Berggarten

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pavillon de la bibliothèque.
Palmier bouteille dans la salle d'exposition.
Canna L. Golden Gate

Le Berggarten est un jardin botanique situé dans le quartier de Herrenhausen à Hanovre dans le Land de Basse-Saxe en Allemagne. Au départ un potager, il est converti dès le XVIIe siècle en serre pour plantes exotiques.

En 2000, une forêt tropicale sous serre y est aménagée, puis transformée en aquarium en 2006. Il fait partie avec trois autres jardins de l'ensemble des Herrenhäuser Gärten et est l'un des plus anciens jardins botaniques d'Allemagne[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1666, le jardin est aménagé sur ordre du duc Jean-Frédéric de Brunswick-Calenberg pour approvisionner les cuisines en légumes, à l'emplacement d'une dune[2] isolée au nord du château de Herrenhäuser.

Sophie de Hanovre transforme le jardin pour y cultiver des plantes exotiques, une serre y est construite en 1686. On y effectue diverses expériences de culture sélective : la culture du riz y est un échec, mais on réussit à y cultiver le tabac et le mûrier. Les feuilles de ce dernier servent à partir de 1706 à nourrir le bombyx du mûrier de la manufacture royale de sériciculture de Hameln. L'entreprise n'est cependant pas un succès économique.

À partir de 1750, un autre potager de la ville fournit la Cour en fruits et légumes, permettant au Berggarten de devenir exclusivement un jardin botanique.

Entre 1817 und 1820, Georg Ludwig Friedrich Laves fait édifier une maison de maître-jardinier qui deviendra la bibliothèque du Jardin au XXe siècle. En 1849 ouvre la serre aux palmiers construite par Laves, destinée à devenir quelques années plus tard la collection de palmiers la plus complète d'Europe.

Pour remplacer la serre aux Palmiers, la grande Serre (Großes Palmenhaus) est construite en 1880 : haute de 30 mètres, elle a l'aspect d'un palais de verre et d'acier, et est agrémentée de galeries et de fontaines.

L'ensemble des serres est détruit par le bombardement de Hanovre en 1944, la reconstruction du Berggarten ne se faisant que progressivement après la guerre.

Expositions et jardins à thèmes[modifier | modifier le code]

Le jardin présente 25 000 plantes de 11 000 variétés différentes[1] provenant de diverses zones climatiques, dont une des plus grandes expositions permanentes d'orchidées d'Europe[3].

Aquarium et forêt tropicale[modifier | modifier le code]

Accès à l'aquarium.
Cascade de la forêt tropicale.

En place de l'ancienne serre aux Palmiers rasée dans les années 1950, la forêt tropicale ouvre pour l'Exposition universelle de 2000. Elle héberge un milieu tropical où vivent des papillons, des grenouilles et des oiseaux. Elle est fermée en 2006 pour des raisons budgétaires.

Elle est ensuite aménagée en un aquarium appartenant à l'ensemble des Sea Life Centres, tout en y conservant la forêt tropicale. Le bassin à eaux profondes contient 300 000 litres d'eau. Un océan artificiel de quatre mètres de profondeur qui abrite des requins et des tortues est accessible aux visiteurs par un tunnel d'observation en PMMA.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Anthurium andraeanum Princess Amalia Elegance
Cette orchidée Cymbidium "Doris" est un hybride de cymbidium insigne et cymbidium tracyanum.
  • Nik Barlo Jr., Hanae Komachi, Henning Queren: Herrenhäuser Gärten. Rostock: Hinstorff Verlag 2006. Bildband, 144 p. (ISBN 3-356-01153-7)
  • Die königlichen Gärten. Ruhm und Glanz einer Residenz, hrsg. von Kurt Morawietz, Hanovre: Steinbock-Verlag 1963
  • Friedrich Lindau: Hannover – der höfische Bereich Herrenhausen. Vom Umgang der Stadt mit den Baudenkmalen ihrer feudalen Epoche. Mit einem Vorwort von Wolfgang Schäche. München (u. a.): Deutscher Kunstverlag 2003. (ISBN 3-422-06424-9)
  • Ulrike und Hans Georg Preissel: Hannovers Berggarten. Ein botanischer Garten. Hanovre : Schlüter 1993. (ISBN 3-87706-376-4)
  • Waldemar R. Röhrbein: Die Rettung der Herrenhäuser Gärten. In: Waldemar R. Röhrbein (Hrsg.): Heimat bewahren, Heimat gestalten. Beiträge zum 100-jährigen Bestehen des Heimatbundes Niedersachsen, Hanovre 2001. pp. 95-99
  • Kaspar Klaffke, Gesa Klaffke Lobsien: Hannover. Stadt der Gärten - Gärten einer Stadt, 1. Auflage, Seelze-Velber: Kallmeyer, 2000, (ISBN 3-7800-5265-2), p. 20 et suiv.
    • englische Ausgabe unter dem Titel Hannover - city of gardens
  • J. Knoll: Auf den Spuren des Hofbotanikus Erhart, Aus den Herrenhäuser Gärten, 2006, Cahier 2
  • in: Marieanne von König (Hrsg.): Die Königlichen Gärten in Hannover, mit Fotos von Wolfgang Volz, mit Beiträgen von B. Adam, U. Boeck, G. Frühsorge, C. Meckseper, H. Palm et Hans Georg Preißel, H. Rettich, M. Rohde und Alheidis von Rohr, Göttingen, 2006
    • C. Meckseper: Vom Palmenhaus zum Regenwaldhaus, p. 215 et suiv.
    • H. Palm, H. Rettich: Die Geschichte des Berggartens, p. 165 et suiv.
  • K.-H. Meyer: Zur Geschichte des Berggartens, in: Landeshauptstadt Hannover (Hrsg.) : Herrenhausen 1666–1966, Jubiläumsausstellung in Hannover, 1966, p. 27
  • Eva Benz-Rababah: Berggarten, in: Stadtlexikon Hannover, pp. 59–62

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (de)Barocke Gartenpracht in Hannover-Herrenhausen sur le site du média Norddeutscher Rundfunk, 23 juin 2015.
  2. (de) Groupe de travail Herrenhäuser Gärten, Prof. Dr. Joachim Hüppe Université Gottfried Wilhelm Leibniz de Hanovre, sur geobotanik.uni-hannover.de
  3. (de) Ville de Hanovre, « Orchideensammlung und -schauhaus », sur www.hannover.de (consulté le 5 avril 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :