Bernard Schorderet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bernard Schorderet
Swiss artist Bernard Schorderet in 1982.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 92 ans)
FribourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Bernard Schorderet, né à Fribourg le et mort dans la même ville le , est un peintre suisse, connu pour l'aménagement de places, de fontaines ainsi que des vitraux de nombreuses églises et institutions.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant-dernier d’une lignée de 7 frères et sœurs, Bernard Schorderet est mobilisé dans l'armée suisse pendant la Seconde Guerre mondiale ; il illustre par ses dessins des journaux destinés aux soldats et à leur famille[1]. En 1946, il part à Paris et s’inscrit à l’école des Beaux-arts, puis à l’Académie André Lhote et au Centre d’Art sacré. Rapidement, Bernard Schorderet est chargé de réaliser des fresques et des vitraux qui vont le conduire à partager sa vie entre Fribourg et Paris[2].

Bernard Schorderet a travaillé la peinture (la gouache et l’huile, principalement)[3], mais aussi d’autres médiums tels le vitrail et la sculpture[4]. Parmi ses vitraux, citons plus particulièrement les vitraux des églises de Bonnefontaine, Givisiez[5], Cottens[5], Vicques (Jura)[6], Le Pont (vallée de Joux), Seiry, Estavayer-le-Lac[5], du St-Rédempteur à Lausanne, du Christ-Roi à Fribourg et à La Valsainte. Enfin, il faut souligner l’étroite collaboration de l’artiste avec différents architectes pour l’aménagement de lieux publics, telle la place-fontaine réalisée pour l’Exposition nationale de 1964 et toujours visible à Lausanne.

Œuvres intégrées à des lieux publics[modifier | modifier le code]

Œuvre murale "Wasser und Feuer" à Affoltern

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Marcel Joray, Peintres Suisses : Schweizer Maler, Editions du Griffon, , 181 p.

Bernard Schorderet, "Abstractions Lyriques", Catalogue d'exposition, Musée Gutenberg, Fribourg, 2019, 64 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bibliothèque nationale suisse (BN) - Collection suisse d'affiches
  2. « "Ville d'art et de culture" (documentaire de la télévision suisse romande) », (consulté le )
  3. Michel Terrapon, Bernard Schorderet : exposition du 12 janvier au 24 février 1974, Musée d'art et d'histoire de Fribourg, Fribourg, Musée d'art et d'histoire (Fribourg),
  4. « Bernard Schorderet », sur SIKART Dictionnaire sur l'art en Suisse.
  5. a b et c « Quelques églises et œuvres d'art / Campagne fribourgeoise et proche région vaudoise », sur nervo.ch (consulté le )
  6. « La magie des vitraux jurassiens », sur juravitraux.ch (consulté le )
  7. « Vitrail de Bernard Schorderet »
  8. « La terre et la forêt », sur lausanne.ch (consulté le )
  9. Béguin, Béatrice., Costantini, Marco., Jaunin, Françoise. et Kaenel, Philippe., Pleins feux! : la collection d'art de la ville de Lausanne, Lausanne, Service de la culture de la Ville de Lausanne, (ISBN 978-2-940570-32-4, OCLC 1013905541, lire en ligne), p. 60-61
  10. Zweifel, J., Strickler, H. et Schorderet, B., « L'école "Im Moos" à Rüschlikon », Bulletin du ciment no 24,‎ 1970-1971 (lire en ligne)
  11. (de) Baumann, F.A., « Erweiterungsbauten des Seminars Kreuzlingen », Das Werk : Architektur und Kunst,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  12. « Fresque en tôle émaillée à l'école nationale d'aviation civile (ENAC) », (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]