Bernard-Adolphe Granier de Cassagnac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bernard-Adolphe de Cassagnac)
Bernard-Adolphe de Cassagnac
Granier de Cassagnac (photographie) (...)Nadar (1820-1910) btv1b105358178.jpg
Bernard-Adolphe Granier de Cassagnac.
Fonctions
Député du Gers
-
Conseiller général du Gers
-
Vice-président
Conseil général du Gers (d)
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Bernard-Adolphe Granier de CassagnacVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Famille
Enfants
Autres informations
Parti politique

Bernard-Adolphe Granier de Cassagnac ([1] à Avéron-Bergelle - à Couloumé-Mondebat) est un journaliste et homme politique bonapartiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les Granier de Gassagnac sont issus d'une longue lignée de propriétaires forestiers. Né en 1806 à Avéron-Bergelle, dans le canton d'Aignan, Bernard-Adolphe est le fils de Pierre-Paul Granier de Cassagnac et d'Ursule Lissagaray — en second mariage — et frère ainé de sept enfants avec sa mère et quatrième avec les enfants de Gabrielle Lestrade. Sa grand-mère était légitimiste, son père bonapartiste.

D'abord en pension à Vic-Fezensac, à 10 ans, il est envoyé à Toulouse pour son éducation chez son oncle Laurent-Prosper Lissagaray, futur père de Prosper-Olivier Lissagaray, entre 1818 et 1828.

Critique littéraire au Journal politique et littéraire de Toulouse, où il sera trois fois Lauréat [réf. nécessaire] des Jeux Floraux de Toulouse. En 1831, il part à Paris pour être journaliste, et collabore aux Nouvelles, à La Presse, Le Journal des débats et la Revue de Paris. Il y rencontre Victor Hugo [réf. nécessaire] et aussi Guizot, lequel avait été à ses débuts secrétaire-général du ministère, sous l'Abbé de Montesquiou. Alexandre Dumas ne l'apprécie absolument pas et le dit à François Buloz, l'un des fondateurs de la Revue de Paris : « Vous comprendrez que, du jour où il sera parmi vos rédacteurs, vous devez cesser de me regarder comme en faisant partie[2]. » Ces précieuses relations lui permettent de s'introduire auprès de Bertin l'aîné, qui l'engage comme critique littéraire aux Débats. Il épouse pour son argent en 1841 Rosa de Beaupin de Beauvallon, une jeune créole, fille d'un riche planteur et ancien officier du premier Empire, qui lui apporte quatre-vingt mille francs de dot… De cette union naît Paul en 1843.

La révolution de 1848 le ramène au château de Couloumé, qu'il a acheté en 1838, après ses premiers succès. Parmi les paysans gersois, il a tout loisir d'observer la fascination qu'exerce encore, ou de nouveau, l'épopée impériale. Aussi soutient-il ardemment la candidature de Louis-Napoléon à la présidence de la République. L'entourage du prince-président s'en souviendra, et verra vite le parti qu'il peut tirer d'un allié aussi virulent.

Cassagnac devient rédacteur en chef du Pouvoir. Au moment de la crise ouverte entre l'assemblée et le président, il écrit une série de six articles qui sont très remarqués, sous le titre collectif de La Solution. On devine ce qu'elle peut bien être. Cassagnac est d'ailleurs parmi les premiers à être mis dans la confidence du coup d'État, qu'il approuve avec enthousiasme.

L'empereur et l'impératrice séjournent à deux reprises au Coulomé [réf. nécessaire] qui recevra également la visite, plus tard, d'Isabelle II, la reine d'Espagne en exil [réf. nécessaire].

Il est député du Gers de 1852 à 1870, candidat officiel siégeant dans la majorité dynastique. A la chute de l Empire, plombé de dette et ne bénéficiant plus de la protection de Magistrat inféodé à Napoleon III, il est emprisonné, puis s’enfuit en Belgique. Il redevient député du Gers de 1876 à 1880 et siége au groupe bonapartiste de l'Appel.

Il meurt le . A sa mort, Léon Gambetta fit l'éloge du député impérialiste, saluant « un esprit, qui du point de vue littéraire, oratoire et polémique, occupait un des rangs les plus distingués de la littérature française[3],[4] ».

Il est aussi le fondateur du journal Le Réveil. Il est le père de Paul de Cassagnac, de Louis Granier de Cassagnac et de Georges Granier de Cassagnac et le grand-père du journaliste Jean Granier de Cassagnac, dit Saint-Granier.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Colonies françaises. De l'esclavage et de l'émancipation, Paris, Fournier, , 32 p. (lire en ligne)
  • De l'affranchissement des esclaves par l'éducation religieuse, Paris, impr. de Fournier, 1837, in-8.
  • Histoire des classes ouvrières et des classes bourgeoises, Paris, Desrez, Renduel, 1838, in-8. (lire en ligne sur Manioc.org)
  • Histoire de l'église de la Madelaine, Paris, impr. d'Urtubie, 1838, in-12.
  • Danaé, Paris, H. L. Delloye, 1840, in-8.
  • Histoire des classes nobles et des classes anoblies, Paris, H. L. Delloye, 1840, in-8.
  • De l'Émancipation des esclaves; lettres à M. de Lamartine, Paris, H. L. Delloye, 1840, brochure in-8.
  • Voyage aux Antilles, françaises, anglaises, danoises, espagnoles ; à Saint-Domingue et aux États-Unis d’Amérique., Paris, Dauvin et Fontaine, 1842-1844, 2 volumes.
  • Idée du christianisme sur l'esclavage, Paris, imp. de Gratiot, 1844, in-8.
  • La Reine des Prairies, Paris, imp. de Boulé, 1845, in-8.
  • Histoire des causes de la Révolution française, H. Plon, Paris, 1849, 3 tomes.
  • Histoire du Directoire, S.n, 1851-1863, [1]
  • Récit complet et authentique des événements de , Kiessling et Cie, Bruxelles, 1852.
  • Œuvres littéraires de Granier de Crassagnac : Portraits littéraires, V. Lecou, E. Didier, Paris, 1852.
  • Histoire de la Chute du roi Louis-Philippe et du rétablissement de l'Empire, H. Plon, Paris, 1857, 3 tomes.
  • Histoire des Girondins et des massacres de septembre, E. Dentu, Paris, 1860, tome premier, tome second.
  • L'Empereur et la démocratie moderne, E. Dentu, Paris, 1860.
  • L'Empereur, la Pologne et l'Europe, E. Dentu, Paris, 1863.
  • Antiquité des patois. Antériorité de la langue française sur le latin, E. Dentu, Paris, 1859.
  • Histoire des origines de la langue française, Librairie de Firmin Didot Frères, Fils et Cie, Paris, 1872.
  • Histoire populaire illustrée de l'empereur Napoléon III, Lachaud et Burdin, Paris, 1874.
  • Histoire de la colonne Vendôme, Lachaud, Paris, 1875.
  • Souvenirs du second empire, E. Dentu, Paris, 1882, 3 tomes.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. né en 1803 in René Bidouze, Lissagaray, la plume et l'épée, 2001.
  2. Dans Correspondance générale, éd. Claude Schopp, Paris, Classiques Garnier, 2019, lettre 400 bis, p. 409.
  3. Thibault Gandouly, Paul de Cassagnac, l'enfant terrible du bonapartisme, Versailles, Via Romana, 2018, p. 126.
  4. Journal officiel, séance du 3 février 1880, p. 1202.

Liens externes[modifier | modifier le code]