Bernard Kalaora

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bernard Kalaora
Bernard Kalaora.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (75 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Société d'économie et de science sociales (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Bernard Kalaora est un socio-anthropologue français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bernard Kalaora est né en 1945 à Paris. Après avoir soutenu sa thèse sous la direction de Henri Mendras et approfondit sa formation à l'ADSSA[1],[2], il a été chercheur à l’INRA puis il a rejoint le service de recherche du Ministère de l’Environnement [3] après quoi il a été Conseiller scientifique au Conservatoire du Littoral. Il a dernièrement été professeur de sociologie de l’environnement à l’UPJV d’Amiens[4] et chercheur associé au laboratoire d’anthropologie des institutions et organisations sociales (EHESS/LAIOS), il a été décoré Chevalier de l’Ordre du Mérite sous le ministère de Brice Lalonde. Il est par ailleurs consultant auprès d’organisations nationales et internationales dédiées à la gouvernance de la mer et du littoral. Il est président de l’association LITTOCEAN[5], un laboratoire d’idées visant à développer la dimension maritime de l’action publique.

Champ de recherche[modifier | modifier le code]

Bernard Kalaora est un auteur de référence[6] dans le champ de l’Environnement. Depuis sa soutenance de thèse en 1978 sur la "fréquentation de la forêt de Fontainebleau”[7],[8] qui a donné lieu à un ouvrage de référence le Musée Vert: radiographie du loisir en forêt[9], il a largement contribué tant par ses recherches que par son implication dans les services de l’État ( Ministère de l’Environnement et Conservatoire du Littoral) à la prise en compte des questions de nature et de l’environnement dans les sciences sociales et dans le champ des politiques publiques[10].

Si dans son premier ouvrage[11], il a mis l’accent sur les facteurs culturels dans la fréquentation des forêts et des hauts lieux de nature, il a par la suite élargi son champ d’action en revisitant la sociologie du point de vue de ses relations à la nature[12] et plus largement au milieu[13]. Ses travaux l’ont conduit à découvrir avec Antoine Savoye[14],[15] une école de pensée [16],[17] et d’action occultée[18], Le Play et son Ecole[19], pour qui le milieu au sens d’accessibilité et de disponibilité des ressources naturelles[20] joue un rôle notable dans l’organisation des sociétés. Le cadre géographique et le type d’environnement apparaissent pour Le Play et ses continuateurs inséparables de l’organisation sociale.

L’émergence de la question environnementale dans l’agenda politique, conjuguée à la montée des menaces [21], a amené B.Kalaora à s’intéresser aux transformations des représentations et des pratiques de nature notamment concernant le désert[22] et le littoral[23],[24]. Dans Rivages en devenir : des horizons pour le Conservatoire du Littoral[25] (Documentation Française, 2010), il explore les mutations des cadres cognitifs permettant de penser et d’agir sur le littoral et leurs conséquences du point de vue de l’action publique et de la gouvernance[26] dans notre contemporanéité de plus en plus incertaine[27].

Il a apporté une contribution théorique majeure dans un ouvrage Pour une sociologie de l’environnement: environnement, société et politique[28],[29],[30],[31]. Les auteurs y montrent la place que devrait occuper la sociologie française dans le débat environnemental à la condition qu’elle se réforme et qu’elle accepte l’idée d’une société ouverte où humains et non humains puissent coexister et interagir ensemble[32]. Cette ouverture implique l’abandon de la posture sociologisante, de l’impérialisme disciplinaire vers une attitude de modestie, d’empirisme et de pragmatisme ainsi qu’une véritable prise en compte des sciences de l’environnement dans l’analyse sociale[33],[34]. Dans "La forêt salvatrice reboisement, société et catastrophe au prisme de l'histoire"[35],[36] ( Champ-Vallon, 2016):, avec Guillaume Decocq ( Professeur d'Ecologie) et Chloé Vlassopoulos, il s'est aussi intéressé à une controverse environnementale au XIXe siècle sur le rôle bénéfique des forêts sur le climat et la société. La relecture de cette controverse est une invite à débusquer, derrière les apparences, les intérêts en jeu derrière tout discours catastrophiste environnemental, les liens entre savoir, pouvoir et transformation du territoire.

Bernard Kalaora a joué un rôle de passeur entre les disciplines mais aussi entre les sciences sociales et les politiques chargées de l’environnement [37], insistant sur l’importance de la contribution des sociologues afin que s’amorce un véritable échange entre les décideurs publics, les experts[38],[39], la sociologie, et les sciences de l'Environnement. Ces articles et ouvrages ont été largement commentés autant dans le cercle des chercheurs que celui des décideurs et gestionnaires.

Publications[modifier | modifier le code]

avec Antoine Savoye
avec Chloé Vlassopoulos
  • Pour une sociologie de l’environnement, société et politique, 2013, Champ-Vallon
avec Guillaume Decocq et Chloé Vlassopoulos

Ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • Avec L.Charles, H.Lange, F.Rudolf (dir), Environnement et sciences sociales en France et en Allemagne, L’Harmattan, 2014
  • Avec A.Moro, Le désert. De l’écologie du divin au développement durable, L’harmattan, 2005
  • Avec M. Abélès, L.Charles, H.P Jeudy, L’environnement en perspective, contextes et représentations de l’environnement, L’Harmattan, 2000
  • Avec B.Barraqué, Le risque environnemental et son vécu, Espaces et sociétés, N°77, 1995
  • Avec J.Cloarec, Littoraux en perspectives, Etudes Rurales, N°133-134, 1994
  • Avec M.Berlan, La Méditerranée assassinée, Peuples Méditerranéens, 1993
  • Avec J.Theys, La terre outragée; les experts sont formels!, Autrement, 1992
  • Avec J.Cloarec et G.Collomb, La crise du paysage, Ethnologie Française, XIX-3, 1989.

Articles récents[modifier | modifier le code]

  • L.Charles, B.Kalaora: Unbounded Environment, Risk Society, and Potenzialisation of Threats: A Challenge for Social Science in Societies Under Threat, A Pluri-Disciplinary Approach(dir.D.Jodelet, Jorge Vala, Ewa Drozda-Senkowska), Ed.Springer, 2020.
  • Entretien avec H.P.Jeudy: Territoires: entre humains et non-humains. Amplitudes. La conjuration des territoires,éditions Châtelet-Voltaire, N°1,
  • Du rivage à la planète océan: regards en mutation in Mers et Océans: Sauver notre devenir édition Autonomia, Libre et solidaire, .
  • Avec L.Charles: Société du risque, environnement et potentialisation des menaces: un défi pour les sciences sociales in Développement durable et territoire. Revue en ligne Vol.10, n°3,
  • Les gilets jaunes ou la quête de résonance, Dossier:Regards sur les gilets jaunes, l'ENA hors les murs, N°494,
  • la forêt est en nous in La forêt retrouvée, La grande Oreille,
  • "Le conservatoire du littoral, une institution sensible: le paysagiste et l'escargot corse" in  Paysages d'énigmes: les paysagistes entre actions,, représentations et institutions sous la direction d'I. Babou et de J. Le Marec, éditions des archives contemporaines, 2017
  • avec L.Charles et C. Vlassopoulos : "Environnement sans frontières et sociétés : l'incomplétude sociologique" in Humanités environnementales sous la direction de G. Blanc, d E. Demeulenaere et W . Feuerhanh, Les Presses de La Sorbonne, 2017.
  • "Le sociologue et l'homme des haies" in L'intelligence de la pauvreté, Les Etudes Sociales, N°164, 2016.
  • Sociétés globales et environnement; normes et valeurs en devenir. Contribution à une socio-anthropologie de la complexité in Natures buissonnières, N°2 Natures et récréation, www.nature-et-recreation.com,
  • avec Y. Henocque: Gestion intégrée des mers et des littoraux dans l'ère de la mondialisation in Gouvernance des mers et des océans, collection Mer et Océan, éditions ISTE, 2015
  • avec Yves Henocque: De la gestion partagée à la gestion intégrée, Le dictionnaire critique interdisciplinaire des mots de la participation de Dictionnaire ( 2013).
  • avec G.Decocq Les cadres cognitifs et pratiques pour agir sur un univers incertain in Changement Climatique et Modification Forestière, Cahier d’études N° 22, CNRS, Institut d’Histoire Contemporaine, 2012
  • Variations littorales, Revue de l’administration territoriale de l’Etat, N°220, 2011
  • avec A.Javelle et G.Decocq, De la validité d’une invasion biologique. Prunus Serotina en forêt de Compiègne Etudes Rurales, 185, 2010
  • Les zones humides et le Conservatoire du Littoral : perceptions et cadre d’expérience, L’espace Géographique, 2010.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://basepub.dauphine.fr/handle/123456789/11922
  2. http://www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=RFSP_633_0545
  3. « CHABASON Lucien », sur Histoire de la protection de la nature et de l’environnement (consulté le 23 août 2020).
  4. http://www.iiac.cnrs.fr/laios/spip.php?article90
  5. « LITTOCEAN - Mer et littoral - Accueil », sur littocean.fr (consulté le 23 août 2020).
  6. La "concertation dans l'environnement" ou le besoin de recourir à la recherche en sciences sociales, Page 8
  7. Catalogue d'exposition Musée d'Orsay, La Forêt de Fontainebleau - Un atelier grandeur nature - page 168.
  8. Le génie d'un lieu. Etude de deux cas : la forêt d'Orléans et la forêt de Fontainebleau.
  9. École de Barbizon.
  10. Concertation dans l'environnement.
  11. Encyclopaedia Universalis, 1985, Chap Environnement, page 231
  12. Cairn.
  13. La nature comme menace.
  14. Antoine Savoye.
  15. Les Études Sociales.
  16. Georges Hottenger ou les débuts de la sociologie urbaine (1868-1934).
  17. lasciencesociale.org
  18. Jean-René Tréaton, Faut-il exhumer Le Play?.
  19. Les monographies de famille de l’École de Le Play.
  20. Denis Woronoff dans la revue Persée, Bernard Kalaora, Antoine Savoye, La forêt pacifiée. Les forestiers de l'École de Le Play, experts des sociétés pastorales.
  21. Retour sur l’an 2000 : quand la France flirte avec le chaos.
  22. Émission France Culture.
  23. « Débat » : L’homme face à la mer.
  24. l'Homme face à la mer, entretien B. Kalaora-C. Morhange, Archéopages, by C. Chauveau.
  25. Site du Développement durable et de l’Énergie.
  26. Vincent Defait, dans l'Humanité, Le littoral se gère aussi loin des côtes.
  27. Rivages en devenir. Des horizons pour le Conservatoire du littoral.
  28. Pour une sociologie de l’environnement.
  29. Rubrique Essais du Monde, Rentrée des idées : une vue d'ensemble.
  30. http://www.cairn.info/revue-anthropologie-des-connaissances-2014-2-page-483.html.
  31. Recensions d'ouvrages
  32. France culture, l'Essai et la revue du jour.
  33. Diffusion ENS, Journée Conservation, restauration, évaluation écologique.
  34. Diffusion ENS, Autour du livre "Zones humides du littoral français".
  35. La forêt salvatrice, Guillaume Decocq, Bernard Kalaora, Chloé Vlassopoulos.
  36. http://www.cairn.info/revue-natures-sciences-societes-2017-1-page-80.htm Ouvrages en débat/ Cairn.info, Paul Arnould, ENS, 2017
  37. Hélène CRIE-WIESNER, dans la Rubrique Sciences de Libération.
  38. Article de L.Charles et B. Kalaora dans Libération..
  39. http://www.geogr-helv.net/54/97/1999/gh-54-97-1999.pdf Global Expert: the Religion of Words

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]