Bernardo Cavallino

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un peintre image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant un peintre italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Bernardo Cavallino
Bernardo Cavallino - Hercules and Omphale - Google Art Project.jpg

Hercule et Omphale du musée national de l'art occidental de Tokyo

Naissance
Décès
Activité
Maître
Influencé par
Immacolata concezione de la pinacothèque de Brera à Milan

Bernardo Cavallino (Naples, 1616 - Naples, 1656) est un peintre italien baroque de l'école napolitaine, à sujet intimiste. N'ayant jamais quitté sa ville natale, il a dédié presque toute son activité à la réalisation de « peintures de chevalet », des œuvres de moyenne taille pour les collections privées ou, à vocation de dévotion, pour des chapelles et des petits oratoires.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le plus lyrique et le plus sensible des maîtres napolitains du XVIIe siècle[1] fut l'élève de Massimo Stanzione, collabora avec le « maître de l'Annonce aux bergers », fréquenta le peintre Andrea Vaccaro, subit l'influence artistique de Vélasquez et Falcone, et éclaircit sa palette au contact des toiles de Rubens et d'Antoine Van Dyck présentes dans les collections napolitaines. Mais ses œuvres se situent entre celles du Caravage et de Federico Barocci, pour leur ténébrisme et des similitudes avec certaines des caractéristiques de la sculpture baroque romaine. Vers 1645 sa production atteint des sommets inégalés de raffinement par l'élégance du chromatisme, les jeux subtils de la pénombre et les accords de couleurs recherchés et suggestifs. Ses tableaux, sans équivalent alors à Naples, préfigurent le charme nostalgique des productions du siècle suivant[1].

Il a travaillé dans les cercles artistiques de Naples influencé par Stanzione, lesquels comprenaient Artemisia Gentileschi, Francesco Francanzano, Agostino Beltrano et Francesco Guarino.

Parmi ses chefs-d'œuvre, on note une Immacolata concezione de 1650 à Milan et l'Extase de Sainte Cécile (1645).

Il meurt de la peste à Naples en 1656.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Œuvres à sujet religieux :

Œuvres à sujet profane :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nathalie Volle in L'Âge d'or de la peinture à Naples, p. 149.
  2. Wolfgang Prohaska, Le Kunsthistorisches Museum de Vienne : Peinture, C.H. Beck/Scala Books, (ISBN 3 406 47459 4), p. 44
  3. Vincent Pomarède, 1001 peintures au Louvre : De l’Antiquité au XIXème siècle, Musée du Louvre Editions, , 576 p. (ISBN 2-35031-032-9), p. 352
  4. Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti : La Peinture à Florence, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 492
  5. (en) Nicola Spinosa, The National Museum of Capodimonte, Electa Napoli, , 303 p. (ISBN 88-435-5600-2), p.125

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]