Bernard Anquetil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anquetil.
Bernard Anquetil
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions

Bernard Anquetil est un résistant français, né le à Bernières-d'Ailly dans le Calvados, fusillé au fort du Mont-Valérien le , mort pour la France, Compagnon de la Libération.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bernard Anquetil était en juin 1940 embarqué sur le sous-marin Ouessant, en carénage à l'arsenal de Brest ; lorsque les Allemands occupèrent la ville, l'équipage du sous-marin fut dispersé. Anquetil trouva un emploi de réparateur radio à Angers. C'est là que, recommandé de l'ancien officier en second de l'Ouessant, le lieutenant de vaisseau Philippon (futur vice-amiral d'escadre), il rencontra le colonel Rémy et qu'avec enthousiasme, Bernard Anquetil accepta d'entrer dans le réseau du BCRA en cours de constitution, pour assurer des liaisons radio avec l'Angleterre. Avec son poste émetteur, il s'installa chez une famille discrète, les Combes à Saumur. Les messages qu'il transmettait concernaient principalement les mouvements des bâtiments allemands à Brest, leurs avaries et leur disponibilité, comme les caractéristiques et déplacements du Super cuirassé Bismark, qui par ces actions fut coulé au large de Brest le [Information douteuse] [?]. C'est en particulier de cette façon que fut également signalé en juillet 1941 l'appareillage du Scharnhorst, ce qui permit à la Royal Air Force de l'attaquer avec succès.

Toutefois, les radio-goniomètres allemands finirent par situer l'émetteur et le 30 juillet, précisément à la suite du message relatif au Scharnhorst, Anquetil fut arrêté et transféré à Fresnes. Condamné à mort le 15 octobre, il refusa de révéler l'origine et la teneur des messages transmis, malgré la promesse de l'appui du tribunal pour un recours en grâce. Le , il est fusillé au fort du Mont-Valérien. Il est inhumé au cimetière de Montrouge, au « carré des fusillés ».

Après la guerre, son corps rejoint le caveau de famille de Colleville-sur-Mer dans le département du Calvados.

Distinctions et hommages[modifier | modifier le code]

Il a été fait à titre posthume Compagnon de la Libération le , avec une citation à l'Ordre de l'Armée de Mer et la Croix de guerre 1939-1945 avec palme le . Une rue longeant la plage de Saint-Laurent-sur-Mer (commune limitrophe de Colleville-sur-Mer) porte son nom depuis les années 1990.

Un aviso type A69, de la classe d'Estienne d'Orves, mis en service en 1979 dans la Marine nationale française a porté au sein de celle-ci le nom Quartier-Maître Anquetil, jusqu'à sa revente en 2000 à la Marine turque qui l'a renommé.

Liens externes[modifier | modifier le code]