Bernard Zimmern

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bernard Zimmern
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Président
Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques
-
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Membre de
Site web
Distinctions

Bernard Zimmern, né le à Paris et mort le à Neuilly-sur-Seine[1],[2], est un chef d'entreprise et fondateur de think-tanks en France, en particulier de l'iFRAP.

Formation[modifier | modifier le code]

Il est ancien élève de l'École polytechnique (promotion 1949) et de l'ENA (promotion 1955).

Au lycée, Bernard Zimmern est lauréat du concours général de physique et de version latine[réf. nécessaire].

Activité professionnelle[modifier | modifier le code]

Il travaille 6 ans chez Renault, puis 10 ans à la Cegos comme directeur du département Recherche et Développement.

Il fonde et préside les sociétés Omphale et Single Screw Compressor Inc. aux États-Unis, qui donnent corps à ses inventions de compresseurs rotatifs, pour lesquels il dépose plus de 500 brevets[3].

Activité associative[modifier | modifier le code]

Son expérience américaine lui fait découvrir le rôle des cercles de réflexion dans la société civile et dans l'économie, et il fonde donc en 1985 sur ses fonds propres l''IFRAP, voué à l'étude des politiques publiques. Après l'avoir présidé jusqu'en 2012, il est le président d'honneur de ce cercle[4],[5]. L'IFRAP est inscrit depuis le 20 décembre 2017 au registre des représentants d’intérêts au Parlement, ce qui en fait un lobby, et non un organisme de recherche scientifique[6],[7].

C'est l'un des fondateurs de l'association Contribuables associés[8], qui anima une émission à Radio Courtoisie pendant plusieurs années.

Il fonde en 2012 le site Emploi 2017, qui publie des articles de chefs d'entreprises luttant contre les obstacles à la création d'entreprises, pour permettre l'avenir de l'emploi[9].

En 2012 également, il fonde l'IRDEME, l'Institut de recherche pour la démographie des entreprises[10].

Il a été membre du Club de l'horloge[11].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Il reçoit en 1999 le prix Renaissance de l'économie, attribué par le Cercle renaissance, pour avoir fondé l'IFRAP[12].

Il reçoit en 1977 la médaille d'or de l'Institute of Refrigeration (Londres), qui récompense les contributions les plus remarquables à l'industrie de la réfrigération[13].

En 2015, il se voit décerner le prix Grammaticakis-Neumann de l'Académie des sciences morales et politiques[14].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Développement de l'entreprise et innovation, Hommes et Techniques, Puteaux, 1969
  • À tout fonctionnaire son chômeur, Odilon media, 1999
  • Les Profiteurs de l'État, Plon, 2001[15]
  • Les Fabricants de chômage, Plon, 2002
  • La Dictature des syndicats : FO, CGT, SUD... nos nouveaux maîtres, Albin Michel, 2003
  • Changer Bercy pour changer la France : les riches sont la solution, pas le problème, Tatamis, 2015

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Avis de décès de Bernard Zimmern », sur Dans nos cœurs, (consulté le 23 août 2020)
  2. Claude Sicard, « Bernard Zimmern : un grand esprit créatif nous a quittés », sur Contrepoints, (consulté le 23 août 2020)
  3. http://www.ifrap.org/auteurs/bernard-zimmern
  4. « Bernard Zimmern », L'Observatoire des Think Tanks,‎ (lire en ligne)
  5. « Message de Bernard Zimmern et Olivier Mitterrand »
  6. « L'Ifrap d'Agnès Verdier-Molinié : faux institut de recherche et vrai lobby ultra-libéral », Marianne,‎ (lire en ligne, consulté le 11 février 2018)
  7. « Fiche Organisation «  Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », sur www.hatvp.fr (consulté le 11 février 2018)
  8. http://www.lecri.fr/2013/06/18/bernard-zimmern-une-part-tres-faible-des-redressements-est-reellement-justifiee-par-de-la-fraude-fiscale/41190
  9. « Nos combats », sur Entrepreneurs pour la France (consulté le 24 septembre 2020).
  10. « Irdeme »
  11. Philippe Lamy (sous la dir. de Claude Dargent), Le Club de l'horloge (1974-2002) : évolution et mutation d'un laboratoire idéologique (thèse de doctorat en sociologie), Paris, université Paris-VIII, , 701 p. (SUDOC 197696295, lire en ligne), p. 67.
  12. « Palmarès du prix Renaissance de l'économie », sur http://cerclerenaissance.info (consulté le 17 février 2017)
  13. (en) « J and E Hall Gold Medal » (consulté le 17 février 2017)
  14. https://www.asmp.fr/prix_fondations/fiches_prix/grammaticakis_neumann.htm.
  15. http://www.alternatives-economiques.fr/les-profiteurs-de-l-etat-bernard-zimmern_fr_art_144_15090.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]