Bernard Garo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bernard Garo
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (54 ans)
GenèveVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Site web

Bernard Garo, né à Genève le 11 mai 1964, est un artiste peintre, plasticien et photographe suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu son diplôme et le prix de peinture à l'école cantonale d'art de Lausanne (ECAL) en 1989[1], il travaille entre Nyon et Paris[2] avant de partir pour Barcelone puis, en 2000, pour Berlin avant de passer par Bâle ; il réunit en 2004 ces trois lieux dans un projet artistique relaté dans un ouvrage intitulé « Barcelona, Basel, Berlin »[3]. Entre 2004 et 2014, il reconduit l'expérience avec un projet intitulé « ARIL » (Alexandrie, Reykjavik, Lisbonne, Istanbul) qui raconte, par la peinture, l'histoire de ces quatre villes ravagées par des séismes ; selon l'historienne de l'art Florence Darbre, ce projet « aboutira sur un nouveau livre pluridisciplinaire [qui] sera la pièce maîtresse d’une pensée actuelle, qui sera révélée en synergie au travers d’un film documentaire, produit par PS productions et développé par une exposition muséale, qui voyagera ensuite dans les villes et pays concernés. »[4] ; il donne lieu, en particulier, aux expositions « Caledria » (centré sur l'Islande) et « Au-delà du Sud » (sur l'Égypte)[5].

Bernard Garo est l'un des membres fondateurs du collectif « Dernière Tangente » (avec le musicien Éric Fischer, le réalisateur Marc Decosterd et la danseuse Élise Ladoué) qui présente différents spectacles [6] et dont le spectacle « Pangea Ultima I: La chute d’Icare », présenté le 16 janvier 2014 à l'Usine à gaz de Nyon, marquait le 15e anniversaire[7] ; l'année précédente, l'ordinateur contenant les données de ce spectacle avait été dérobé lors d'un cambriolage dans l'atelier de Bernard Garo[8].

Après avoir remporté le grand prix d'art contemporain Gemlucart Monaco 2013 avec son œuvre « Vendredi 13 (après l’averse) »[9], Bernard Garo se voit offrir une exposition personnelle dans la galerie d'Adriano Ribolzi à Monaco[10], dont l'invitée d'honneur pour le vernissage fut la princesse Caroline de Monaco, présidente d'honneur de l'association organisatrice[11].

Expositions[modifier | modifier le code]

Entre 2006 et 2014, Bernard Garo a tenu les expositions personnelles suivantes[1],[12] :

  • 2006 :
  • 2007 : Lausanne , Galerie Synopsism, « États de la matière », peintures récentes et photographies en synergie avec l’inauguration de l’œuvre du M2 par la ville de Lausanne
  • 2008 :
    • Nyon, galerie d’Art Junod, « Aqua et Ignis », peintures récentes
    • Lancy, centre d’expositions, de la Ferme de la Chapelle, « Au-delà du Sud », peinture
    • Genève, galerie Calart Actual, « Caldeira », peintures récentes
    • Bruxelles, Bozar, rencontre photographique internationale de l’Eté de la Photographie de Bruxelles « Topographie du passage et de l’oubli », photographies 2001-2008
    • Le Zoute, galerie associée à la galerie Faider de Bruxelles, présentation de photographies
  • 2009
    • Martigny, galerie Le 7, de J.-M. Gard, « Event du Trémor », peintures récentes et photos
    • Pampigny, galerie Agnès Martel, « Topographie du passage et de l’oubli », photographies
    • Nyon, galerie d’Art Junod, « Expériences, dessins à 4 mains », en collaboration avec Bertola
  • 2010
    • Lancy, centre d’expositions de la Ferme de la Chapelle, « Fusions ardentes », peintures
    • Lausanne, galerie Synopsism, « 20 ans de peinture, parcours sur une œuvre, les Inédits »
    • Nyon, galerie d’Art Junod, « Lisboa l’intranquille », peintures récentes
  • 2011
    • Vevey, Ferrari Art Gallery, « Vertiges et vibrations », peintures récentes
    • Rue, galerie de Rue, peintures récentes
    • Paris, cloître des Billettes, dans le cadre de la manifestation d’art contemporain Nuit Blanche, présentation de la sculpture L1014 réalisée en collaboration avec Etienne Krähenbühl.
  • 2012
    • Nyon, espace Murandaz, peintures récentes
    • Lancy, centre d’expositions, ferme de la Chapelle, « La voix d’un espace vide »
  • 2013
    • Lausanne, galerie Synopsism, peintures et photos récentes
    • Renens, galerie du château, « Chrysalide », photographies
    • Pampigny, galerie de photographie Agnès Martel, commande « Hiver comme été »
  • 2014
    • Monaco, galerie Adriano Ribolzi, « le visible de l’invisible »
    • Lancy, centre d’expositions, ferme de la Chapelle, « Oxymores », peintures
    • Nyon, espace Murandaz, 25 ans de peinture
    • Atelier ICI Nomade, Nyon, fête des sens - 25 ans de peinture

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

En 1994, il remporte le prix artistique de la ville de Nyon ainsi que le « Prix coup de cœur » de la Migros-Vaud puis, en 1999 et 2011, est à deux reprises finaliste de la Bourse Sandoz[13]. Il remporte également plusieurs concours, parmi lesquels la réalisation d'un giratoire à Wiedlisbach en 2004, une œuvre d'art dans le collège des Tuillières à Gland en 2005 ou encore l'animation artistique de la station Bessières du M2 de Lausanne[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Martine Arnaud Tran [et al.], Barcelona, Basel, Berlin : La matière et le virtuel, Éditions Benteli, (ISBN 3-7165-1294-X)
  • John Lippens [et al.], Garo, Au-delà du Sud, Antipodes, (ISBN 2-940146-64-0)
    Traduit en allemand et anglais.
  • Garo Art unlimited : peintures, photographies, installations et performances avec le Collectif de la dernière tangente, Éditions Ferrari, (ISBN 978-2-8399-0514-5)
  • Bruno Angiolini, « Garo : peinture, art intégré dans l'architecture, photographie, une vision du monde sans limite », Architectes.ch : revue d'architecture suisse, vol. 1, no 68,‎

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Fred Graber, Garo pense juste... mais pas comme nous : aspects de son œuvre en 2001, 2001
  • Christophe Michaud, work in progress, film présenté en public lors de l’exposition Oxymores, juin 2014

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Bernard Garo », sur artnet.ch (consulté le 21 juin 2016)
  2. Garo Art unlimited, p. 1
  3. Pierre Hugli, « Barcelona Basel Berlin : énergie du passage », ph+arts,‎
  4. « Une peinture au cœur de l'Europe », sur bernardgaro.ch (consulté le 21 juin 2016)
  5. Pascale Zimmermann, « Garo peint les forces telluriques », Tribune de Genève,‎ (lire en ligne)
  6. « Spectacles », sur derniere-tangente.ch (consulté le 21 juin 2016)
  7. Natacha Rossel, « Bernard Garo incarne l’offre variée de l’Usine », La Côte,‎ (lire en ligne)
  8. Yves Merz, « Un artiste nyonnais victime d’un cambriolage », 24 Heures,‎ (lire en ligne)
  9. « 5e édition du GemlucArt Monaco - Palmarès des lauréats », sur podcastjournal.net (consulté le 21 juin 2016)
  10. « Bernard Garo », sur artcotedazur.fr (consulté le 21 juin 2016)
  11. « Lumière sur les œuvres de Bernard Garo », sur blog.restaurantcrissier.com (consulté le 21 juin 2016)
  12. (de) « Bernard Garo », sur kunstbulletin.ch (consulté le 21 juin 2016)
  13. « Références et prix de l’artiste », sur bernardgaro.ch (consulté le 21 juin 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]