Bernières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bernières (homonymie).

Bernières
Bernières
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Le Havre
Canton Bolbec
Intercommunalité Communauté d'agglomération Caux Seine Agglo
Maire
Mandat
Xavier Levée
2014-2020
Code postal 76210
Code commune 76082
Démographie
Population
municipale
652 hab. (2016 en diminution de 2,69 % par rapport à 2011)
Densité 98 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 37′ 16″ nord, 0° 28′ 43″ est
Altitude Min. 110 m
Max. 142 m
Superficie 6,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Bernières

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Bernières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bernières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bernières

Bernières est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes de Boscmoncel entre 1047 et 1057 (à lire *Bosemoncel), Bosemuncel entre 1140 et 1157[1], Buesemuncel au XIIe siècle, Beuzemouchel en 1396[2].

Mouchel (pluriel mouchiâs) est la forme dialectale de monceau au sens ancien de « colline, petit mont », fréquemment trouvée dans la toponymie normande, cf. les nombreux le Mouchel et le patronyme Dumouchel. Ernest Nègre, spécialiste de la toponymie occitane, a conclu pour expliquer l'évolution moncel > mouchel à l'attraction du mot français mouche. Cette solution est invraisemblable, ce sont les formes en -moncel qui sont francisées. -mouchel est la forme normande : évolution de mon- en mou- comme dans moussieu « monsieur » et chuintement normanno-picard de [s], typique du nord de la ligne Joret, où, de plus, mouche se dit mouque.

Boso est un nom d'homme germanique fréquemment attesté dans la toponymie de la France du nord (cf. allemand böse). En Normandie, il n'apparait jamais au cas régime sauf dans Bézancourt dit « Beuzancourt », -on > -an étant la marque du cas régime des noms d'origine latine et germanique en -o, exemple : gars / garçon, ancien français ber / baron, Eude / Odon, etc. En Normandie, on trouve des noms du type Beuzeville, alors qu'ailleurs on trouve des formes du type Bouzonville, Bouzanville. De même, les patronymes au cas régime Beuzon, Bozon, Boson sont fréquents en France, mais inexistants à l'origine en Normandie où l'on trouvait exclusivement le patronyme Beux. L'extrême fréquence de l'élément Beuze- dans cette région conduit certains spécialistes à penser qu'il recouvre en réalité le nom de personne scandinave Bosi[3].

Parenté avec Boisemont (anciennement Beuzemont) commune de l'Eure, par attraction du mot bois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1859 1912 Henri Le Vaillant du Douët   conseiller général, député
Les données manquantes sont à compléter.
1929 1970 Gaston du Douët de Graville    
1971 1983 Maurice Fleury    
mars 2001 En cours
(au avril 2014)
Xavier Levée    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5].

En 2016, la commune comptait 652 habitants[Note 1], en diminution de 2,69 % par rapport à 2011 (Seine-Maritime : +0,48 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
708730755753701755763770784
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
806823836805777748750761728
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
747758659504556548545507505
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
514471572549578544619630679
2016 - - - - - - - -
652--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (20,7 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,8 %, 15 à 29 ans = 18,2 %, 30 à 44 ans = 23,1 %, 45 à 59 ans = 23,7 %, plus de 60 ans = 13,3 %) ;
  • 51,1 % de femmes (0 à 14 ans = 20,8 %, 15 à 29 ans = 20,5 %, 30 à 44 ans = 22 %, 45 à 59 ans = 21,4 %, plus de 60 ans = 15,2 %).
Pyramide des âges à Bernières en 2007 en pourcentage[8]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,3 
2,3 
75 à 89 ans
4,7 
11,0 
60 à 74 ans
10,2 
23,7 
45 à 59 ans
21,4 
23,1 
30 à 44 ans
22,0 
18,2 
15 à 29 ans
20,5 
21,8 
0 à 14 ans
20,8 
Pyramide des âges du département de la Seine-Maritime en 2007 en pourcentage[9]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
1,1 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,0 
60 à 74 ans
13,2 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,5 
30 à 44 ans
19,5 
20,9 
15 à 29 ans
19,2 
19,9 
0 à 14 ans
17,8 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Jean-Baptiste-et-Saint-Quentin
  • L'église Saint-Jean-Baptiste-et-Saint-Quentin.
  • Le manoir du Quesnay, a été construit au XVIe siècle, sans doute pour la famille Le Pelletier. C'est une demeure à encorbellement dotée d'une belle architecture à pans de bois et d'un modèle de lucarne du XVe siècle. Les colombes ne sont pas épaulées par des écharpes obliques. Des croix de St André sont en soutien des fenêtres et les sommiers sont rapprochés pour soutenir l'encorbellement. La toiture, très haute donne un cachet supplémentaire à cet édifice[10],[11].
  • Le manoir des Portes, comportant un Logis et une grange, dans une cour-masure. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [12].
  • Le château de Durdan fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [13]. Rattachée au corps de logis du château, se trouve une chapelle néo-gothique. La nef est composée d'un seul vaisseau en pierre de taille calcaire, avec des travées et des baies brisées, et se termine par un chevet polygonal[14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de la Seine-Maritime, 13 H 15.
  2. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, volume 2, Librairie Droz, Genève, 1991, p. 915, no 16268 [1]
  3. Dominique Fournier, « Anthroponymes scandinaves dans les noms de lieux » in Wikimanche [2]
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. « Évolution et structure de la population à Bernières en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 3 novembre 2010)
  9. « Résultats du recensement de la population de la Seine-Maritime en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 3 novembre 2010)
  10. « Circuit des Manoirs et Chateaux », sur OTSI de pays "Caux-vallée de Seine" (consulté le 11 avril 2019)
  11. « Manoir du Quesnay », sur Chateaux de France (consulté le 11 avril 2019)
  12. Notice no PA00101125, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. Notice no IA76000679, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Chapelle du château de Durdan », sur Observatoire du patrimoine religieux (consulté le 11 avril 2019)