Bernard Font

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est une version archivée de cette page, en date du 9 novembre 2019 à 23:42 et modifiée en dernier par Bot de pluie (discuter | contributions). Elle peut contenir des erreurs, des inexactitudes ou des contenus vandalisés non présents dans la version actuelle.

Bernard Font
Biographie
Naissance
Acqs
Décès
Foix
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Évêque constitutionnel de l'Ariège
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Bernard Font (né à Ax (Comté de Foix) le et mort à Foix le ) est un ecclésiastique qui fut évêque constitutionnel de l'Ariège de 1791 à 1800 et député.

Biographie

Joseph-Mathieu d’Agoult, l'évêque de Pamiers autoritaire et cassant, s'oppose avec force à son clergé lors de la rédaction des cahiers de doléance. L'un des membres de son chapitre de chanoines Jean Bernard Font, présente alors pour ce faire le , la candidature de son frère Bernard, curé de Serres-sur-Arget, puis de Bénac, qui est préféré à l'évêque. En juillet suivant, il est élu contre l'évêque lors de la désignation de la nouvelle administration départementale.

Bernard Font prête le serment et il est élu le évêque constitutionnel du diocèse de l'Ariège et sacré à Toulouse le . L'évêque Joseph-Mathieu d’Agoult retiré en Suisse publie dès le mois de mai une ordonnance contre l'intrus. Bernard Font s'adjoint alors comme vicaire épiscopal François-Louis Lemercier à qui il confie la direction du séminaire. Dans le courant de 1793, il intervient en faveur des prêtres réfractaires et doit faire face avec son vicaire aux persécutions. Il est arrêté fin 1793 et détenu jusqu'en février 1795 sans accepter de se démettre. Il ne peut reprendre possession de son siège qu'en 1796 en s'établissant à Foix le 5 février. Il participe au Concile de 1797 et il meurt à Foix le après avoir refusé le secours d'un prêtre insermenté[1].

Notes et références

  1. Paul Pisani, Répertoire biographique de l'épiscopat constitutionnel (1791-1802), A. Picard & Fils, Paris, 1907 p. 368-370.

Bibliographie