Bernhard Christoph Breitkopf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Breitkopf.
Bernhard Christoph Breitkopf

Bernhard Christoph Breitkopf (* 2 mars 1695 à Clausthal, aujourd'hui Clausthal-Zellerfeld ; † 26 mars 1777 à Leipzig) est un imprimeur et éditeur allemand. Il fonde en 1719 à Leipzig une maison d'édition qui devient ultérieurement la maison Breitkopf & Härtel et qui est la plus ancienne maison d'édition de partitions de musique au monde.

Biographie[modifier | modifier le code]

Breitkopf débute un apprentissage d'imprimeur en 1709, à Goslar, et y devient compagnon. En 1714, il vient à Leipzig et travaille pendant un an dans une imprimerie, puis il part pour Iéna et ensuite pour trois ans à Halle. En 1718 il retourne à Leipzig, et il entre en 1719 par mariage dans l'imprimerie de Sophia Maria Müller, veuve de Johann Caspar Müller, qui avait racheté en 1702 l'entreprise fondée en 1664 par Johann Georgi. Il sauve l'entreprise de la faillite. Il bénéficie pour cela d'un concours financier de Christian Reineccius (1668–1752), philologue et spécialiste de l'ancien testament, et de Johann Jacob Mascow, professeur de droit.

L'activité d'édition proprement dite débute en 1723 avec l'édition et l'impression d'une bible hébraïque. Il a d'ailleurs une forte activité dans l'édition d'ouvrages se rapportant à la bible et à son exégèse. Mais ce sont ses relations d'amitié et d'affaires avec le poète Johann Christoph Gottsched, dont il édite la plupart des œuvres, qui lui valent de grands succès financiers[1]. Il achète, en face de son imprimerie, une ancienne auberge de relais à l'enseigne « À l'ours d'or » (Zum Goldnen Bär en allemand)[2] qu'il fait démolir et installe à cette place le premier immeuble de la nouvelle entreprise. Gottsched a écrit un grand nombre d'ouvrages d'enseignement et de vulgarisation, ainsi que des recueils et des anthologies diverses, traduites en allemand par lui-même ou par sa femme. La plupart de ces écrits sont publiés par Breitkopf. L'imprimerie, qui est la treizième imprimerie de Leipzig en 1722, devient la troisième en 1742.

L'édition d'œuvres musicales n'a d'abord pour Breitkopf que peu d'importance, bien qu'on trouve dans ses publications des œuvres aussi essentielles que le Musikalisches Gesang-Buch de Georg Christian Schemelli édité en 1736 et la Singende Muse an der Pleisse de Sperontes (de) dont il assure de nombreuses rééditions depuis 1740[3].

Après la mort de sa femme, Breitkopf épouse Sophia Theodore Kayser en 1739. En 1745, il transmet l'imprimerie à son fils Johann Gottlob Immanuel Breitkopf, également imprimeur et éditeur, en 1745, mais conserve la direction de la maison d'édition, où son fils travaille aussi depuis 1762, jusqu'à sa mort. Il est alors l'imprimeur le plus important d'Allemagne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voici le témoignage de Gottsched : « Ich wandte mich an den verständigen Herrn Breitkopf, bey dem ich bereits etliche Bogen Verse hatte drucken lassen, der aber noch kein Buch auf eigenen Verlag zu drucken gewaget hatte. Hier kam also ein neuer Schriftsteller und ein neuer Verleger zusammen: und sie wurden eins, ihr Heil zu versuchen. Herr B. las meine Uebersetzung und meine Anmerkungen durch, und fand so viel Vergnügen dran, daß er sich entschloß, selbst eine Probe damit zu machen: ob er künftig einen glücklichen Verleger abgeben könnte. Er druckete auch in der That diesen fontenellischen Tractat so sauber, daß dieß Büchlein, so zu reden, den Anfang der Epoche von schön gedruckten deutschen Büchern in diesem Jahrhundert abgab. Dies geschah 1726. »
  2. L'ours est resté depuis le logo de l'entreprise. Il figure à la place du symbole « & » entre les deux composants du nom de l'entreprise.
  3. Marc Honegger, Dictionnaire de la musique : Les hommes et leurs œuvres, vol. A-K, Paris, Bordas, coll. « Marc Honegger »,‎ (ISBN 2-04-015396-9), p. 168

(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Bernhard Christoph Breitkopf » (voir la liste des auteurs).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]