Bernard Ollier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ollier.
Bernard Ollier
Bernard Ollier.jpg
Bernard Ollier devant son mur peint, performance chez Achenbusch.
Biographie
Naissance
Nationalité
Domicile
Activités

Bernard Ollier, né le à Clermont-Ferrand, est un artiste et écrivain français. Il vit et travaille à Roquepine dans le Gers.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études : khâgne au lycée Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, faculté de Clermont-Ferrand, Institut d'Art et d'archéologie (Paris IV), École normale Claude Bernard (Paris).

Sa formation universitaire (lettres et arts plastiques) le conduit à la carrière d'enseignant et à celle de directeur de l'école des Beaux-arts de Reims.

Il obtient l'agrégation d'Arts pastiques, puis soutient sa Thèse de doctorat en philosophie sous la direction de Claude Gagean, (Strasbourg 2).

L'intitulé de sa thèse Textes-peintures : Réflexions sur une pratique picturale par l'intermédiaire d'une pratique de l'écriture. Formes et fonctions substitutives. Modèles explicatifs[1], dénote une pratique  caractérisée par d'incessants croisements entre art et littérature.

Les travaux résultant de cette pratique sont poursuivis pendant plusieurs décennies à l'écart de toute manifestation publique. Ils commencent à être montrés à partir des années 2000, notamment à la Galerie la Réserve d'AREA (Paris) et aux musées d'Abbeville, des Beaux-Arts de Rouen, puis au musée des Arts décoratifs (Paris) dans la bibliothèque Jules Maciet.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Principales séries d'œuvres

1969 - Circa 2005. Dessins à la mine de plomb qui recouvrent la surface du papier sans laisser le moindre blanc. Titre : « Épreuves du rien ».

1990... Textes brefs destinés à remplacer, restituer, inventorier et authentifier des œuvres disparues puis l'ensemble des œuvres. Titre : « Épreuves d'équivalence ».

Circa 1995... Inventaire général des œuvres. Les pages qui répertorient les œuvres (description sommaire et référencement) sont traitées comme des monochromes gris : les pavés de textes qui les composent sont totalement justifiés, sans alinéas et sans espaces entre les mots.

Circa 1995... Dessins au pinceau ou à la plume consistant à remplir systématiquement le blanc des pages laissé par l'écriture des manuscrits et notes de travail. Titre : « Épreuves d'oubli. »

2011... Scénarios permettant la réalisations d'œuvres, essentiellement photographiques. Titre : « œuvres potentielles ». (78 scénarios ont ainsi été actualisés par le personnel de la Bibliothèque du musée des Arts décoratifs (Paris).

2014... Livres-expositions. Collection de livres d'artiste qui développent les séries et sous-séries de l'Inventaire. Titre : « Édition de l'Épreuve[2]. » aux Éditions particulières.

2016... « Œuvres inexistantes », « Œuvres absentes ». Un exemple significatif de ce travail est l'exposition de 1066 emplacements numérotés sur les murs du château de (Vicq-sur-Breuilh.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Voir / Riov, livre d'artiste, Éditions area, 2004
  • Index, romans à reconstituer, Éditions area, 2006
  • Tentative pour représenter l'oubli des pensées, livre d'artiste, Éditions area, 2007
  • Manuscrit ou Les Mains du vieux Maître, livre d'artiste, Éditions Jean-Pierre Huguet, 2010
  • Exposition d’une lecture / Lecture d’une exposition, Édition(s) Particulière(s), 2014
  • Pages 7 et 8, Édition(s) Particulière(s), 2015
  • Livre d’ennui / Équivalent d’une exposition, Édition(s) Particulière(s), 2016
  • Représentation d’une lecture du Livre d’Ennui, Édition(s) Particulière(s), 2016
  • L’Atelier du peintre / Roman d’une exposition disparue, Édition(s) Particulière(s), 2016
  • Archives disparues / Reconstitution illusoire, Édition(s) Particulière(s), 2016
  • Indices / Enquête sur la mort d’un artiste, Édition(s) Particulière(s), 2016
  • Œuvres supposées du vieux Maître, Édition(s) Particulière(s), 2017
  • Bernard Ollier exagère la Tour Eiffel[3], Pierre Mainard[4], 2018
  • Humans / Animals, Édition(s) Particulière(s), 2018
  • Œuvres inexistantes / une exposition, Édition(s) Particulière(s), 2018

Monographie, entretiens, presses[modifier | modifier le code]

  • Dossier Bernard Ollier, revue Verso, n° 51[5], pp. 3-15, octobre-décembre 2008.
  • Ombres heureuses, monographie illustrée, coédition Éditions Area et Musée de Rouen, 224 p., 2008 : La Preuve d'existence Jean-Marie Delassus (entretien) ; Fugues en gris Gérard-Georges Lemaire; L'Absence, mode infinitif Alin Avila ; La Texture de l'oubli Laurent Salomé.
  • Les gris éloquents de Bernard Ollier : Giorgio Podestà, Les Lettres françaises, (5 juillet 2008).
  • Bernard Ollier le regard des ombres, entretien avec Léa Bismuth et Jacques Henric, Art Press, n° 376, pp. 58-62, mars 2011

Principales expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 2005 : Voir, galerie La Réserve, Paris, (décembre 2005).
  • 2005 : Voir, musée Boucher-de-Perthes d'Abbeville, collégiale Saint-Vulfran, école d’Art (14 mai - 18 septembre 2005)[6].
  • 2008 : Ombres heureuses, musée des Beaux-Arts de Rouen (16 mai - 31 août 2008)[7],[8],[9].
  • 2008 : Constantes : 1978 - 2008, galerie La Réserve, Paris (10 juin - 30 juillet 2008).
  • 2011 : Extension du domaine Maciet, musée des Arts décoratifs (Paris), bibliothèque Jules Maciet (17 mars - 14 mais 2011)[10].
  • 2014 : Exposition d'une lecture, Lecture d'une exposition, Médiathèque Pablo-Neruda de Malakoff (29 octobre - 15 novembre 2014).
  • 2017 : Humans / Animals, Le Vieux Château, Vicq-sur-Breuilh (juillet 2017).

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

  • Musée des Beaux-Arts de Rouen : deux dessins sans titre : 290 x 220 cm. Installation pérenne intitulée Simone Velasquez, double stèle « encadrant » le Démocrite de Velasquez
  • Médiathèque Pablo Neruda, Malakoff : Mur peint.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Détail thèse »
  2. Cf infra : les 9 premiers livres aux Édition(s) particulière(s).
  3. « Bernard Ollier exagère la Tour Eiffel », sur Pierre Mainard Editions (consulté le 17 janvier 2019)
  4. Laurine Rousselet, « Éditions Pierre Mainard, la passion du toucher - L'Actualité Nouvelle-Aquitaine — science et culture, innovation », sur L'Actualité Nouvelle-Aquitaine — science et culture, innovation, (consulté le 17 janvier 2019)
  5. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. http://bernardollier.com/english/pdf/V51.pdf, sur bernardollier.com (consulté le 17 janvier 2019)
  6. « Bernard Ollier Voir », sur artaujourdhui.info, (consulté le 17 décembre 2018).
  7. « Bernard Ollier - Ombres heureuses », sur lejournaldesarts.fr, .
  8. « Le noir selon Bernard Ollier », sur humanite.fr, (consulté le 17 décembre 2018).
  9. « Bernard Ollier », sur mbarouen.fr.
  10. « Bernard Ollier, extension du domaine Maciet », sur madparis.fr.
  11. « V. Skoda et B. Ollier exposent leurs œuvres en lien avec les travaux du philosophe », sur lamontagne.fr, (consulté le 3 janvier 2019).

Liens externes[modifier | modifier le code]