Bernard de Trèves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bernard de Trèves est un alchimiste allemand du XIVe siècle.

Il ne faut pas le confondre avec un prétendu Bernard le Trévisan (ou Bernard de La Marche Trévisane) (1406-1490).

Bernard de Trèves[modifier | modifier le code]

Alchimiste allemand du XIVe siècle, il est l'auteur d'une Responsio ad Thomam de Bolonia (Réponse à Thomas de Bologne) (1385).

Bernard le Trévisan[modifier | modifier le code]

Sous ce nom est écrit un traité en français de la fin du XVe siècle, qui circule sous forme de manuscrits avant d'être publié dans l’Opuscule tres-excellent de la vraye philosophie naturelle des métaulx, traictant de l’augmentation et perfection d’iceux... par Maistre D. Zacaire,... Avec le traicté de vénérable docteur allemant Messire Bernard, conte de la Marche Trevisane, sur le mesme subject. (Benoist Rigaud, Lyon 1574). Selon E. J. Holmyard, "l'autobiographie dont on lui attribue la paternité ressemble de si près à celle de Zachaire que nous sommes fondés à nous demander s'il ne s'agit pas là d'une fiction populaire imputée, à quelques variantes, à plus d'un alchimiste" (L'alchimie, trad., Arthaud, p. 272).

Bernard, comte de la Marche Trévisane, petit comté des États vénitiens, serait né à Padoue en 1406. Il aurait commencé ses travaux d'alchimie à quatorze ans et il aurait trouvé la pierre philosophale à quatre-vingt-deux ans, à Rhodes, où il meurt en 1490.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvres de Bernard de Trèves[modifier | modifier le code]

  • Bernard de Trèves, Responsio ad Thomam de Bolonia (1385). On trouve cette Responsio dans le manuscrit de 1533 MS. Français 2018 de la Bibliothèque Nationale, avec des traités pseudo-lulliens : Ung Traicté responsif envoyé à maistre Thomas de Boulongne, phisicien du roy de France, tres saige Phelippe, et conte palatin, par Bernard de Treves, en l'an 1385.
  • Bernard de Trèves, La branchette : revue ANAGROM n°2, 1973. 62 pp., p. 5-30, "‘La branchette’, texte alchimique du XIVe siècle attribué à Bernard de Trèves, édité et transposé par Dominique Lesourd et Maxime Préaud, d’après le Manuscrit de la Bibliothèque de l’Arsenal".

Œuvres de Bernard le Trévisan[modifier | modifier le code]

  • Bernard le Trévisan, Opuscule tres-excellent de la vraye philosophie naturelle des métaulx (fin du XV° s.) [1], in Claude d'Ygé, Nouvelle assemblée des philosophes chymiques, Dervy-Livres, 1954.
  • Bernard le Trévisan, La Parole délaissée, par Bernard, comte de la Marche Trévisanne. Trois traités de la philosophie naturelle (Verum dimissum). Contient l' "Allégorie de la fontaine". [2]
  • Bernard le Trévisan, Le Songe Verd [3]
  • Bernard le Trévisan, Traité de l'œuf des philosophes, composé par Bernard, comte de Trèves, Allemand [4]
  • Oeuvre chimique de Bernard le Trévisan. Le livre de la philosophie naturelle des métaux. - La parole délaissée. - Le songe verd. - Traité de la nature de l'œuf des philosophes, Guy Trédaniel, 1976, 166 p.

Études[modifier | modifier le code]

  • Jacques Sadoul, Le Trésor des alchimistes, J'ai lu, coll. "L'aventure mystérieuse", 1970, p. 113-123.
  • Didier Kahn, "Recherches sur le ‘Livre’ attribué au prétendu Bernard le Trévisan (fin du XVe siècle), dans L’Alchimia e medicina nel Medioevo Micrologus Library IX, Ed. del Galluzzo (2003) [5]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • [6] Site Hervé Delboy sur Bernard, comte de la Marche Trévisane
  • [7] Bernard le Trévisan

Notes et références[modifier | modifier le code]