Bernard de Froment

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bernard de Froment
Fonctions
Député 1993-1997
Gouvernement Ve République
Groupe politique RPR
UMP
Biographie
Date de naissance (66 ans)
Enfants Jean-Baptiste de Froment
Résidence Creuse

Bernard de Froment est un homme politique français né le à Rabat (Maroc).

Il est conseiller d'État en disponibilité, ancien président du Conseil d'administration de l'IGN, ancien député RPR de la Creuse (1993-1997) et ancien président du Conseil général de la Creuse (1994-1998).

Famille[modifier | modifier le code]

Bernard de Froment appartient à une famille de la Marche ayant reçu le titre de baron héréditaire par lettres patentes en 1815[1],[2]. Il est le fils du baron François de Froment, général de brigade, le neveu de Pierre de Froment, général de division et résistant, et le père de Jean-Baptiste de Froment, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy et élu au Conseil de Paris en 2014.

Formation[modifier | modifier le code]

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Bernard de Froment s'est mis en disponibilité du Conseil d'État pour exercer la profession d'avocat dans un cabinet parisien.

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Membre du Rassemblement pour la République (RPR) puis de l'Union pour un mouvement populaire (UMP).

Anciens mandats électifs[modifier | modifier le code]

Mandats parlementaires[modifier | modifier le code]

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Fonctions diverses[modifier | modifier le code]

Fonctions actuelles[modifier | modifier le code]

Associé-fondateur de BdF-AP Avocats, basé à Paris.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Pour dénoncer l'impossible dialogue entre le peuple et ses élites, Bernard de Froment, président du conseil général de la Creuse, maître de requêtes au Conseil d'Etat et maire d'une commune rurale (Saint-Fiel), a choisi la forme d'une correspondance fictive entre un élu campagnard et son cousin énarque, technocrate à Bercy. Avec humour, il décrit leur état d'esprit et leurs projets, sans masquer les illusions démagogiques de l'un, les abstractions fumeuses ou mégalomaniaques de l'autre. Bref, Bernard de Froment démontre à quel point chacun est captif de ses préjugés, dans un pays où la folie de l'Etat dilapide des milliards en grands travaux sans enrayer pour autant le déclin des campagnes. Bernard de Froment dresse l'inventaire lucide d'une France contemporaine où le paysan et le technocrate sont les Bouvard et Pécuchet d'une farce absurde, malheureusement réelle. Indispensable à tout élu... et à tout responsable administratif.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Régis Valette, Catalogue de la noblesse française subsistante au XXIe siècle, année 2002', page 88.
  2. Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, tome 19, pages 312 à 314 Article de Froment.

Articles connexes[modifier | modifier le code]