Bernardine Evaristo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bernardine Evaristo
Bernadine Evaristo.jpg
Lancaster Maritime Museum
2008
Biographie
Naissance
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Site web
Distinctions

Bernardine Evaristo, née à Eltham en 1959, est une écrivaine et universitaire britannique et nigériane. Elle est professeure à l'université Brunel et vice-présidente de la Royal Society of Literature[1],[2]. Elle a remporté le prestigieux Booker Prize pour son roman Girl, Woman, Other en 2019, qui a également été récompensé aux British Book Awards et Indie Book Award for Fiction.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bernardine Anne Mobolaji Evaristo naît à Eltham et grandit à Woolwich[3],[4]. Sa mère est une enseignante anglaise et son père, d'origine nigériane, émigré en Grande-Bretagne en 1949, est soudeur et conseiller municipal travailliste. Son grand-père paternel était un Yoruba qui est revenu du Brésil au Nigeria. Sa grand-mère paternelle était d'Abeokuta au Nigeria. L'arrière-grand-père paternel de sa mère est arrivé d'Allemagne à Londres dans les années 1860, et la grand-mère maternelle de sa mère est arrivée d'Irlande à Londres dans les années 1880[5],[6],[7],[8]. Elle fait ses études à l'école de filles d'Eltham Hill, au Rose Bruford College[3], puis elle obtient son doctorat au Goldsmiths College de l'université de Londres.

Elle est l'auteure de huit romans et ouvrages poétiques qui explorent divers aspects de la diaspora africaine. Elle expérimente notamment la forme et la perspective narrative, fusionnant souvent le passé et le présent, la fiction et la poésie[9],[10]. Elle reçoit le Booker Prize en 2019, conjointement avec l'écrivaine canadienne Margaret Atwood, pour Girl, Woman, Other, chronique de la vie de familles noires à Londres[11].

Bernardine Evaristo en 2018

Elle publie des critiques littéraires dans le Guardian[12]. Elle fonde le prix international Brunel de la poésie africaine en 2012[13] et préside en 2012 le jury du prix Caine[14] et le prix de la nouvelle du Commonwealth[15].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Island of Abraham, Peepal Tree Press, 1994
  • Lara, Angela Royal Publishing, 1997
  • The Emperor's Babe, Hamish Hamilton/Penguin, 2001
  • Soul Tourists, Hamish Hamilton/Penguin, 2005
  • Blonde Roots, Hamish Hamilton/Penguin, 2008
  • Lara, Bloodaxe Books, 2009
  • Hello Mum, Penguin, 2010
  • M. Loverman, Penguin, 2013
  • Girl, Woman, Other, Hamish Hamilton/Penguin, 2019 (traduction française 2020 : Fille, femme, autre)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Royal Society of Literature — Council », sur rsliterature.org (consulté le 15 octobre 2019).
  2. (en) Anita Sethi, « Bernardine Evaristo: 'I want to put presence into absence », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  3. a et b (en) Ellie Bothwell, « On my radar: Bernardine Evaristo's cultural highlights », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  4. « Bernardine Evaristo on Woolwich: 'We weren’t allowed to play outside' », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le 16 octobre 2019).
  5. (en) Adeola Fadumiye, « Social: Bernadine Evaristo …on the crossroads of culture », sur Genevieve
  6. (en) Tom Payne, « A Writer's Life: Bernadine Evaristo », The Telegraph,‎ (lire en ligne)
  7. (en) C. L. Innes, The Cambridge Introduction to Postcolonial Literatures in English, Cambridge University Press, (ISBN 978-1-139-46559-5, lire en ligne), p. 68
  8. (en) « Bernardine Evaristo biography », sur British Council, Literature
  9. a b c et d « Professor Bernardine Evaristo », sur brunel.ac.uk (consulté le 15 octobre 2019).
  10. Stephanie Merritt, « When slavery isn't such a black-and-white issue », The Observer,‎ (lire en ligne, consulté le 15 octobre 2019).
  11. « Margaret Atwood et Bernardine Evaristo lauréates du Booker Prize », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  12. Bernardine Evaristo profile at The Guardian.
  13. "Bio", Author's website.
  14. "Bernardine Evaristo, Chair of Judges 2012, writer and poet", Caine Prize, 23 April 2012.
  15. "‘There is no magic formula’" (Chair of the 2012 Commonwealth Short Story Prize on what makes a good short story) Commonwealth Writers.
  16. « Margaret Atwood et Bernardine Evaristo sacrées lauréates du Booker Prize », sur lemonde.fr, (consulté le 15 octobre 2019).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :