Bernhard Horwitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bernhard Horwitz
Bernhard Horwitz (ca. 1860).jpg
Naissance
Décès
Nationalités
Activités
problémiste, joueur d'échecs +

Bernhard Horwitz (né Benjamin Horwitz le à Neustrelitz, Allemagne - à Londres) était un maître germano-britannique d'échecs et un compositeur d'études.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'origine juive, il changea par la suite son prénom Benjamin pour celui de Bernhard. De 1836 jusqu'à 1839, il étudie la peinture à l'École des Beaux-Arts à Berlin. Vers la même époque, de 1837 à 1843, il fait partie d'un groupe de joueurs d'échecs allemands appelé « La Pléiade berlinoise ». Il s'installe d'abord à Hambourg en 1839, puis en 1845, pour se perfectionner, il se rend à Londres où il prend la nationalité britannique et participe de façon soutenue à la vie échiquéenne.

Il a disputé des matchs contre les meilleurs joueurs du pays, dont Howard Staunton (1846, +7-14=3), Lionel Kieseritzky (1846, +4-7=1), Daniel Harrwitz (1846, +4-6=1, et 1849, +6-7=2), Henry Bird (1851, probablement sa meilleure performance : +7-3=4), Johann Löwenthal (1852, +1-4=0), Ignaz von Kolisch (1860, +1-3=0s) et d'autres.

Article détaillé : Tournoi d'échecs de Londres 1851.

En 1851, il participe au premier tournoi international à Londres où il prend la 7e place. Il bat de nouveau Bird à la première ronde par +2,5-1,5, mais perd contre Staunton à la seconde par +2,5-4,5, et se fait écraser par J. Szen à la troisième. Pendant une période, il occupe le troisième rang mondial, selon Jeff Sonas. Il atteint son meilleur classement en octobre 1846. .

Cependant, son mérite principal dans les échecs se trouve beaucoup plus dans sa création analytique. Il a composé des problèmes et des études. Il a remporté le premier tournoi de composition d'études de l'histoire qui avait été organisé par Löwenthal.

En collaboration avec Josef Kling, il publie en 1851 Chess Studies, une collection de 208 finales, principalement le fruit de leur collaboration. Après la mort de Kling, Horwitz fait paraître en 1884, sous le titre Chess Studies and End-Games, une réédition augmentée qui jette les base de la théorie moderne des finales. Les deux auteurs sont d’ailleurs considérés comme ceux qui ont fondé l'étude moderne des finales.

À partir de 1855, Horwitz a composé plus de 200 études qu'il fait paraître sous son nom dans des revues comme Westminster Papers, The City of London Chess Magazine et The Chess Monthly.

Une étude[modifier | modifier le code]

Bernhard Horwitz, Tournoi de Londres, 1862, Premier prix
a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Fou noir sur case noire b8
Reine noire sur case noire e7
Pion blanc sur case noire b6
Cavalier noir sur case noire f6
Cavalier blanc sur case noire h6
Roi noir sur case noire c5
Cavalier blanc sur case noire e5
Pion blanc sur case blanche a4
Pion noir sur case noire d4
Pion blanc sur case noire c3
Tour blanche sur case blanche f3
Pion blanc sur case blanche c2
Pion blanc sur case noire f2
Roi blanc sur case blanche g2
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Les Blancs jouent et gagnent



Solution :

1. c3xd4+ Rc5-d5
2. c2-c4+ Rd5-e6
3. Tf3xf6+ De7xf6
4. d4-d5+ Re6-d6
5. Rg2-f1 Df6-f4
6. Ch6-f7+
Les noirs perdent la Dame par une fourchette (le thème de l'étude) au coup suivant.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Oxford Companion to Chess, seconde édition, 1992.
  • Jan van Reek, Bernhard Horwitz, Stichting Eindspel, Margraten 1996. ISBN 90-74827-19-5

Liens externes[modifier | modifier le code]