Bernard Zimmern

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zimmern.

Bernard Zimmern, né le , est un chef d'entreprise et fondateur de think-tanks en France, en particulier de l'iFRAP.

Formation[modifier | modifier le code]

Il est ancien élève de l'École polytechnique (promotion 1949) et de l'ENA (promotion 1955).

Au lycée, Bernard Zimmern est lauréat du concours général de physique et de version latine[réf. nécessaire].

Activité professionnelle[modifier | modifier le code]

Il travaille 6 ans chez Renault, puis 10 ans à la Cegos comme directeur du département Recherche et Développement.

Il fonde et préside les sociétés Omphale et Single Screw Compressor Inc. aux États-Unis, qui développent ses inventions de compresseurs rotatifs, pour lesquels il dépose plus de 500 brevets[1].

Activité associative[modifier | modifier le code]

Son expérience américaine lui fait découvrir le rôle des think-tanks dans la société civile et dans l'économie, et il fonde donc en 1985 sur ses fonds propres l'iFRAP, voué à l'étude des politiques publiques. Après l'avoir présidé jusqu'en 2012, il est le président d'honneur de ce think tank[2],[3]. L'iFRAP est inscrit depuis le 20 décembre 2017 au registre des représentants d’intérêts au Parlement, ce qui en fait un lobby, et non un organisme de recherche scientifique[4],[5].

C'est l'un des fondateurs de l'association Contribuables associés[6].

Il fonde en 2012 le site « Emploi 2017 », qui publie des articles de chefs d'entreprises luttant contre les obstacles à la création d'entreprises, pour permettre le développement de l'emploi[7].

En 2012 également, il fonde l'IRDEME, l'Institut de recherche pour la démographie des entreprises[8].

Il a été membre du Club de l'horloge[9].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Il reçoit en 1999 le prix Renaissance de l'économie, attribué par le Cercle renaissance, pour avoir fondé l'iFRAP[10].

Il reçoit en 1977 la médaille d'or de l'Institute of Refrigeration (Londres), qui récompense les contributions les plus remarquables à l'industrie de la réfrigération[11].

En 2015, il se voit décerner le prix Grammaticakis-Neumann de l'Académie des sciences morales et politiques[12].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Développement de l'entreprise et innovation, Hommes et Techniques, Puteaux, 1969
  • À tout fonctionnaire son chômeur, Odilon media, 1999
  • Les Profiteurs de l'État, Plon, 2001[13]
  • Les Fabricants de chômage, Plon, 2002
  • La Dictature des syndicats : FO, CGT, SUD... nos nouveaux maîtres, Albin Michel, 2003
  • Changer Bercy pour changer la France : les riches sont la solution, pas le problème, Tatamis, 2015

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.ifrap.org/auteurs/bernard-zimmern
  2. « Bernard Zimmern », L'Observatoire des Think Tanks,‎ (lire en ligne)
  3. « Message de Bernard Zimmern et Olivier Mitterrand »
  4. « L'Ifrap d'Agnès Verdier-Molinié : faux institut de recherche et vrai lobby ultra-libéral », Marianne,‎ (lire en ligne)
  5. « Fiche Organisation «  Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », sur www.hatvp.fr (consulté le 11 février 2018)
  6. http://www.lecri.fr/2013/06/18/bernard-zimmern-une-part-tres-faible-des-redressements-est-reellement-justifiee-par-de-la-fraude-fiscale/41190
  7. http://www.emploi-2017.org/-nos-combats,r0005-.html
  8. « Irdeme »
  9. Philippe Lamy (sous la dir. de Claude Dargent), Le Club de l'horloge (1974-2002) : évolution et mutation d'un laboratoire idéologique (thèse de doctorat en sociologie), Paris, université Paris-VIII, , 701 p. (SUDOC 197696295, lire en ligne), p. 67.
  10. « Palmarès du prix Renaissance de l'économie », sur http://cerclerenaissance.info (consulté le 17 février 2017)
  11. (en) « J and E Hall Gold Medal » (consulté le 17 février 2017)
  12. https://www.asmp.fr/prix_fondations/fiches_prix/grammaticakis_neumann.htm.
  13. http://www.alternatives-economiques.fr/les-profiteurs-de-l-etat-bernard-zimmern_fr_art_144_15090.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]