Bernard Jouanneau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jouanneau.
Bernard Jouanneau
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Site web

Bernard Jouanneau est un avocat français, né le 28 mai 1941 à Tours et mort à Paris le 6 juin 2017[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Avocat au barreau de Paris, Bernard Jouanneau est le collaborateur puis l'ami et enfin l'avocat de Robert Badinter, grâce à qui il fut nommé au conseil juridique de la LICRA en 1970. Il s'éloignera de la celle-ci lors de la première « affaire Siné », en 1983, et démissionne dix ans plus tard de ses responsabilités à la LICRA lors de « l'affaire L'Oréal ».

Il est le président de l'association Mémoire 2000, qui « s'adresse aux jeunes scolaires pour les informer et les sensibiliser à toutes les formes d'atteintes aux droits de l'homme », et se dit favorable à la rédaction des lois mémorielles, notamment la Loi Gayssot ou la proposition de loi Boyer qui prévoyait d'interdire la contestation des génocides reconnus par la loi[2], mais qui fut, elle, censurée par le Conseil constitutionnel[3]. Il s'est d'ailleurs beaucoup investi dans la défense de la cause arménienne en menant divers procès. L'un contre l'encyclopédie le Quid (gagné en première instance[4] mais perdu en appel[5]) et l'autre contre le Consul général de Turquie à Paris (perdu en première instance[6] et en appel, la partie civile étant condamnée aux dépens[7]). Plus récemment, il a aidé Valérie Boyer à rédiger une proposition de loi[8] qui a échoué devant l'Assemblée nationale[9].

Il a également été l'avocat de Thierry Meyssan dans le procès en diffamation que celui-ci a engagé contre Le Monde, après que le quotidien eut publié une recension très critique du livre L'Effroyable imposture. Thierry Meyssan a été débouté[10].

En 2004, Bernard Jouanneau a participé à la Commission d'enquête citoyenne, créée à l'initiative d'ONG, cherchant à établir la responsabilité présumée de la France dans le génocide des Tutsi du Rwanda en 1994.

Affaires médiatisées[modifier | modifier le code]

Ouvrage[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Spidermian, « Nouvelles d'Arménie en Ligne on the air », sur armenews.com (consulté le 9 juin 2017)
  2. Bernard Jouanneau, « Poursuivre les négationnistes », La Croix, 27 février 2012.
  3. Décision n° 2012-647 DC du 28 février 2012, Recueil des décisions du Conseil constitutionnel 2012, Paris, Dalloz/Conseil constitutionnel, 2013, p. 139.
  4. Le Quid condamné pour présentation contestable, nouvelobs.com, 8 juillet 2005
  5. « Le Quid relaxé de l'accusation de négationnisme », Les Échos, 8 mars 2007.
  6. Jugement du tribunal de grande instance de Paris, 17e chambre, 15 novembre 2004.
  7. Arrêt de la cour d'appel de Paris, 11e chambre, 8 novembre 2006.
  8. Valérie Boyer, « Valérie Boyer: Proposition de loi visant à réprimer la négation des génocides et des crimes contre l’humanité du XXème siècle », sur Valérie Boyer, (consulté le 9 juin 2017)
  9. « Assemblée nationale ~ Première séance du jeudi 03 décembre 2015 », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 9 juin 2017)
  10. « JUSTICE : Thierry Meyssan a été débouté de sa plainte en diffamation contre le journal “Le Monde” », Le Monde, 8 février 2004.

Liens externes[modifier | modifier le code]