Bernhard von Rechberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bernhard von Rechberg
Bernhard von Rechberg
Bernhard von Rechberg
Fonctions
8e ministre-président d'Autriche

(1 an, 5 mois et 14 jours)
Monarque François-Joseph Ier
Prédécesseur Karl Buol
Successeur Rainier d'Autriche
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Ratisbonne (Bavière)
Date de décès (à 92 ans)
Lieu de décès Vienne (Autriche-Hongrie)
Nationalité Autrichienne

Bernhard von Rechberg
Ministres-présidents d'Autriche

Bernhard von Rechberg[1], est un aristocrate et homme politique autrichien, né à Ratisbonne, en Bavière, le et mort à Vienne le . Il fut ministre-président d'Autriche du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Parenté[modifier | modifier le code]

Johann Bernhard von Rechberg und Rothenlowen descendait d'une famille de vieille noblesse souabe. Il était le deuxième fils du comte Aloys von Rechberg, ministre des Affaires étrangères bavarois au moment du Congrès de Vienne.

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Après avoir étudié à Strasbourg et Munich, il débute à 22 ans à la légation autrichienne à Berlin, puis à Londres où il est secrétaire. À la suite d'un duel, il fut disgracié par le roi Louis Ier de Bavière[2]. Il prend dès 1833 la fonction de chargé d'affaires à Darmstadt, puis à Bruxelles et à Stockholm. Dès 1843, sa carrière prend un nouveau tournant quand il devient ministre plénipotentiaire à Rio de Janeiro jusqu'en 1847 où il rentre à Vienne. Il fait alors partie du cercle de Metternich.

En 1848, il représentera les intérêts autrichiens auprès du parlement de Francfort lors de la révolution de mars.

De retour à Vienne, il devient consultant sur les affaires allemandes au ministère des Affaires étrangères. En 1852, il échoue à faire entrer l'Autriche dans le Zollverein, en raison de l'opposition de la Prusse.

En 1853, il devient administrateur civil à Milan et se met au service du maréchal Radetzky, il réussit notamment à faire cesser la domination des militaires.

De 1855 à 1859, il revient en Allemagne en tant qu'ambassadeur, avant de devenir ministre des Affaires étrangères et ministre-président d'Autriche par intérim. Il est connu pour avoir été le représentant de l'Autriche dans le cadre des négociations de paix à Zurich en novembre 1859.

D'août 1859 à février 1861, il est ministre-président d'Autriche. En 1861, il devient membre à vie de la Chambre des seigneurs. En 1864, l'empereur le fait Liste des chevaliers de l'ordre de la Toison d'or.

Espérant le soutien de la Prusse pour maintenir l'influence autrichienne en Italie, il adoptera une position favorable aux intérêts prussiens au traité de Vienne de 1864. N'ayant obtenu aucun garantie du soutien de la Prusse il démissionne de son poste de ministre des Affaires étrangères en octobre 1864.

Idées politique[modifier | modifier le code]

Il est en faveur d'un pouvoir centralisé sur une administration provinciale, voir fédéralisée. Fidèle aux idées de Metternich, il prône une coopération avec la Prusse et la fidélité aux traités[3]. Il aurait souhaité une coopération entre l'Autriche, la Prusse et la Russie.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Il s'est marié le à Donzdorf avec Barbara Jones. Ils eurent un fils, Alois (1835-1877), qui s'est marié avec Louise de Fürstenberg et a eu quatre filles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. On trouve aussi son nom francisé, Bernard de Rechberg.
  2. « Bernhard von Rechberg », sur Encyclopedia Britannica,‎ (consulté en ).
  3. « Johann Bernhard, Count von Rechberg und Rothenlöwen », sur Ohio edu,‎ (consulté en ).