Bernard 18

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bernard 18T
Bernard 18GR
Bernard 18GR

Rôle Avion de transport
Constructeur Drapeau : France Société des Avions Bernard
Premier vol 1927
Dimensions
Image illustrative de l’article Bernard 18
Longueur 11,44 m
Envergure 16,80 m
Hauteur 3,45 m
Aire alaire 41,80 m2
Masse et capacité d'emport
Max. à vide 1,820 t
Max. au décollage 2,700 t
Passagers 6
Motorisation
Moteurs 1 moteur en étoile Gnome et Rhône 9Ab Jupiter de 9 cylindres
Puissance unitaire kW
(420 ch)
Performances
Vitesse maximale 226 km/h

Le Bernard 18 est un prototype d’avion de transport réalisé en France durant l'Entre-deux-guerres par la Société des Avions Bernard.

Conception[modifier | modifier le code]

À la demande de la Compagnie internationale de navigation aérienne (CIDNA), Jean Hubert, aidé de Jean Galtier, étudia un monoplan à aile épaisse cantilever construit en bois[1], le 18-T, à moteur Gnome et Rhône Jupiter de 420 ch, pouvant transporter six passagers à 195 km/h sur 600 km[2].

La faillite de la SIMB et la fermeture de ses ateliers survinrent en [3], alors que le 18-T était inachevé. Il fut transféré au Bourget dans un hangar de la CIDNA, où il fut terminé. Aux essais statiques la voilure fit preuve d'une exceptionnelle robustesse, contrairement au fuselage, qui dut être renforcé. La CIDNA renonça à l'avion, qui fut cédé à l'as de guerre Paul Tarascon, candidat à la traversée de l'Atlantique. François Coli, Maurice Noguès, Yves Le Prieur, Jean Laulhé furent tour à tour associés au projet, qui avorta en , les essais du Tango ayant montré qu'il ne pourrait pas décoller avec les 3 350 litres d'essence nécessaires[2].

Le , Adolphe Bernard fonde la Société des Avions Bernard[3]. Succédant à la SIMB, elle n'en reprend que la branche aéronautique, en conservant les cadres, les ingénieurs et la maîtrise de Ferbois. Repris par le constructeur, le 18-T immatriculé « F-AIKV » fut baptisé « Ingénieur Hubert » en mémoire de son créateur, victime le d'un accident de la route[2]. L’ingénieur Louis Béchereau[3] lui succéda.

Records[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bruno Parmentier, « Bernard 18T », sur aviafrance, (consulté le 18 février 2018).
  2. a b c et d « Adolphe-Bernard », sur Fan d'avions, (consulté le 7 février 2018).
  3. a b et c Bernard Marck, Dictionnaire universel de l'aviation, Tallandier, , 1129 p. (ISBN 2-84734-060-2), p. 95.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :