Bernard Barbiche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barbiche.
Bernard Barbiche
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (80 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Ségolène de Dainville-Barbiche (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Distinctions
Œuvres réputées
Étude sur l'œuvre de restauration financière de Sully (1596-1610) (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Bernard Barbiche est un historien français, né à Paris (1er arrondissement) le 28 juillet 1937.

Parcours[modifier | modifier le code]

Archiviste paléographe (diplômé de l'École nationale des chartes) grâce à une thèse soutenue en 1960 ayant pour titre Étude sur l'œuvre de restauration financière de Sully, 1596-1610, il a été membre de l'École française de Rome (1960-1962)[1]. Il obtient son doctorat en histoire en 1974[2].

D'abord conservateur (aux Archives nationales de 1960 à 1972, puis secrétaire général de l’École des chartes de 1973 à 1977 et professeur d’histoire des institutions, d’archivistique et de diplomatique de l’époque moderne dans cet établissement de 1977 à 2004, il est spécialiste du règne de Henri IV, d’histoire des institutions et d’histoire religieuse (diplomatique et diplomatie pontificales, du Moyen Âge à l’époque moderne). Il est directeur scientifique du Centre national des archives de l’Église de France et membre du Comité pontifical des sciences historiques[1].

Professeur émérite depuis 2004, il a été président de la Société de l'École des chartes de 2005 à 2010, président de la Société d'histoire religieuse de la France de 2008 à 2011 et directeur de la collection « Histoire religieuse de la France » aux Éditions du Cerf de 1998 à 2010. Il a dirigé la revue Bibliothèque de l'École des chartes de 1973 à 1981 et il est membre des comités de lecture de la Bibliothèque de l’École des chartes et de la Revue d'histoire de l'Église de France[1].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié depuis 1974 à Ségolène Oudot de Dainville, archiviste paléographe (1969), membre de l'École française de Rome (1969-1970), docteur en histoire de l’université Paris IV (1980), habilitée à diriger des recherches (2003) ; elle a poursuivi conjointement une carrière de conservateur d’archives et des recherches scientifiques. Ségolène de Dainville-Barbiche est chevalier de l'ordre national du Mérite et officier de l'ordre des Arts et des lettres[3].

Décorations[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (éd.) Correspondance du nonce en France Innocenzo del Bufalo, évêque de Camerino (1601-1604), Rome : Presses de l'Université grégorienne ; Paris : E. de Boccard, 1964 (Acta nuntiaturæ gallicæ, 4)
  • (éd.) Lettres de Henri IV concernant les relations du Saint-Siège et de la France (1595-1609), Città del Vaticano, Biblioteca apostolica vaticana, 1968 (Studi e testi, 250).
  • (éd.) Sully, Les Œconomies royales, Paris : C. Klincksieck, 1970-1988 (en coll. avec David Buisseret)
  • Sully, Paris : Albin Michel, 1978
  • Histoire de Sully-sur-Loire : le château, la ville, le terroir, Roanne : Horvath, 1986 (avec Françoise Bercé, Martine Cornède, Jean Mesqui et al.)
  • L'édition des textes anciens, XVIe-XVIIIe siècle, Paris : Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, 1993 (avec Monique Chatenet)
  • Sully, l'homme et ses fidèles, Paris : Fayard, 1997 (avec Ségolène de Dainville-Barbiche)
  • Les institutions de la monarchie française à l'époque moderne, XVIe-XVIIIe siècle, Paris : PUF, 1999, 2e éd. 2001 (Premier cycle)
  • Bulla, legatus, nuntius. Études de diplomatique et de diplomatie pontificales (XIIIe-XVIIe siècle), Paris : École des chartes, 2007 (Mémoires et documents de l’École des chartes, 85).
  • (dir.) La Jeunesse étudiante chrétienne, 1929-2009. Actes de la journée d’étude organisée par le Centre national des archives de l’Église de France, Paris, 7 décembre 2009), Lyon : RESEA, 2011 (avec Christian Sorrel).

Sources[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Livret de l'École des chartes (1967-2007), Paris : École des chartes, 2010, p. 31-32
  2. Sous la dir. de Jean Glénisson, Les Actes pontificaux originaux des Archives nationales de Paris, 1198-1417 : catalogue chronologique, introduction générale et tome 1er : 1198-1261 (thèse de 3e cycle en histoire), Paris, université Paris-IV-École des hautes études en sciences sociales, (SUDOC 014613069).
  3. « Biographie Ségolène de Dainville-Barbiche ».

Liens externes[modifier | modifier le code]