Bernard Montangero

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bernard Montangero
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
VaudVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Bernard Montangero, né le à Saint-Maurice et mort le à Chamby[1], est un chanteur, artisan, sculpteur et écrivain suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Doté d'une très forte personnalité, il quitte à dix-huit ans son Valais natal pour découvrir de nouveaux horizons. Dans le Paris d'après-guerre, il découvre les grands poètes, Villon, Verlaine, Charles Trenet, Georges Brassens et l'art moderne. Treize ans durant, le chansonnier à l'accent valaisan écume la plupart des cabarets parisiens, enchaînant jusqu'à quatre tours de chant par soir. En 1957 sort son premier 45 tours. La censure de l'ORTF interdit d'antenne Les défilés, chanson trop anti-militariste.

En 1962, Montangero a le mal du pays et se détourne du "show-bizz". Il quitte Paris et rompt avec le métier. Pour nourrir les siens, le jeune père de famille s'adonne à la sculpture. Inspiré par Alberto Giacometti, il étire ses personnages et élabore une manière inédite de traiter le fer : une savante architecture de clous souvent fondus goutte à goutte. L'artiste expose ses œuvres à Orbe, Sion, Berne et Bâle.

Mais le virus de la chanson ne le lâche pas. En 1972, un premier 30 cm rencontre un bon écho auprès du public romand. Les concerts reprennent. Deux autres disques suivent. En 1986, un problème de santé brise son élan pour plusieurs années.

Talent protéiforme, Bernard Montangero écrit aussi des contes qui s'inscriront dans l'émission Les ronds dans l'eau de la Radio suisse romande. Il s'essaie à l'écriture théâtrale. Des troupes monteront quatre de ses pièces. Quatre recueils renferment les textes de ce créateur devenu auteur de nouvelles. Il collabore également à Yakari et à Jeunes Années, journaux pour enfants. À 67 ans, toujours assoiffé de chanter, Bernard Montangero reprend en 1998, le chemin des studios pour son premier CD : Des siècles d'amour.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1957, Montangero chante Montangero, (super 45 T), Disques Boîte à Musique, Paris (épuisé)
  • 1972, Et la Rivière (30 cm), Évasion disques, Lausanne (épuisé)
  • 1975, Je chante (30 cm), Évasion disques, Lausanne (épuisé)
  • 1980, De havre en port (30 cm), Évasion disques, Lausanne (épuisé)
  • 1983, La Forêt aux Chimères (musicassette), Théâtre des Jeunes d'Orbe (épuisé)
  • 1984, Le Petit Cheval à Bascule (30 cm), Disques Mary-Josée (épuisé)
  • 1999, Des Siècles d'Amour (CD), Sagittaire productions (disponible)

Publications[modifier | modifier le code]

  • 1977, Contes et chansons. 120 p.
  • 1979, Histoire de l'éléphant fou / ill. de Donald Brun. 22 p.
  • 1979, Histoire de l'épouvantail qui voulait voyager / ill. de Donald Brun. 24 p.
  • 1987, Le naufragé du / ill. de Laurent Cocchi. 147 p.
  • 1989, La fenêtre d'en haut / préf. d'Emile Gardaz; photos de Paul Cornaz. 159 p
  • 1991, L'intruse : il y a quelque chose de pourri au royaume de Phallocratie : tragédie drolatique ou comédie dramatique. 61 p.
  • 1993, Les joyeuses funérailles : nouvelles. 168 p.
  • 1995, L'armure : quatuor en forme de pirouette: 20 p.
  • 1995, Ballast : [voyage immobile] : un train pour nulle part. 19 p.
  • 1995, Chassé-croisé : pièce en deux actes. 22 p.
  • 1996, La véritable histoire d'Adam et Eve; suivi de L'îlot. 15, 9 p.
  • 1997, La forêt aux chimères : conte musical pour enfants et ceux qui le sont restés. 14 p.
  • 1997, Un roi pour Ophélie : de la révolte mal comprise, mal partagée. 10 p.
  • 1998, Le dormeur apprivoisé: pièce en un acte et cinq tableaux .15 p.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche biographique (Lien brisé au 29.12.2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]