Bernardo Montet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montet.
Bernardo Montet
Naissance
Marseille
Lieux de résidence Tours
Activité principale Danseur et chorégraphe
Style Danse contemporaine
Années d'activité Depuis 1979
Collaborations Catherine Diverrès, Téo Hernandez, Pierre Guyotat, Claire Denis, Susan Buirge, François Verret, Frédéric Fisbach, Madeleine Louarn
Formation Mudra

Bernardo Montet, né à Marseille le , est un danseur et chorégraphe français de danse contemporaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfant d'un père guyanais et d'une mère vietnamienne, se définissant comme « un pur produit de la colonisation »[1], Bernardo Montet est né à Marseille, a passé son enfance et adolescence à N’Djaména, Faya-Largeau (Tchad) et Dakar Fann (Sénégal).

Après avoir commencé des études de psychomotricité, il rencontre la danse avec Sylvie Tarraube-Martigny, Jean Masse et Jacques Garros (fondateur du Travail Corporel). Cette rencontre déterminante l’amène à Bruxelles où il suit la formation de l’école Mudra de Maurice Béjart. Il poursuit ensuite son parcours auprès de Catherine Diverrès, il collabore avec François Verret et danse dans Voyage Organisé de Dominique Bagouet. A cette période, il se révèle comme "un danseur contenu et silencieux qui agit sur le mode de la fulgurance" (Laurent Barré). Quand la plupart des chorégraphes français partent aux Etats-Unis, il part avec Catherine Diverrès étudier la danse Butô au Japon auprès du maître Kazuo Ohno ; voyage qui bouleverse son rapport au corps dansant. Ils y créent leur duo Instance qui conjugue violence radicale et retenue extrême.

Changé par cette expérience, il a le désir irrépressible d'une danse « moins blanche » et s’entoure d’une communauté de pensée avec laquelle il partage un même engagement dans l’expérience aiguë de soi et du monde. Il rencontre Téo Hernandez avec qui il imagine son solo Pain de Singe constituant une étape essentielle dans l’affirmation d’une liberté totale de l’acte artistique ; Pierre Guyotat avec qui il crée Issê Timossé, au Festival Montpellier Danse, pièce où la danse crue révèle une révolte sauvage et violente contre toute forme de domination ; et la réalisatrice Claire Denis, avec qui il collabore dans Beau Travail.

De 1995 à 2000, il co-dirige avec Catherine Diverrès le Centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne puis devient artiste associé au Quartz-Scène nationale de Brest, dirigé alors par Jacques Blanc. Il fonde la compagnie Mawguerite avec Tal Beit-Halachmi, Marc Veh, Taoufiq Izeddiou, Dimitri Tsiapkinis, Gilles Touyard et plus tard Pascal Le Gall. Il y crée O.More, avec des musiciens gnawas, pièce charnière, qui marque profondément son parcours artistique et qui le conduit en 2003 à la direction du Centre chorégraphique national de Tours, qu’il invente comme un espace sensible et poétique partagé. Il y crée neuf pièces portées par l’exigence et la radicalité, traitant de sujets qui lui sont chers : le colonialisme, la mémoire, l’identité, la conscience des corps, la résistance. Chaque chorégraphie surgit de la précédente pour tisser une image à la fois semblable et différente : les corps, dans leur dimension poétique et politique, rejouent le monde qui nous entoure. 

En 2012, il reprend la direction artistique de la Compagnie Mawguerite qu’il implante à Morlaix et devient artiste associé au projet SE/cW – plateforme d’arts et de recherches associant le cinéma La Salamandre, la compagnie de théâtre l’Entresort dirigée par Madeleine Louarn et l’association de musiques électroniques Wart.

En 2014 et 2015, artiste associé au Théâtre Louis Aragon à Tremblay- en -France, il  crée Lux Tenebrae et reprend O.More.

Tout en menant ses propres projets de création, il propose, à partir du territoire breton, une approche ouverte de la danse associant recherche, exigence et bienveillance. Il accompagne des parcours et des aventures artistiques en France et à l’international.

Chorégraphies sélectives[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Panorama de la danse contemporaine. 90 chorégraphes, Rosita Boisseau, Éditions Textuel, Paris, 2006, p.409, (ISBN 2-84597-188-5).

Liens externes[modifier | modifier le code]