Bernard Gast

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bernard Gast
Image dans Infobox.
Bernard Gast en 2014.
Biographie
Nationalité
Activité
Autres informations
Genre artistique
Peinture-avec-le-Cinéma
Site web

Bernard Gast est un artiste contemporain français. Il est aussi philosophe et psychanalyste[1],[2].

Biographie[2],[3],[4][modifier | modifier le code]

Il passe une partie de son enfance à La Rochelle (Charente-Maritime - France)[5].

Après des études de droit à l'Université de Poitiers (de 1974 à 1977), il étudie l'Histoire de l'art à l'Université de Bordeaux III de 1977 à 1979 et les Arts plastiques à l'Université de Paris VIII de 1987 à 1990. A ces diplômes, Bernard Gast ajoute un DEA en Philosophie (Psychanalyse et Esthétique).

Il travaille essentiellement avec trois médias : le dessin (avec le pseudonyme de KOLéOM[6],[7]), la photographie et la vidéo (vidéos qu'il nomme « Chambres Sensibles »)[8]. Son langage artistique, tout particulièrement, ses œuvres réalisées avec le médium [film 35 mm], exprime ce que l'artiste nomme lui-même une « Peinture-avec-le-Cinéma » puisque tout en s'affranchissant de sa matière, son œuvre renvoie pourtant, sans cesse, à la peinture : « Je peins avec les films 35 mm du cinéma »[9],[10].

Les premières Peinture-avec-le-Cinéma de Bernard Gast datent des années 1995-1996. Toutefois, sa réelle naissance artistique correspond à la naissance du XXIe siècle. À partir des années 2000, Il crée ses trois concepts de : Galerie Intime, Tout ça, c'est du cinéma ! et de Peindre-avec-le-Cinéma.

Œuvres[2],[11][modifier | modifier le code]

Constatant que l'arrivée de la photo et du cinéma a occulté la peinture comme appréhension du monde, Bernard Gast entame dans les années 1990 une réflexion sur la place de cette dernière dans notre société du XXIe siècle. Plutôt que d'opposer les deux formes artistiques, il tente, dans son œuvre, une symbiose où la mère (la peinture) se réapproprie et revisite la réalité induite par ses enfants (photo-cinéma). Partant d’image(s) des pellicules 35 mm issues du cinéma qu'il repense picturalement, il cherche à replacer l'esprit de la peinture au cœur du processus artistique[2].

Tout ça, c'est du cinéma

De cette image de cinéma (fragment de bobine 35 mm), de ce morceau de notre imaginaire collectif qu'il qualifie de « Pellicule-peau sensible du cinéma du monde », l'artiste recompose une œuvre, comme Cézanne recomposait les paysages de Provence. Dans son approche, « la peau sert à percevoir l'extérieur, comme les bouts de pellicule-peau 35 mm aident à voir en image une société ».

Peindre avec-le Cinéma pour figurer l'esprit de la Peinture[12],[13]

Son œuvre montre une grande diversité d'un point de vue formel : ses "visuels" représentent en effet, toutes les idées et formes historiques de la peinture, voire de l'art (Abstrait, Cinétisme, Nouvelle Figuration, Pop Art, Surréalisme, Photo-journalisme, Réalisme Poétique, cinéma Nouvelle Vague, etc). Faisant appel à toutes les techniques picturales, l’œuvre de Bernard Gast évoque une peinture protéiforme. Il refuse de choisir entre abstraction et figuration, entre peinture et photographie, entre image et écrit, entre peinture et installation. De la gravure à la projection, il se libère des divers courants de la peinture en s'autorisant à les représenter tous.

D'une part, à l'ère de la mondialisation, le cinéma permet de créer un imaginaire collectif de dimension planétaire. L'artiste se place, de ce fait au cœur de cet imaginaire pour le transfigurer : il redessine ce “réel” du cinéma d'ordre collectif en image intimes, tellement intimes qu'elles deviennent dès lors universelles.

D'autre part, son approche clairement picturale répond singulièrement à la question cruciale de l'art au XXe siècle : que représenter en peinture ? En tous cas, plutôt sa variété que son degré zéro… En faisant d'une pellicule 35 mm issue du cinéma sa toile “vierge”, cet artiste restitue dans la modernité la mère-Peinture grâce à ses enfants-Photo-cinéma[12].

Récompenses [2][modifier | modifier le code]

Médias : télévisions, radios, presse[16][modifier | modifier le code]

  • France 2 (Clip de l'Association Aides)
  • TF1 (Emission : Les restos du coeur) aux côtés de Jean-Jacques Goldman
  • France 3 (Emission : 40° à l'ombre) avec Amanda Lear & Ben[17]
  • Radio 100.7 (Emission : La parole est à l'artiste)[16]

Principales expositions[2][modifier | modifier le code]

Collections publiques et privées[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Bernard Gast, sophrologue – psychoanalyste, Paris, France », Viadeo
  2. a b c d e et f « Radio », sur youtube.com,
  3. Julie Grossetête, « Portrait de Bernard Gast », sur youtube.com
  4. Labomatique, « Portrait »
  5. Peindre avec les films du Cinéma Picturing life with movie stills, Editions Galerie Intime, 2012_2013
  6. KOLéOM, « Foolish drawings from Koléom », sur Foolish drawings from KOLéOM, (consulté le )
  7. « PUZZLES (2021) © Adagp & KOLéOM », sur youtube.com (consulté le )
  8. « Bernard Gast »
  9. Bernard GAST, Manifeste de Galerie Intime, France, Editions Galerie Intime,
  10. « Bernard Gast », sur bernardgast.com
  11. « Bernard GAST : Painting with Cinema... The Spirit of Painting** ! », sur youtube.com (consulté le )
  12. a et b « The Paintless Painting », sur youtube.com (consulté le )
  13. « Bernard Gast : Painting with 35 mm film frames of Cinema... The Spirit of Painting** ! », sur youtube.com (consulté le )
  14. Concours national organisé par la Revue Artpress et le CCSTI région Centre : Convergences Arts & Sciences
  15. http://www.nathalieleleu.info/ressources/fichiers/Covalences%20Olga.pdf
  16. a et b « Bernard GAST : Painting with Cinema... The Spirit of Painting** ! », sur youtube.com (consulté le )
  17. « ben-vautier.com », sur www.ben-vautier.com (consulté le )
  18. FOURNIER Jacques, « DE MA NUIT NAÎT TON JOUR », sur www.editionsroselin.com (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]