Bernhard Joachim von Bülow

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bernhard Joachim von Bülow (né le à Camin - mort le à Schwerin) est un diplomate mecklembourgeois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Von Bülow fréquente l'Académie de chevalier de Brunswick et entre comme Hofjunker en 1764 au service du duc Friedrich von Mecklenburg-Schwerin. En 1775, il accompagne en tant que chambellan le prince héritier Friedrich Franz de Mecklembourg à son mariage avec Louise de Saxe-Gotha-Altenburg à Gotha. En 1796, il représente la cour aux négociations liées aux fiançailles de Luise Charlotte von Mecklenburg-Schwerin à Stockholm. En 1806/1807, il est le négociateur représentant le duché face aux Français et dirige une délégation des états mecklembourgeois à Varsovie où il négocie le retour d'exil de la famille ducale avec Talleyrand. En 1813, il préside provisoirement le gouvernement du Mecklembourg.

En 1792, il achète le domaine de Retgendorf (aujourd'hui quartier de Dobin am See), de Flessenow, de Neu-Schlagstorf (aujourd'hui Neu Schlagsdorf) et de Ventschow.

Tout d'abord marié à Elisabeth von der Lühe (1753-1796) qui meurt laissant huit enfants en bas-âge, il se remarie en 1798 avec Charlotte Louise Caroline von Oertzen (1764-1833) avec qui il a quatre autres enfants. Heinrich von Bülow est l'un de ses six fils. Sa fille Louise épouse le grand-écuyer Vollrath Joachim Helmuth von Bülow. Il est le grand-père d'Helene von Bülow, de Bernhard Ernst von Bülow et l'arrière-grand-père de Bernhard von Bülow.

La tombe de Bernhard Joachim von Bülow et de sa deuxième femme se trouve dans l'église de Retgendorf[1].

Décorations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Bernhard Joachim von Bülow » (voir la liste des auteurs).
  1. (de)Friedrich Schlie, Die Kunst- und Geschichtsdenkmäler des Großherzogtums Mecklenburg-Schwerin. Volume 2, Schwerin 1898, p.650.