Wyder, L'Ecole de Savièse, Le Manoir de la ville de Martigny, (lire en ligne)
  7. « Agenda Culture Valais », sur Exposition collection communale. Les peintres de l'Ecole de Savièse., (consulté le )
  8. « Les couleurs du paradis perdu », sur La médiathèque Valais, (consulté le )

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]