Bernard Cerf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bernard Cerf est un réalisateur, producteur et acteur de cinéma français.

Activités cinématographiques[modifier | modifier le code]

Après des études de cinéma à la faculté d’Aix-Marseille où il rencontre la cinéaste Laurence Rebouillon, il réalise son premier film Pourvoir ça, voir ci avec Jean-Éric Desalme. En 1991, il intègre l'INSAS en section réalisation. En 1993, il réalise Troubles, film sur la prostitution, puis Les Crabes, long métrage inachevé avec Hervé Benhamou et David Sighicelli. Mais c'est à partir de 1998 qu'il commence à être remarqué[1] : avec un court métrage expérimental sur la violence, Les Nazis ont été vaincus par les armes, non par la raison (produit par Paraiso), avec la comédienne Claude Rambaut. Avec ce film, il rencontre Marcel Mazé et adhère au Collectif Jeune Cinéma. En 1999 avec Avril 99, il aborde la guerre en Yougoslavie et déjà un sentiment d'impuissance face aux événements politiques. En 2000, il commence Les résistants, long métrage avec Sonia Fleurance adaptation libre d'Albert des Capitales de Marguerite Duras qui interroge la problématique de la torture et des limites de l'engagement politique.

En 2000, il fonde avec Philippe Lebret et Laurence Rebouillon Les Productions Aléatoires pour produire leurs films et pour défendre un cinéma différent, expérimental et engagé politiquement, aider des films sans financement pour qui le scénario n'est pas le plus important.

En 2002 à cause de la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour de l’élection présidentielle, il demande à plusieurs cinéastes de réaliser à chaud, un film entre les deux tours de l'élection. Ce sera : Réactions du 21 Avril dans lequel Le Brame du cerf, pamphlet contre le Front national lui vaudra de nombreuses menaces.

Il devient organisateur de manifestations (directeur du Festival des cinémas différents et expérimentaux de Paris)[2] à partir de 2006[3],[4],[5] (Il est relayé en 2012 par Frédéric Tachou), tout en continuant avec les Productions Aléatoires à produire des films expérimentaux, tels que ceux de Pip Chodorov, Frédérique Devaux, Olivier Fouchard... Il réalise Solitudine avec Sonia Fleurance, puis Vers Oswieçim qui dénonce le tourisme de masse à Auschwitz.

En 2015, Ravachol[6],[7],premier film sur l'anarchiste adepte de la propagande par le fait, aborde une nouvelle fois la question de l'utilisation de la violence en politique en mélangeant fiction et documentaire avec Pierre Merejkowsky, Dominique Coquard et Ghislain de Fonclare et en recueillant les témoignages de Jean-Marc Rouillan, fondateur d'Action Directe, et d'Yves Peirat, membre des FTP Franc Tireur Partisan.

À côté des productions commerciales et du cinéma d'auteur classique, il produit et défend un cinéma « différent »[8], engagé, parfois radical et libéré des règles de l'écrit[9]. Il revendique une liberté totale du cinéaste au prix d'une absence de réussite économique et même de reconnaissance intellectuelle[10]. Il pointe aussi les difficultés qu'a la presse à propos du cinéma expérimental[11]. La Cinémathèque française consacre à son travail une séance dans le cycle Cinéma d'Avant Garde « La décision argentique, faste humaniste des années 2000 » en février 2013[12].

Biographie[modifier | modifier le code]

Bernard Cerf est le frère de Dominique Cerf, artiste marseillaise.

Prises de positions politiques[modifier | modifier le code]

Bernard Cerf se situe comme un opposant au Front National.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme réalisateur[modifier | modifier le code]

  • 1993 : Troubles
  • 1994 : Les Crabes
  • 1998 : Les Nazis ont été vaincus par les armes, non par la raison
  • 1999 : Avril 1999
  • 2000 : Le brâme du Cerf
  • 2002 : Solitudine
  • 2004 : Les Résistants
  • 2009 : Vers Oświęcim
  • 2010 : Les argonautes du temps présent[13]
  • 2010 : La chambre du Cerf
  • 2015 : Ravachol

Comme acteur[modifier | modifier le code]

  • 1998 : Les Nazis ont été vaincus par les armes, non par la raison
  • 2000 : Le sourire d'Alice de Laurence Rebouillon
  • 2001 : L'immature de Philippe Lebret
  • 2002 : Harmonie de Laurence Rebouillon
  • 2004 : Insurrection/Résurrection de Pierre Merejkowsky
  • 2007 : Filmer et punir de Pierre Merejkowsky
  • 2008 : West Point de Laurence Rebouillon
  • 2008 : Jouissons, jouissons ! de Lise Roure
  • 2013 : Scène de la vie romantique de Vincent Ostria

Comme producteur[modifier | modifier le code]

  • 2000 : Le sourire d'Alice de Laurence Rebouillon
  • 2002 : Réactions du 21 avril série en réaction à la qualification de Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle (films de Pierre-Jean Bouyer, Pierre Merejkowsky, Bernard Cerf, Gaëlle Petit, Philippe Lebret, Rebouillon, Frédéric Tachou
  • 2002 : Harmonie de Laurence Rebouillon
  • 2003 Souviens-toi de Julien Colbeau et Jean-Robert Thomann
  • 2005 J'ai fait un beau voyage, je vais vous le montrer Chap. 1 de Frédéric Tachou LM
  • 2006 : Filmer et Punir de Pierre Merejkowsky LM
  • 2006 : K (Reves Berbères) de Frédérique Devaux
  • 2006 : Reste-là de Frédéric Tachou
  • 2006 : Fondue en larmes de Guillaume Anglard
  • 2007 : Faux mouvement de Pip Chodorov
  • 2008 : L'absence de Philippe Lebret
  • 2008 : West Point de Laurence Rebouillon
  • 2008 : Le Granier d'Olivier Fouchard
  • 2009 : Vers Oswieçim de Bernard Cerf
  • 2010 : La couleur des pierres de Camille Robert
  • 2010 : Plume de Cécile Ravel
  • 2010 : Crime de Vincent Ostria
  • 2010 : La chambre du cerf de Dominique Cerf
  • 2010 : Les Argonautes du temps présent d'Annie Roses
  • 2011 : La saison des pluies était bel et bien finie de Laurence Reboullion
  • 2013 : Ma fleur maladive de Astrid Adverbe

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]