Bernard Rentier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bernard Rentier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions
Œuvres principales
Science ouverte, le défi de la transparence (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Bernard Rentier, né le à Liège en Belgique, est un biologiste et virologue. Il a également été le 60e recteur de l'Université de Liège, de 2005 à 2014. Il est premier vice-président du Conseil Fédéral belge de la Politique scientifique[1]et, depuis 2019, président du conseil d’administration de WBE (Wallonie Bruxelles Enseignement, le pouvoir organisateur de l’enseignement de la Fédération Wallonie Bruxelles)[2]

Carrière[modifier | modifier le code]

Virologiste et immunologiste de formation, il a effectué ses recherches au National Institute for Medical research (en) (Mill Hill, Londres, 1975) et aux National Institutes of Health (Bethesda, MD, USA, 1976-1981) puis à l'Université de Liège. Il est l'auteur de plus de 250 publications scientifiques et de vulgarisation[2]. Ses travaux scientifiques ont porté sur l'influenza, la rougeole et la varicelle. Il a présidé la branche européenne de la Varicella-Zoster Virus Foundation (1991-2004) et le comité WAVE (Working against Varicella in Europe). Il a été vice-président de l'European Federation of Biotechnology (en) (1997-2004).

Il a fondé et présidé d'EOS (Enabling Open Scholarship), une association internationale pour la promotion de l'accès libre aux publications scientifiques (Open Access) dans les universités, aujourd’hui dissoute, l’Open Access faisant à présent l’objet, sinon dans la forme, au moins sur le fond, d’un consensus dans les milieux scientifiques. Il est devenu docteur honoris causa de l'Université du Québec à Montréal en 2014 en reconnaissance de sa contribution au libre accès à l’information scientifique et à la promotion des valeurs de l’Open Access dans le monde.

Il est vice-président du Conseil Fédéral belge de la Politique scientifique[1], président de Wallonia Biotech Coaching s.a.[3].

Depuis août 2019, il préside le conseil d’administration de WBE (Wallonie Bruxelles Enseignement, le pouvoir organisateur de l’enseignement de la Fédération Wallonie Bruxelles)[3]

Dans un autre registre, il est président : - de la Société Libre d'Emulation de Liège, qui se consacre à la promotion des arts et des sciences, - des « Grandes Conférences Liégeoises[4] », - de l'association des Amis de l'ULg[5]. Il est administrateur de Mnema Cité Miroir, membre du Comité exécutif du GRE-Liège (Groupement de Redéploiement Économique)[6]. Il préside l'asbl L'Orchestre de Chambre de Liège (OCLg)[7] et l'asbl "Le Concours de Piano de Liège"[8]].

Bernard Rentier est l’auteur d’un livre intitulé « Science Ouverte, le défi de la transparence » paru aux Éditions de l’Académie Royale de Belgique en décembre 2018. Une version téléchargeable gratuitement a été mise en ligne par l’académie dès la parution de la version imprimée, en concordance avec les principes de l’auteur. La version anglaise « Open Science, the Challenge of Transparency » est sorti (en ligne uniquement et gratuit) en mars 2019. Le livre a reçu, en novembre 2019, le Prix du Livre Politique en Belgique[9]. Les deux versions, française et anglaise, sont accessibles en ligne auprès de l’Académie (https://academie-editions.be/3-catalogue) ou en post-print auteur dans l’archive institutionnelle de l’ULiège, ORBi (en français : https://orbi.uliege.be/handle/2268/230014#ft; en anglais : https://orbi.uliege.be/handle/2268/233905#ft).

Prix et distinctions scientifiques[modifier | modifier le code]

  • N.I.H. Fellowship, 1976[10].
  • Prix de la Fondation Rotary pour la recherche médicale, 1982[10].
  • Prix de Launoît des Amis de l'Université de Liège, 1983[10].
  • Prix Charles J. Ketelaer de la Ligue Belge contre la Sclérose en Plaques[11], 1983[10].
  • Prix du Centre d'Études Princesse Joséphine-Charlotte pour la lutte contre les infections virales du système nerveux et la poliomyélite[12], 1989[10].
  • Doctorat honoris causa de l’Université du Québec à Montréal, 2014 [4]

Distinctions honorifiques[modifier | modifier le code]

Sociétés scientifiques[modifier | modifier le code]

Internationales[modifier | modifier le code]

  • Membre fondateur de la VZV Research Foundation[13] (Fondation Internationale pour la Recherche contre le Virus de la Varicelle et du Zona), New York, USA, membre de son Scientific Advisory Board (1991-2006), Président de son Comité International (1993-2006) et membre de son Comité exécutif (1994-2006)[10].
  • Vice-président de la European Federation of Biotechnology (en) (2001-2004)[10].
  • Président d'EuroVar[14], Association européenne pour la prévention de la varicelle et du zona (1998-2005)[10].

Nationales[modifier | modifier le code]

  • Administrateur du FNRS (1997-2014)[10], dont il a été président à deux reprises (2005-2006 et 2008-2011).
  • Vice-président du Conseil fédéral belge de la Politique scientifique[1] (depuis 2014).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]