Bernard Fournier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fournier.
image illustrant un homme politique image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un homme politique français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Bernard Fournier
Bernard Fournier en 2005.
Bernard Fournier en 2005.
Fonctions
Sénateur de la Loire
En fonction depuis le
(19 ans 5 mois et 4 jours)
Élection 23 septembre 2001
Réélection 25 septembre 2011
Groupe politique RPR (1997-2002)
UMP (2002-2015)
Les Républicains (depuis 2015)
Maire de Saint-Nizier-de-Fornas

(12 ans)
Successeur Louis Perrin
Conseiller général de la Loire
Élu dans le canton de Saint-Bonnet-le-Château

(26 ans)
Prédécesseur M. Fouilloux
Successeur Iwan Mayet
Biographie
Nom de naissance Bernard Marie Louis Fournier
Date de naissance (70 ans)
Lieu de naissance Saint-Étienne (Loire)
Nationalité Française
Parti politique RPR
UMP
Les Républicains
Profession Conseil en entreprise

Bernard Fournier (de son vrai nom Bernard Marie Louis Fournier), né le à Saint-Étienne (Loire), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bernard Fournier est issu d'une famille de la vieille bourgeoisie ligérienne originaire de Saint-Nizier-de-Fornas dans l'ancienne province du Forez. Il naît et effectue sa scolarité à Saint-Étienne où ses parents se sont fixés.

Il milite très tôt dans les mouvements gaullistes et adhère à l'Union des jeunes pour le progrès (UJP). Il préside en 1978 ce mouvement gaulliste qui a donné de multiples personnalités politiques, comme Gérard Larcher, Michel Barnier et François Fillon, notamment. Il emporte les élections cantonales de mars 1985 dans le canton de Saint-Bonnet-le-Château. Il démissionne de la présidence de l'UJP pour se consacrer à son mandat de conseiller général. Georges Tron lui succède à la tête du mouvement.

En mars 1989, il devient maire de Saint-Nizier-de-Fornas, réélu en juin 1995, il y restera jusqu'en 2001. Le 28 novembre 1996, il créé la communauté de communes du Pays de Saint-Bonnet-le-Château.

Le 19 novembre 1997, il est élu au Sénat à la suite d'une élection sénatoriale partielle qui fait suite au décès du sénateur François Mathieu, dont il était proche. Il est réélu le 23 septembre 2001 et le 25 septembre 2011. Il siège également à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe depuis novembre 2008, d'abord en qualité de membre suppléant et depuis 2013 en qualité de membre titulaire.

Il a annoncé en 2010 ne pas vouloir représenter sa candidature aux élections cantonales de mars 2011 et met un terme à sa carrière de conseiller général.

Il est le seul sénateur UMP à s'abstenir sur le Pacte budgétaire européen en octobre 2012.

Il soutient François Fillon pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016.

Il est membre de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées.

Mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Mandats parlementaires[modifier | modifier le code]

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Mandats actuels[modifier | modifier le code]

Anciens mandats[modifier | modifier le code]

Autre mandat[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]