Bernard Lortholary

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lortholary.
Bernard Lortholary
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (82 ans)
TalenceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Bernard Lortholary est un traducteur français né le à Talence.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bernard Lortholary est normalien (L1957)[1], agrégé d'allemand et maître de conférences en littérature allemande à la Sorbonne[2]. Il se consacre à la traduction d'articles historiques et de romans contemporains. Il traduit des œuvres de l’allemand vers le français. Il est aussi éditeur de livres allemands aux éditions Gallimard.

Il a notamment traduit Le Parfum de Patrick Süskind, traduction pour laquelle il obtient en 1992 le Grand prix national de la traduction du ministère de la Culture, ainsi que Le Liseur de Bernhard Schlink qui obtient en 1997 le prix Laure-Bataillon qui récompense la meilleure œuvre de fiction traduite durant l'année écoulée, prix attribué conjointement à l’écrivain étranger et à son traducteur en langue française[3]. Il traduit également Wolfgang Sofsky[4], ainsi que des œuvres de Bertolt Brecht et de Franz Kafka[5], en particulier Le château, avec une préface qui analyse l'œuvre[6].

Il a reçu plusieurs prix pour ses travaux de traducteur. En 2006, le prix Gérard-de-Nerval de la Société des Gens de Lettres et du Goethe Institut lui est attribué pour sa traduction de Mozart : Lettres des jours ordinaires et de La Maladie allemande de Johannes Willms[7]. En 2012, il reçoit le prix Friedrich-Gundolf décerné par l'Académie allemande pour la langue et la littérature pour la promotion de la culture allemande à l'étranger, ainsi que le Prix de l'Académie de Berlin[8].

Traductions[modifier | modifier le code]

Autres publications[modifier | modifier le code]

  • « Les partis pris du traducteur », Revue d'esthétique, no 12,‎ , p. 185-187.

Préfacier[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. http://www.archicubes.ens.fr/lannuaire#annuaire_chercher?identite=Bernard+Lortholary.
  2. Patrimoine littéraire européen 2000
  3. « Prix Laure-Bataillon. Les lauréats », sur aison des Écrivains Étrangers et des Traducteurs (consulté le 5 février 2017)
  4. [1]
  5. Jacques François, « Traduire Kafka : la fidélité sans la syntaxe ? », dans Catégories et connexions, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, (ISBN 2-85939-590-3, lire en ligne), p. 57-68
  6. Claude Le Manchec, Kafka, contre l'oubli, le récit : De l'interprétation à l'analyse littéraire, Fernelmont, EME, coll. « Proximités littératures », , 289 p. (ISBN 978-2-8066-0215-2, lire en ligne)
  7. « Le prix Nerval », sur SGDL (consulté le 6 février 2017)
  8. « Le prix de l’Académie de Berlin 2012 décerné aux traducteurs Bernard Lortholary et Eva Moldenhauer », sur Ambassade de France en Allemagne

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • H. van Hoof, « Bernard Lortholary », dans Dictionnaire universel des traducteurs, .
  • « Un germaniste au parfum », L'Express,‎ (lire en ligne).
  • « De l'art et de la manière de traduire Kafka dans le monde d'aujourd'hui », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  • « "Peur" ou "angoisse" ? Trois traducteurs s'expliquent », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • « Bernard Lortholary », dans Patrimoine littéraire européen, DE Boeck Université, (lire en ligne), p. 466.
  • « Traducteurs au travail. Entretien avec Bernard Lortholary », Translittérature, no 22,‎ (ISSN 1148-1048, lire en ligne).

Lien Externe[modifier | modifier le code]

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]