Bernard Dessein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dessein.
Bernard Dessein
Image illustrative de l'article Bernard Dessein

Naissance 19 mars 1762
Orthez (Basses-Pyrénées)
Décès 30 septembre 1823 (à 61 ans)
Orthez (Basses-Pyrénées)
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Général de division
Années de service 17771815
Distinctions Chevalier de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis

Bernard Dessein, naquit le 19 mars 1762 à Orthez (Basses-Pyrénées), militaire français.

États de service[modifier | modifier le code]

Le 14 juin 1777, il entra comme soldat dans le régiment d'infanterie de Brie (24e), et servit sur les côtes de Bretagne de 1780 à 1783. Caporal le 8 juillet 1780, sergent le 10 juin 1781, fourrier et sergent-major les 16 mars et 29 août 1783, il passa, le 20 novembre 1788, en qualité de quartier-maître-trésorier dans le régiment d'Angoumois-infanterie (80e), devint lieutenant et capitaine les 12 janvier et 19 juin 1792, et fit les campagnes des Pyrénées-Occidentales de 1792 à l'an III.

À l'affaire de Sare, le 1er mai 1793, faisant partie d'un détachement de 150 hommes, commandé par La Tour d'Auvergne, qui arrêta l'armée espagnole, culbuta sa cavalerie et soutint pendant une heure et demie les efforts de la colonne d'attaque, il fut blessé de deux coups de feu au commencement de l'action. Le 22 juin suivant, il contribua, à la tête de 100 hommes, à la prise des retranchements de la Croix-des-Bouquets, et obtint le grade de chef de bataillon le 27 nivôse an II.

Il se fit remarquer, le 17 pluviôse suivant, devant Saint-Jean-de-Luz, où il remplissait les fonctions d'officier supérieur de jour. Appelé à l'état-major du général Muller le 4 floréal même année, il reçut le 21 prairial (9 juin 1794) le grade de général de brigade, et fut placé, en cette qualité, à la tête de l'avant-garde de l'armée.

Chargé le 7 thermidor du commandement de la colonne d'attaque dans la vallée de Bastan, il franchit les retranchements ennemis et contribua au gain de cette journée. Le 14 du même mois, il eut une part brillante au combat de Fontarabie et à la prise de cette place ; le 16, il assista à la reddition de Saint-Sébastien, dont il prit le commandement le lendemain. Il se distingua aux affaires de Burguet les 23 et 27 vendémiaire an III, et participa à la défaite du duc d'Ossuna.

Le 8 frimaire suivant, il se fit remarquer au combat de Bergara, où le général Moncey battit complètement l'armée du général espagnol Ruby. Chef de l'état-major général de l'armée le 19 ventôse, il devint général de division le 25 prairial même année (13 juin 1795).

Quand le général Moncey eut conçu le projet d'envahir le Guipuscoa et la province de Biscaye, il confia le commandement de la 1e division au général Dessein. Cette division, qui formait l'avant-garde, se mit en marche dans la nuit du 23 au 24 messidor, débusqua l'ennemi des fortes positions qu'il occupait, et lui prit treize pièces de canon et ses magasins. Poursuivis jusqu'à Durango, les Espagnols laissèrent encore en avant de cette ville douze bouches à feu, deux cent quatre-vingt caissons de cartouches d'infanterie, cinquante barils de poudre, six mille gargousses à mitraille et deux mille fusils.

Le 1er thermidor, les Espagnols, poursuivis jusqu'à Bilbao et Portugalette, abandonnèrent soixante pièces de canon, un grand nombre de munitions de guerre et des magasins considérables. Après cette expédition, le général Dessein reprit ses fonctions de chef d'état-major général.

La paix ayant été conclue avec l'Espagne, l'armée évacua ce pays le 22 fructidor an III. Replacé à la tête de la Indivision, le général Dessein, dirigé sur la Vendée, où il arriva le 7 vendémiaire an IV, fut appelé, le 25 du même mois, au commandement de la 4e division de l'armée de l'Ouest. Le 19 ventôse suivant, le Directoire exécutif lui confia le commandement en chef de l'armée des côtes de l'Océan, que l'état de sa santé ne lui permit pas de conserver. Il quitta l'armée avec un congé de convalescence.

Le 8 nivôse an X, le premier Consul le nomma inspecteur aux revues, et membre de la Légion d'honneur le 4 germinal an XII. Passé dans la 9e division militaire (Montpellier) le 9 octobre 1811, il y resta jusqu'au 2 janvier 1815, date de son admission à la retraite.

Louis XVIII lui avait donné la croix de Saint-Louis le 1er novembre 1814.

Il est mort le 30 septembre 1823, à Orthez (Basses-Pyrénées).

Source[modifier | modifier le code]