Aller au contenu

Berck (Pas-de-Calais)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Berck-sur-Mer)

Berck
Berck (Pas-de-Calais)
La plage de Berck lors des
rencontres internationales de cerfs-volants.
Blason de Berck
Blason
Berck (Pas-de-Calais)
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Intercommunalité CA des Deux Baies en Montreuillois
Maire
Mandat
Bruno Cousein
2020-2026
Code postal 62600
Code commune 62108
Démographie
Gentilé Berckois
Population
municipale
13 298 hab. (2021 en diminution de 8,35 % par rapport à 2015)
Densité 894 hab./km2
Population
agglomération
57 368 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 50° 24′ 32″ nord, 1° 35′ 36″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 30 m
Superficie 14,88 km2
Type Centre urbain intermédiaire
Unité urbaine Berck
(ville-centre)
Aire d'attraction Berck
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton de Berck
(bureau centralisateur)
Législatives 4e circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Berck
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Berck
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
Berck
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Berck
Liens
Site web www.berck.fr

Berck, parfois appelée Berck-sur-Mer, est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais, en région Hauts-de-France. Ses habitants sont appelés les Berckois.

C'est une station balnéaire du sud de la Côte d'Opale ainsi qu'une ville thérapeutique (elle abrite de nombreux établissements hospitaliers). Avec ses 13 298 habitants (dernier recensement en 2021), il s'agit également de la ville la plus importante à 30 km à la ronde, et de la 11e du département du Pas-de-Calais.

Elle est connue pour sa plage, la plus vaste du secteur (7 km de long et 1,5 km de large à marée basse[1]), et ses rencontres internationales de cerfs-volants qui attirent plus de 500 000 personnes chaque année en avril.

C'est la seule plage du Pas-de-Calais à être labellisée « Pavillon bleu » en 2022.

Géographie

[modifier | modifier le code]

Localisation

[modifier | modifier le code]

Commune du nord de la France, Berck est une station balnéaire de la Côte d'Opale. Elle marque la limite entre les départements du Pas-de-Calais et de la Somme (et donc jusqu'en 2015, entre les régions Nord-Pas-de-Calais et Picardie). Berck est située sur les rivages de la Manche, au nord de la baie d'Authie, la partie sud de la baie (le Marquenterre) appartenant au département de la Somme.

Elle se situe à 13 km au sud de la station balnéaire du Touquet-Paris-Plage ainsi qu'à environ 35 km de Boulogne-sur-Mer, 40 km d'Abbeville, 75 km d'Amiens et 85 km d'Arras.

Carte
Les limites du territoire communal.
Carte interactive (double-cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de quatre communes. Les communes limitrophes sont Merlimont, Rang-du-Fliers, Verton et Groffliers.

Géologie et relief

[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 14,88 km2 ; son altitude varie de 0 à 30 mètres[2]. Ce relief n'est constitué que de dunes avec une altitude de 29 mètres au nord et 30 mètres au sud de la commune[3].

Site géologique

[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se situe sur deux sites géologiques :

  • les dunes "picardes" de Merlimont-Berck, classées trois étoiles, d'une superficie de 13 km2. Le site se compose de deux cordons dunaires, allongés nord-sud parallèlement à la côte. Ils sont séparés par une vaste dépression sableuse, plus ou moins humide selon les fluctuations de la nappe superficielle alimentée par les précipitations, elle-même reliée à la nappe plus profonde de la craie[4] ;
  • l'estuaire de l'Authie, classées deux étoiles, d'une superficie de 59 km2. L'estuaire de l'Authie se développe dans la plaine maritime picarde, limitée à l'est par la falaise morte du plateau crayeux de l'Artois[5].

Hydrographie

[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie[6].

La ville se situe au nord de la baie d'Authie, dernière baie à l'état naturel d'Europe, et à l'embouchure de l'Arche, ancien cours d'eau depuis disparu ensablé.

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[7]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Côtes de la Manche orientale, caractérisée par un faible ensoleillement (1 550 h/an) ; forte humidité de l’air (plus de 20 h/jour avec humidité relative > 80 % en hiver), vents forts fréquents[8].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,7 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 12,8 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 780 mm, avec 12,1 jours de précipitations en janvier et 7,9 jours en juillet[7]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune du Touquet-Paris-Plage à 12 km à vol d'oiseau[9], est de 11,2 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 888,8 mm[10],[11]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[12].

La commune s'inscrit dans le « paysage des dunes et estuaires d’Opale » tel que défini dans l’atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 1],[13].

Ce paysage, qui concerne 23 communes, s’étend le long de la côte sur environ 30 kilomètres, de la baie d’Authie à Équihen-Plage, et sur deux à quatre kilomètres de large. Les paysages des dunes et des estuaires cèdent la place aux abrupts des falaises, au niveau d’Equihen-Plage. Les dunes littorales se sont constituées récemment, depuis le Moyen Âge, et ont envahi le relief intérieur en constituant des dunes plaquées sur les falaises fossiles, spécificité locale. Les résurgences de sources au pied de ces falaises proviennent de la nappe de la craie et sont à l’origine de nombreux ruisseaux et zones humides dans les Bas-Champs, surtout visibles entre Étaples et Rang-du-Fliers.

Ce paysage des dunes et estuaires d’Opale est constitué : d’un peu plus de 40 % de dunes et de plages, dont 28 % d’espaces dunaires, dont certains sont boisés comme à Hardelot-Plage et au Touquet-Paris-Plage ; de 22 et 25 % au niveau de la baie d’Authie et des Bas Champs, Bas Champs majoritairement en prairies ; de 20 % par les communes et d’un peu plus de 5 % par les cours d’eau et les marais arrière-littoraux, entre Merlimont et Rang-du-Fliers, comme le marais de Balançon défini réseau Natura 2000[14].

Milieux naturels et biodiversité

[modifier | modifier le code]

Espaces protégés et gérés

[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[15].

Dans ce cadre, la commune fait partie de deux espaces protégés acquis par le Conservatoire du littoral :

  • les dunes de Berck, d'une superficie de 314,314 hectares[16] ;
  • la baie d'Authie rive Nord, d'une superficie de 312.957 hectares[17].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique

[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend quatre ZNIEFF de type 1[Note 2] :

  • les dunes de Merlimont. Ce vaste système dunaire est associé, vers l’Est, à un complexe de tourbières basses alcalines encore actives (ZNIEFF des marais de Balançon et de Cucq-Villiers) constituant un site unique à l’échelle des plaines du nord-ouest de l’Europe[18] ;
  • la rive Nord de la Baie d’Authie. L'estuaire de l'Authie marque la frontière entre la Somme et le Pas-de-Calais. Il constitue un exemple assez typique d’estuaire picard avec système de poulier (et contre-poulier) et de musoir (en partie urbanisé ici) Les mollières (prés salés), ne sont recouvertes que par les marées de vives-eaux et les marées d’équinoxe, ce qui permet le développement d'un tapis végétal dense[19] ;
  • les bocages et prairies humides de Verton. Complexe bocager humide tout à fait original associant prairies mésotrophiles à eutrophiles de différents niveaux topographiques avec des mares et des chenaux de drainage[20] ;
  • les mollières de Berck. Les mollières de Berck sont composées d’un remarquable système prairial arrière-littoral avec une mosaïque de prairies hygrophiles à mésophiles développées sur des sols non salés à subsaumâtres, voire localement paratourbeux[21].
Carte des ZNIEFF sur la commune.

Patrimoine géologique

[modifier | modifier le code]

Sur le territoire communal se trouve le site de l'estuaire de l'Authie. Il est inscrit à l'inventaire national du patrimoine géologique. Ce site est composé de massifs dunaires sur la pointe de Routhiauville, de schorre et de vasières. On y observe une amplitude de marée de plus de dix mètres lors des grandes marées d'équinoxe[22].

Sites Natura 2000

[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones spéciales de sonservation (ZSC) et de Zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[23].

Sur la commune, trois sites Natura 2000 de type B sont définis en site d'importance communautaire (SIC)  :

  • les dunes et marais arrière-littoraux de la plaine maritime picarde[24] ;
  • les dunes de l'Authie et mollières de Berck[25] ;
  • la baie de la Canche et le couloir des trois estuaires, d’une superficie de 333,06 km2 et d'une altitude variant de −23 à 0 mètres. Ce site se délimite à partir du trait de côte, s'étend jusqu'à la limite des trois milles nautiques, limité au sud par le phare d'Ault et au nord par le village de Sainte-Cécile, sur la commune de Camiers[26].

Et un site Natura 2000 de type A est défini en zone de protection spéciale : les dunes de Merlimont[27].

Au , Berck est catégorisée centre urbain intermédiaire, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[28]. Elle appartient à l'unité urbaine de Berck[Note 3], une agglomération intra-départementale regroupant sept communes, dont elle est ville-centre[Note 4],[29],[30]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Berck, dont elle est la commune-centre[Note 5],[30]. Cette aire, qui regroupe 19 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[31],[32].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[33]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[34].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (48 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (44,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (40,6 %), forêts (18,1 %), prairies (11,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (9,6 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (5,2 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (4,8 %), zones agricoles hétérogènes (3,9 %), terres arables (2,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,6 %), zones humides côtières (1 %)[35]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Lieux-dits, hameaux et écarts

[modifier | modifier le code]

Berck comporte deux quartiers :

  • Berck-Ville : partie Est, ancien village de pêcheurs ;
  • Berck-Plage : partie Ouest, plage, hôpitaux et dunes.

La communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois vote, en accord avec la commune, la mise en application, à compter du , du permis de louer, afin de lutter contre l'habitat indigne, sur une zone comprenant 80 logements[36].

Voies de communication et transports

[modifier | modifier le code]

Voies de communication

[modifier | modifier le code]

L'autoroute A16, entre Paris et Dunkerque (avec raccordement au tunnel sous la Manche), dessert directement la ville par la sortie no 25. Berck est également sur le trajet de la route départementale RD 940 qui longe le littoral, et de la RD 303 qui part vers l'est et se sépare à Campigneulles-les-Petites, d'une part par la RD 901 entre Montreuil-sur-Mer et Abbeville, d'autre part par la RD 939 vers Arras.

La gare de Rang-du-Fliers - Verton - Berck est située à quelques minutes du centre-ville de Berck, auquel elle est reliée par navette de bus régulière et piste cyclable. Elle est, depuis 2010, tête de ligne du TGV régional (le TERGV) vers Lille (en h 30 environ, avec correspondance vers Bruxelles) via Boulogne et Calais (avec correspondance Eurostar vers Londres). Elle est également reliée directement à Paris-Nord par trois allers-retours en TGV (en h 30 environ via Boulogne, Calais et Lille) tandis que les cinq trains Intercités (parcours plus court par Amiens) ont été supprimés depuis le . La région Hauts-de-France exploite aussi de nombreux services locaux TER vers la baie de Somme, Abbeville, Amiens (dont certains continuent désormais vers Creil et Paris), mais aussi le Boulonnais et les Flandres.

Le bâtiment de l'ancienne gare terminus de Berck-Plage a été transformé en casino. C'est à cet endroit que part et arrive l'unique aller-retour expérimental par autocar Flixbus reliant Berck-Plage au Palais des Congrès de Paris (durée de parcours de h 5 à h 30 selon embouteillages), auquel s'ajoute un service d'autocar Ouibus, dans les mêmes conditions, mais uniquement les fins de semaine et pendant les vacances scolaires. En saison estivale, des excursions en autocar sont proposées de Berck vers Cantorbéry et Londres (également pour les soldes d'hiver), ainsi que vers Bruges et la Hollande.

La commune est desservie par les lignes 1A, 1B et 2 du réseau de transport de la communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois (CA2BM).

Enfin, l'aérodrome de Berck-sur-Mer permet l'atterrissage des avions de tourisme tandis que le proche aéroport du Touquet-Côte d'Opale accueille des liaisons régulières de et vers l'Angleterre, ainsi que des vols spéciaux d'agence vers diverses destinations de vacances.

Le nom de la localité est attesté sous les formes Berkeres en 1124[37]; datum Bergis[38] ou Berc en 1215[39]; Bierk en 1282[38]; Berk en 1311; Berch en 1342; Le havre de Bercq en 1426; Berck-sur-la-Mer en 1545; Ber en 1546; Le havre de Berg en 1640; Berg-sur-Mer en 1739[37].

Les toponymistes évoquent généralement le germanique berg « hauteur, éminence, colline, mont[40], montagne[38] ». Ernest Nègre y voit le germanique birkja- « bois de bouleaux, boulaie »[39].

Remarque : l'hypothèse du germanique berg est corroborée par la récurrence de ce type toponymique dans la région, mais aussi par quelques autres lieux du nord de la France : Le Berck (Pas-de-Calais, Guînes, Le Bercq de Campaignes 1480; Le Berg-en-Campagne 1682); Bergues (Nord, Bergan 944); Bargues (Nord, Bargas 1147); Berguette (Pas-de-Calais, Berghette 1171, diminutif en -ette), mais aussi Bergues-sur-Sambre (Aisne); Berg (Moselle, Berge 915); Barques (Seine-Maritime, Barc XIIe siècle); Barc (Eure, Barco 1087 - 1090)[38],[40], etc. Il y a effectivement un dénivelé de 30 m sur le territoire de la commune qui peut justifier cette appellation. Les formes du type Barc, etc. résulte de l'alternance fréquente er / ar. La régularité des formes en -c(k) au lieu du -g attendu, peut effectivement justifier d'un emploi du mot germanique signifiant « bouleau » cf. ancien néerlandais *berka, moyen néerlandais berke, néerlandais berk « bouleau ».

Se nomme Berk-aan-Zee en néerlandais[41].

Du Moyen Âge à l'époque moderne

[modifier | modifier le code]

Berck s'affirme dès le Moyen Âge comme un port de pêche.

Au XVIIIe siècle, la vicomté-pairie de Berck est entre les mains de la famille de Fresnoy. En 1733, Jean-Baptiste, Marquis de Fresnoy, est dans une situation financière délicate. Sans doute le train de la vie qu'il mène à Paris où il réside dans une maison de la Rue de Gaillon est-il dispendieux, mais cet état de fait n'est pas uniquement la conséquence d'une mauvaise gestion financière. En effet, la dot de sa femme, Marie Anne Deschiens de la Neuville, qui est de 160.000 livres, une somme énorme pour l'époque, n'a pas encore été versée par le père de celle-ci. À quoi s'ajoute le véritable parcours du combattant judiciaire qu'est la succession de son grand-père Achille Léonor chevalier marquis de Fresnoy, mort en 1675, soit 58 ans auparavant, et qui l'empêche de profiter pleinement de la part qui lui revient et d'assainir sa situation.

Poursuivi par ses créanciers, il est contraint de constituer une rente de 6000 livres par an d'arrérages au principal de 120.000 livres auprès d'un jeune noble normand, Hyacinthe Louis marquis de Pellevé et comte de Flers. En échange du versement de ces 120.000 livres, il apporte comme garantie non seulement la maison de la rue de Gaillon, mais aussi entre autres propriétés « la terre et baronnie de Brexant scituée proche Montreuil sur Mer », et surtout « la terre et vicomté de Berk, port de mer scituée proche Montreuil sur Mer sous la Coutume d'Artois, qui valoit 2000 livres de rente avant que les sables en eussent bouché le port et n'est plus affermée à Michel Malingre que 400 livres, la garenne de laditte terre affermée 100 livres. Est observé que dans laditte vicomté il y a encore une garenne nommée de Grofliers qui raportoit jusqu'à 1200 livres par an, laquelle n'est plus affermée depuis que les sable ont bouché les terriers et couverts les herbes qui servoient de nouritures aux lapins, mais on travaille actuellement a la retablir et la repeupler ». Toutes ces terres lui viennent de sa mère, Marie Madelaine des Essarts, à la suite du partage fait entre elle et sa sœur Marie-Marguerite, épouse de Jean-Baptiste de Bellon de Thurin, Comte du Sant Empire de la succession de leurs parents Charles des Essarts marquis de Meigneux et Françoise Geneviève Regnault.

En 1736, Hyacinthe Louis marquis de Pellevé se suicide, et la créance de Jean Baptiste de Fresnoy passe aux mains de sa sœur et unique héritière Antoinette Jourdaine de Pellevé. Il lui rembourse le principal de 120.000 livres peu de temps après, sans doute en empruntant ailleurs et en réengageant la terre de Berck[42].

Berck au XIXe siècle : l'apogée balnéaire

[modifier | modifier le code]

Ancien port d'échouage (vers cent cinquante bateaux de pêche jusqu'en 1914[43]), Berck prend une vocation thérapeutique pour le traitement de la tuberculose osseuse sous le second Empire. Tout commence par l'initiative d'une veuve de marin, Marie Anne Elizabeth Brillard, dite Marianne-toute-seule, qui a l'idée de faire prendre des bains de mer aux enfants malades qui lui sont confiés. Le médecin de canton constate l'amélioration de leur santé et établit des rapports sur l'incroyable densité d'iode concentrée à Berck. Marianne-toute-seule est considérée aujourd'hui comme l'inventrice de la thalassothérapie. La ville va très vite profiter de son renom. L'Hôpital Impérial (devenu depuis Maritime) est inauguré en 1869 par l’Impératrice Eugénie et le Prince Impérial venus de Paris par train spécial. À cet effet, une avenue sera creusée en un temps record (les routes sont alors de sable), et cette artère porte toujours le nom de « rue de l'Impératrice ». Laura de Rothschild (1847-1931), fille de Mayer Carl von Rothschild, inaugure l'hôpital Nathaniel-de-Rothschild en 1872[Note 6],[44], tandis que des religieuses édifient l'Institut Saint-François-de-Sales, suivi par l'Institut Hélio-Marin, la Fondation Franco-américaine, etc.

À la fin du XIXe siècle, de très grands artistes (Eugène Boudin, Édouard Manet[45], Albert Besnard, Francis Tattegrain entre autres) viennent à Berck peindre ses ciels.

Juste avant la Première Guerre mondiale, la cour de Russie (Raspoutine lui-même) séjourne à Berck, accompagnant le Tsarévitch Alexis, jeune hémophile, sur lequel on essaye de nouveaux traitements. La ville connaît alors son apogée.

Berck est desservie par deux lignes de chemin de fer secondaire à voie métrique qui la relient, de 1893 à 1955, à Aire-sur-la-Lys, et, de 1909 à 1929, au Touquet-Paris-Plage.

En 1875 et 1881-1882, Eugène Boudin travaille à Berck sur des scènes de plage sensiblement différentes de celles réalisées à Trouville et Deauville représentant les élégants et les riches. À Berck, les gens sur les plages sont les pêcheurs locaux, au travail ou au repos[46].

Berck au XXe siècle : après la reconstruction, la santé et les loisirs

[modifier | modifier le code]
Les cabines de plage de Berck, surnommées les « berlingots ».

Durant la Première Guerre mondiale, la ville voisine de Montreuil-sur-Mer devient le Grand quartier-général britannique.

Léonie Duplais (d) (1850-1936) est originaire d'une ancienne famille aristocrate de la Saintonge maritime (Duplais des Touches)[47] et familière de l'histoire de Fouras, de Saintes ou de Rochefort[48]. Elle descendrait de l'amiral Dupleix. Elle est née à Lapalisse le , alors petite Sous-Préfecture de l'Allier, où son père y fut nommé commis à Cheval (Percepteur Fiscal des Contributions Indirectes). Arrivée vers la fin du XIXe siècle à Berck-sur-Mer, Léonie Duplais qui se dévoua au service de sa « bonne ville », s'y fit remarquer en 1887 lors du grand incendie de l'hôtel du Centre et de la maison Rivet. Les correspondants du Petit Journal, chargés de couvrir l’événement dramatique écrivirent à ce propos le 9 août 1887 : « L'Hôtel du Centre a été détruit en partie. On signale de nombreux dévouements. Citons en autres noms, celui de Mlle Léonie Duplais de Paris ». Poétesse, publiciste, conférencière et écrivaine et lauréate de l'Académie française, cette historienne de Berck devient la bienfaitrice de sa nouvelle ville d'adoption, en fondant en 1901 pour les pauvres et les orphelins de la commune Le « Fourneau Economique », premier ancêtre précurseur des Restos du cœur. Elle a notamment publié des ouvrages sur l'histoire du vieux Berck. Léonie Duplais meurt à Berck en 1936. La municipalité berckoise reconnaissante à ses œuvres de bienfaisance, donne son nom à une rue.

La Seconde Guerre mondiale provoque la destruction de tout le front de mer. Les bombardements anglo-américains des 2 et 5 juin 1944 ont touché presque tous les quartiers de Berck[49].

Avant la Seconde Guerre mondiale, la commune compte 105 personnes de confession juive et en 1930, la colonie de vacances « À nos enfants », rue des Bains, accueille leurs enfants. Dès l'entrée en guerre des familles juives quittent Berck. En , les magasins se voient apposer sur leurs vitrines l'affiche « entreprise juive », sept magasins sont concernés dont cinq rue Carnot. Le , à la suite d'une circulaire du préfet, 28 personnes juives sont recensées en mairie et, trois jours plus tard, transférées au camp d'internement Jules-Ferry à Troyes. En 1941, les magasins juifs sont liquidés (aryanisation) sur ordre du préfet comme la mercerie d’Isidore Lang, rue de l’Impératrice, du primeur de Jacques Schwartz et du magasin de chaussures de David Benjamin, situés rue Carnot. De cette période, un médecin juif, Léon (Leybus) Landau arrivé à Berck en 1935, dont l'épouse et l'enfant de trois ans sont assassinés le jour de leur arrivée à Auschwitz, revient habiter et exercer à Berck jusqu'à sa mort en 1974[50],[51].

Comptant plus d'une centaine de bateaux de pêche avant 1914, le port n'en accueille plus que trois en 1974, et plus aucun actuellement, en dehors du cordier, navire-musée, la Marianne Toute Seule, destiné à entretenir le souvenir du passé de la ville dans cette activité[52].

La ville dispose de cinq hôpitaux, notamment le centre héliomarin, l'Institut Calot (François Calot) et l'hôpital maritime. Avec les instituts de rééducation, ils emploient environ 3 000 soignants. Ce secteur est le plus important employeur de la commune[53].

Berck au XXIe siècle

[modifier | modifier le code]

Quoique le secteur hospitalier reste économiquement prépondérant, la ville est fortement tournée vers le tourisme. Station balnéaire avec une immense plage de sable fin (une douzaine de kilomètres) sur la Côte d'Opale, des dunes naturelles, la baie d'Authie, une des dernières baies sauvages d'Europe, « petite sœur de la baie de Somme » accueillant des colonies de phoques gris et de veaux marins (visibles tous les jours à 50 m à marée basse), Berck est également le paradis du char à voile, créé à Berck, de l'équitation, et du cerf-volant, fêté vers Pâques lors des Rencontres internationales de cerfs-volants, mondialement connues.

La ville défraye la chronique judiciaire en 2013 à la suite de l'affaire Fabienne Kabou.

Politique et administration

[modifier | modifier le code]

Découpage territorial

[modifier | modifier le code]

Commune et intercommunalités

[modifier | modifier le code]
La communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois dans le territoire du Pas-de-Calais.

La commune était le siège de la communauté de communes Opale sud, créée le , et qui succédait au District de Berck datant de fin 1964.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, cette intercommunalité fusionne avec deux communautés de communes, la communauté de communes du Montreuillois et la communauté de communes mer et terres d'Opale, pour constituer une nouvelle agglomération de 70 000 habitants[54].

Celle-ci, créée au et dont la commune est désormais membre, prend le nom de communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois.

Circonscriptions administratives

[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montreuil du département du Pas-de-Calais.

Elle faisait partie de 1801 à 1991 du canton de Montreuil, année où le canton de Berck est créé[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune devient le bureau centralisateur de ce canton, dont la composition est modifiée.

Circonscriptions électorales

[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie depuis 1958 de la quatrième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires

[modifier | modifier le code]

Élections municipales 2020

[modifier | modifier le code]
L'Hôtel-de-Ville.
  • Maire sortant : Bruno Cousein (LR)
  • 33 sièges à pourvoir au conseil municipal (population légale 2017 : 14 189 habitants)
  • 14 sièges à pourvoir au conseil communautaire (CA des Deux Baies en Montreuillois)
Résultats des municipales de 2020 à Berck
Tête de liste Liste Premier tour Sièges
Voix % CM CC
Bruno Cousein[Note 7] DVD 2 943 64,52 27 12
Jean-Luc Bouvier[55] DVG 1 618 35,47 6 2
Votes valides 4 561 98,18
Votes blancs 85 0,77
Votes nuls 116 1,05
Total 4 762 100 33 14
Abstention 6 274 56,85
Inscrits / participation 11 036 43,15

Liste des maires

[modifier | modifier le code]
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 octobre 1947 Jean-Charles Doux    
octobre 1947 mars 1959 Claude-Marie Duffit Rad.soc. Boulanger-pâtissier
mars 1959 mars 1965 Joseph Fouchet DVD Médecin chirurgien des os
mars 1965 mars 1971 Marcel Béraud UNR
puis UDR
Chirurgien-dentiste, ancien premier adjoint
Député du Pas-de-Calais (4e circ.) (1962 → 1978)
mars 1971 mars 1977 Guy Malgouzou CD (MR)
puis CDS[56]
Médecin biologiste
mars 1977 mars 1996 Claude Wilquin PS Professeur de l'enseignement secondaire
Député du Pas-de-Calais (4e circ.) (1978 → 1986)
Conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais
Vice-président du conseil régional
Président du District de Berck-sur-Mer
Décédé en fonction
mars 1996 mars 2001 Danièle Lhomme PS Professeure de sciences physiques
Première adjointe au maire (1995 → 1996)
Conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais (1998 → 2010)
Vice-présidente du conseil régional
Présidente du District de Berck-sur-Mer
mars 2001 mars 2008[57] Bruno Cousein[58] UMP Kinésithérapeute
Président de la CC Opale sud (2001 → 2008)
mars 2008 avril 2014[59],[57] Jean-Marie Krajewski PS Professeur de mathématiques en collège
Conseiller général de Berck (1992 → 2011)
Vice-président du conseil général
Président de la CC Opale sud (2008 → 2014)
avril 2014[57] En cours
(au 26 mai 2020)
Bruno Cousein UMPLR Kinésithérapeute
Conseiller général (2011 → 2015) puis départemental de Berck (2015 → )
Président de la CC Opale sud (2014 → 2016)
Président de la CA Deux Baies en Montreuillois (2017 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[60],[61],[58]

La commune est jumelée avec :

Carte
Jumelages et partenariats de Berck.Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelages et partenariats de Berck.Voir et modifier les données sur Wikidata
VillePaysPériode
Bad Honnef[62]Allemagnedepuis
Hythe[62]Royaume-Unidepuis
Nahariya[62]Israëldepuis

Équipements et services publics

[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Eau et déchets

[modifier | modifier le code]

Espaces publics

[modifier | modifier le code]

La commune est la seule plage du Pas-de-Calais à être labellisée Pavillon bleu en 2023[63],[64].

Elle obtient, en 2019, le label « Toutourisme » gage de la qualité d’accueil de la commune pour les chiens et leurs maîtres, et est, à cette date, la seule commune du Pas-de-Calais à en bénéficier[65], et, en 2021, obtient le label « villes et villages fleuris » avec quatre fleurs[66],[67].

Enseignement

[modifier | modifier le code]

La ville de Berck abrite[68] :

  • 4 écoles maternelles et 4 écoles primaires dont une privée, l'école Saint-Joseph ;
  • un lycée général et un lycée professionnel (Jan-Lavezzari), avec internat ;
  • deux collèges : l'un public, le collège Jean-Moulin, l'autre privé, l'Institution Notre-Dame.

L'ensemble des équipements de santé constitue un important pôle de formation d'enseignement supérieur :

Postes et télécommunications

[modifier | modifier le code]

La ville compte de nombreux établissements de santé :

  • l'hôpital Maritime (200 lits), géré par l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris ;
  • les divers établissements de l’association Cazin-Perrochaud ;
  • la fondation Hopale, rassemblant l'Institut Calot/Saint-François-de-Sales (90 places, traumatologie et sports), l’Établissement Hélio-Marin (85 places) et la Fondation franco-américaine/Jacques Calvé[71].
  • l'antenne psychiatrique du groupe hospitalier de Montreuil (CHAM), basée à Berck ;
  • l'Institut d'éducation motrice et la Maison d'accueil spécialisée ;
  • le Centre d'éducation et de soins spécialisé pour enfants polyhandicapés (C.E.S.S.E.P.) appelé Le Rivage ;
  • deux centres d'aide par le travail, plusieurs centres de rééducation et maisons de retraite[68] ;
  • l'hôpital général - Centre Hospitalier de l'Arrondissement de Montreuil (CHAM) - est installé à Rang-du-Fliers, à l'entrée de Berck ;
Institut Calot/Saint-François-de-Sales.
  • un Centre de Thalassothérapie est en construction, à côté de l'Hôpital maritime (ouverture en 2017).

Justice, sécurité, secours et défense

[modifier | modifier le code]

La commune dépend du tribunal de proximité de Montreuil-sur-Mer, du conseil de prud'hommes de Boulogne-sur-Mer, du tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer, de la cour d'appel de Douai, du tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer, du tribunal administratif de Lille, de la cour administrative d'appel de Douai et du tribunal pour enfants de Boulogne-sur-Mer[72].

Population et société

[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Berckois[73].

Démographie

[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[74],[Note 8].

En 2021, la commune comptait 13 298 habitants[Note 9], en diminution de 8,35 % par rapport à 2015 (Pas-de-Calais : −0,76 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9841 0411 2121 3791 6491 7061 8422 1002 216
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 3992 7033 2934 2284 3734 5905 1875 7527 039
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
7 7999 63611 59712 67413 98016 43316 70011 52914 285
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
12 87713 69014 42014 06014 16714 37815 14515 17114 368
2021 - - - - - - - -
13 298--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[75].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges

[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 28,8 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 35,7 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 6 183 hommes pour 7 608 femmes, soit un taux de 55,17 % de femmes, largement supérieur au taux départemental (51,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[76]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90 ou +
2,4 
8,1 
75-89 ans
12,9 
22,3 
60-74 ans
24,1 
22,2 
45-59 ans
19,7 
15,6 
30-44 ans
13,9 
16,5 
15-29 ans
14,7 
14,6 
0-14 ans
12,3 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2021 en pourcentage[77]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,6 
5,6 
75-89 ans
8,9 
16,7 
60-74 ans
18,1 
20,2 
45-59 ans
19,2 
18,9 
30-44 ans
18,1 
18,2 
15-29 ans
16,2 
19,9 
0-14 ans
17,9 

Manifestations culturelles et festivités

[modifier | modifier le code]
  • Les Rencontres internationales de cerfs-volants en avril, avec vol nocturne de cerfs-volants éclairés.
  • La route des Vacances (Pentecôte).
  • Le salon du polar. Le , la commune organise, au Kursaal, son premier salon du polar. Cette première édition accueille une trentaine d'auteurs, essentiellement de la région[78].
  • Les grands feux d'artifice sur la mer (Fête nationale et Assomption).
  • La bénédiction de la mer (15 août).
  • Le festival Cinémondes au Cinos de Berck, crée en 2005 par Dominique Olier, se déroule chaque année en octobre. Il y est présenté 65 films, de la fiction au documentaire, du court au long-métrage. Chaque édition a son invité d'honneur comme Ken Loach en 2021, Robert Guédiguian en 2022, Yolande Moreau en 2023[79],[80].

Sports et loisirs

[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques

[modifier | modifier le code]

Le , la commune accueille la flamme olympique des Jeux olympiques d'été de 2024, officiellement appelés les Jeux de la XXXIIIe olympiade, qui se dérouleront du au à Paris[81].

Sports mécaniques

[modifier | modifier le code]

Le beach-Cross de Berck se déroule chaque année en octobre.

Sports nautiques

[modifier | modifier le code]
Char à voile à Berck, image du Comité de Tourisme du Nord, 2011.

La plage permet la pratique de nombreux sports nautiques comme le char à voile.

Char à voile
[modifier | modifier le code]

L'épreuve des six heures de char à voile a lieu, chaque année, fin octobre.

En novembre 2022, à Ouistreham , l’« Éole Club de Berck » est sacré champion de France des clubs de char à voile[82].

Sport d'équipe

[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970/1980, la ville de Berck possédait un club de basket-ball, l'AS Berck, de renommée internationale, avec de nombreux champions recrutés en Amérique, qui fit partie des plus belles heures de gloire du championnat de France.

La section handibasket de l'AS Berck a aussi marqué de sa présence les championnats français (remportant dix fois le championnat et cinq fois la coupe de France) et européen (trois titres sur dix finales jouées, dont 9 consécutives) entre 1982 et 1992.

Sport équestre

[modifier | modifier le code]

L'hippodrome de la Mollière se situe boulevard de Paris. C'est un hippodrome de trot, plat et obstacle. Deux réunions par an s'y tiennent à la mi-août.

Autres sports

[modifier | modifier le code]

Depuis 2009, se déroule, en septembre, le « Triath'nature », un triathlon composé d'une épreuve, de natation (800 m), de VTT (26 km) et de course à pied (5,5 km)[83].

En décembre, se déroule la « verotière nocturne », course à pied nocturne de 10 km qui a lieu chaque année depuis le milieu des années 2000[84].

Pistes cyclables

[modifier | modifier le code]

La piste cyclable « La Vélomaritime », partie côtière française de la « Véloroute de l’Europe - EuroVelo 4 », qui relie Roscoff en France à Kiev en Ukraine sur 5 100 km, traverse la commune, en venant de Groffliers pour desservir Rang-du-Fliers[85],[86].

Sentier pédestre

[modifier | modifier le code]

Le sentier de grande randonnée GR 120 ou GR littoral (partie du sentier européen E9 allant du Portugal à l'Estonie), appelé aussi sentier des douaniers, traverse la commune en longeant la côte[87].

  • Culte catholique : église Saint-Jean-Baptiste et Chapelle de la marine (Berck-ville). Église Notre-Dame-des-Sables et Chapelle Saint-François-de-Sales (Berck-Plage) ;
  • Temple protestant et Salle des Témoins de Jéhovah à Berck-Plage ;
  • Synagogue à Boulogne-sur-Mer (38 km).

Entreprises et commerces

[modifier | modifier le code]

En 2012, de nombreux commerces sont présents sur la commune dans tous les domaines.

Berck compte un hypermarché (160 salariés[68]) et quatre supermarchés[88].

La société de gardiennage Angels Guard emploie 160 salariés[68].

Les phoques à Berck.

Malgré les terribles destructions du front de mer pendant la Seconde Guerre mondiale et sa reconstruction, toujours discutée, Berck offre un ensemble de maisons des XIXe siècle et début du XXe siècle exceptionnel par la diversité des styles, ainsi qu'une grande plage d'une douzaine de kilomètres, une grande variété d'activités et de sites de loisirs, des hôtels et restaurants qui attirent les touristes. Le pic touristique se situe en juillet-août, mais les ponts prolongés, un mois de septembre généralement ensoleillé, apprécié par les retraités, ainsi que les vacances de Mardi-Gras, de Pâques, de la Toussaint et de Noël entraînent le passage de nombreux visiteurs à Berck tout au long de l'année.

La ville compte près de 4 000 résidences secondaires et 1 700 places de camping (10 terrains)[68], une soixantaine de restaurants et près de 300 chambres d’hôtel, ainsi que de nouvelles chambres d'hôtes. Le Cottage des dunes, Centre européen d'accueil et d'hébergement, reçoit de nombreux groupes de toutes nationalités.

Le casino accueillerait 350 000 visiteurs par an, le parc d'attractions de Bagatelle (premier introduit en France en 1955, inspiré de Disneyland, en Californie) 300 000 visiteurs par an. La ville est également équipée d'un musée, d'un complexe de loisirs, Agora (45 salariés), comprenant piscine (dont un bassin à vagues), spa, jeux de quilles, billards et restaurant sur la plage, de l'hippodrome de la Molière au sud et d'un aérodrome doté de deux pistes gazonnées de 900 et 600 m, avec aéroclub et club ULM au nord[68].

Chaque année, à Pâques, les Rencontres internationales de cerfs-volants attirent près d'un million de visiteurs sur deux semaines.

Industrie et transports

[modifier | modifier le code]

L'industrie est présente avec les textiles Uniflockage (65 salariés) et les conserves de poissons Alliance (La Dieppoise, 35 salariés). Les voyages Dumont, société de transport par autocars, comptent 45 salariés[68].

L'ensemble des équipements de santé constitue un gisement d'emplois déterminant.

Culture locale et patrimoine

[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]

Monuments historiques

[modifier | modifier le code]

La commune dispose de quatre monuments qui font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques (MH) :

  • l'église Saint-Jean-Baptiste, du XIIIe siècle, représente un type d'église-phare. Pour le chœur et le clocher (inscription aux monuments historiques en 1926)[89] ;
  • l'église Notre-Dame-des-Sables pour ses peintures murales du chœur (inscription aux monuments historiques en 1993). Ses boiseries de type « norvégien » sont uniques en France[réf. nécessaire]. Le tableau central a été réalisé par une jeune malade, d'après ses visions de la Vierge dans les dunes de Berck[90]. Depuis 2019, d'importants travaux de rénovation, pour un coût de 2 000 000 euros, permettent à l'édifice de retrouver son aspect original[91] ;
  • la chapelle Sainte-Elisabeth-de-Hongrie de l'hôpital Cazin-Perrochaud, pour ses peintures murales d'Albert Besnard (inscription aux monuments historiques en 1975)[92] ;
  • le phare de Berck, mis en service en 1961, avec son bâtiment et son mur d'enceinte (inscription en totalité aux monuments historiques en 2010)[93].

Inscription au titre d'objet des monuments historiques

[modifier | modifier le code]

Autres monuments

[modifier | modifier le code]
  • Le musée de France d'Opale Sud propose une collection de peintures marines, de diverses pièces d'archéologie et de documents sur l'ethnographie et la pêche.
  • L'hôtel de ville. Construit sur les plans de l’architecte hesdinois Clovis Normand, il est inauguré le [96].
  • Le casino est l'ancienne gare de Berck-Plage dont le « tortillard », la reliant jadis à la gare centrale SNCF, a été remplacé par une navette de bus en 1955.
  • L'avenue face au casino est bordée de maisons à pignons très nordiques. La rue de Lhomel offre une variété exceptionnelle de villas (dont les pastiches du Petit Trianon de Versailles, d'un castel andalou et d'un château-fort médiéval) et tout près, l'Hôtel Régina, le palace de Berck, comportant un spa, symbolise le style de la Belle-Époque.
  • Le Cinos, cinéma multiplexe de Berck et de l'Opale Sud, est implanté près du Casino (place du 18-Juin). Il a ouvert ses portes le mercredi 16 juillet 2014. Il est également proche de la médiathèque.
  • Le Familia Théâtre, ancienne salle paroissiale fondée en 1929, devenue salle de spectacles vivants, sous la direction du comédien Matthieu Kalka. Il a ouvert ses portes le dimanche 8 avril 2018.
  • Le monument aux morts et les autres lieux de mémoire[97].

Gastronomie

[modifier | modifier le code]

Les moules de bouchot (cueillies sur la plage-Nord), petites crevettes grises, soupe de moules, kippers au poivre, coquille de poisson mayonnaise ou gratinée, welsh, caudière berckoise (« bouillabaisse » de la Manche), galette berckoise, tarte au flan et aux pruneaux (ou tarte au papin).

Les « succès berckois », berlingots commercialisés depuis 100 ans (en 2022) et fabriqués dans une confiserie située rue Carnot[98].

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]
Berck, calvaire des marins.

Berck dans les arts et la culture

[modifier | modifier le code]

Berck dans la peinture

[modifier | modifier le code]

Plusieurs peintres, de ce qui allait devenir L'École de Berck, ont séjourné et peint à Berck : Édouard Manet, qui avait une résidence à Boulogne-sur-Mer, a peint le Bateau goudronné sur la plage de Berck en 1873 ; Eugène Boudin ; Albert Besnard, qui exécuta au moins cinq gravures à l'eau-forte sur des motifs inspirés de Berck[103], ainsi que plusieurs huiles ; Francis Tattegrain ou encore Eugène Trigoulet.

Berck dans la littérature

[modifier | modifier le code]
  • Jean-Paul Sartre : Les Chemins de la liberté.
  • Louis Aragon : Les Cloches de Bâle.
  • Christian Morel de Sarcus : Une année à Berck.
  • Clovis Fauquembergue : Requiem-Plage.
  • Sylvia Plath : « Berck-Plage », dans Ariel.
  • Max Blecher : Cœurs cicatrisés (trad. en français Gabrielle Danoux, 2014), roman dont l'action se déroule presque entièrement à Berck.
  • François Aman-Jean : Annie de Berck et Marie de Montreuil (Buchet-Chastel, 1963).
  • Ingrid Klupsch : Meurtres à la Jérôme Bosch (Hyperion-Avenue, 2019).

Berck au cinéma

[modifier | modifier le code]

Berck a servi de décor et d'imaginaire au cinéma à de multiples reprises :

Berck à la télévision

[modifier | modifier le code]

Héraldique

[modifier | modifier le code]
Blason de Berck (Pas-de-Calais) Blason
Parti d'azur et de gueules à une ancre marine d'argent brochant sur la partition, enlacée d'un filin d'or et accostée de deux poissons d'argent adossés en pal[109].
Ornements extérieurs
Croix de guerre 1939-1945
Détails
Blason conçu vers 1875 par Clovis Normand, architecte d'Hesdin, à la demande du maire de l'époque, Alfred Macquet.

Adopté en 1875.

Pour approfondir

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

[modifier | modifier le code]
  • B. H. Gausseron, La santé par la mer : Berck-Plage (Ouvrage orné de 17 figures), Paris, Imprimerie Larousse, , 61 p. (lire en ligne).
  • L. Duplais, Berck-sur-Mer (Histoire de), Le Livre d'histoire, Paris 1988, [lire en ligne], (ISBN 2-904951-49-0).
  • Service « Patrimoine Culturel » de la Direction de la Culture du Conseil Régional Nord-Pas-de-Calais (2014) "Berck, du soin à la villégiature" ; 112 pages, 215 illustrations, Éditions "Lieux Dits", Collection Images du patrimoine.

Ouvrages consultables aux archives départementales du Pas-de-Calais[110] :

  • P. Cochon et F. Goudeau, Regards... sur Berck-Plage et Groffliers, Groffliers, Photos-Passion, 1997.
  • P. Coppin, Notes historiques sur la paroisse de Berck-sur-Mer de 1881 à 1911, Montreuil, Fontaine-Dupont, 1927.
  • G. Dilly, Berck-sur-Toile, Berck, Centre de Recherches Archéologiques et de Diffusion Culturelle, 1998.
  • G. Dilly, D. Piton et C. Trépagne, Trésors enfouis en terre d'Opale. Collections d'archéologie au musée de Berck-sur-Mer, Berck, Centre de Recherches Archéologiques et de Diffusion Culturelle, 2002.
  • L. Duplais, Le vieux Berck. Réimpression de l'ouvrage imprimé en 1909, Paris, Res Universis, 1993.
  • J.-M. Gonsseaume, Le patrimoine architectural religieux de proximité de Berck-sur-Mer, Berck, Pierre Trollé, 1998.
  • G. De Lhomel, Documents pour servir à l'histoire de Berck, Abbeville, A. Lafosse, 1913.
  • C. Lys-Cousin, M. Crépin et G. Crépin, Un hôpital crée une ville. L'Hôpital Maritime de Berck-sur-Mer, Assistance publique-Hôpitaux de Paris, de sa création jusqu'en 1920, Berck, Centre de Recherches Archéologiques et de Diffusion Culturelle, 1999.
  • J.-P. Mina, Berck-sur-Mer, Saint-Cyr-sur-Loire, Alan Sutton, 2004.
  • Berck-sur-Mer du soin à la villégiature, Lille, Lieux dits, 2014.

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Infrastructures de transport

Patrimoine

Sports

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Notes et références

[modifier | modifier le code]
Cet article est partiellement ou en totalité issu de l'article intitulé « Hippodrome de la Mollière » (voir la liste des auteurs).
  1. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  2. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  3. Une unité urbaine est, en France, une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) et comptant au moins 2 000 habitants. Une commune doit avoir plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie.
  4. Dans une agglomération multicommunale, une commune est dite ville-centre lorsque sa population représente plus de 50 % de la population de l’agglomération ou de la population de la commune la plus peuplée. L'unité urbaine de Berck comprend deux villes-centres (Berck et Étaples) et cinq communes de banlieue.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Cet hôpital, ouvert en 1872, est agrandi en 1883 et vendu en 1931, à la mort de Laura de Rothschild, à la Fondation franco-américaine. Cet hôpital est détruit lors de la Seconde Guerre mondiale
  7. Liste du maire sortant ou de la maire sortante
  8. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  10. nommé « Marie-Jeannine » dans l'article de La Voix du Nord en référence.
  11. "Remonter le temps" est un outil de comparaison de l’évolution de l’occupation des sols dans le temps sous forme de cartes ou photos aériennes : carte de Cassini (XVIIIe siècle), carte d'état-major (1820-1866) et période actuelle (1950 à aujourd'hui). Pour comparer deux autres cartes, sélectionner les cartes en haut de la page.
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]
  1. Fabrice Leviel, Pourquoi la plage de Berck est-elle si difficile à surveiller ? dans La Voix du Nord, le 1er juillet 2017
  2. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. « Berck » sur Géoportail.
  4. « Site géologique NPC0011 - Dunes "picardes" de Merlimont-Berck », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  5. « Site géologique NPC0052 - estuaire de l'Authie », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  6. « Données de la commune », sur le site du service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau (Sandre) (consulté le ).
  7. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  8. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Berck et Le Touquet-Paris-Plage », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France « Le-Touquet » (commune du Le Touquet-Paris-Plage) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  11. « Station Météo-France « Le-Touquet » (commune du Le Touquet-Paris-Plage) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  12. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  13. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  14. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysage des dunes et estuaires d’Opale », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Les espaces protégés. », sur le site de l’Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  16. « Espace protégé FR1100146 - dunes de Berck », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  17. « Espace protégé FR1100147 - baie d'Authie rive Nord », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  18. « ZNIEFF 310007234 - dunes de Merlimont », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  19. « ZNIEFF 310007240 - rive Nord de la Baie d’Authie », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  20. « ZNIEFF 310013318 - Bocages et prairies humides de Verton », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. « ZNIEFF 310013737 - Mollières de Berck », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. « Patrimoine géologique NPC0052 - Estuaire de l'Authie », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. (en) « The Natura 2000 protected areas network », sur European Environment Agency (consulté le ).
  24. « Natura 2000 FR3100481 - dunes et marais arrière-littoraux de la plaine maritime picarde », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « Natura 2000 FR3100482 - Dunes de l'Authie et Mollières de Berck », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. « Natura 2000 FR3102005 - Baie de Canche et couloir des trois estuaires », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  27. « Natura 2000 FR3112004 - Dunes de Merlimont », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  28. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  29. « Unité urbaine 2020 de Berck », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  30. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Berck ».
  31. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Berck », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  32. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  33. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  34. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  35. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  36. Florent Caffery, « Habitat indigne : le permis de louer mis en place à Berck et à Étaples », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. a et b Comte Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 43.
  38. a b c et d Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 72b.
  39. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Librairie Droz, Genève, p. 732, n° 12349 (lire en ligne) [1]
  40. a et b François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150), p. 37
  41. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  42. Archives Nationales, AN MCET/XLIV/321 Etude de Me Nicolas Ier de Savigny
  43. Encyclopedia Brittanica
  44. « Ancien hôpital marin, dit hôpital Nathaniel-de-Rothschild, puis hôpital Jalaguier (détruit) », sur inventaire.hautsdefrance.fr (consulté le ).
  45. Manet, Musée d'Orsay
  46. (en) « Berck, Beach scène », sur Musée d'Israël (consulté le ).
  47. Un Livre de Famille : Les Duplais des Touches. par Antoine Duplais des Touches (Cousin germain de Léonie. Arbre généalogique) 1895 - Edition numérisée sur Gallica.
  48. Rochefortaise et Berckoise : Léonie Duplais, publiciste.par Hippolyte Parat (ancien maire de Rochefort). Imprimerie H. Vaillant Carmanne. Liège 1910
  49. Bombardements des 2 et 5 juin 1944 sur lescartesdeberck.over-blog.com, le 18 juillet 2007
  50. Philippe Lambert, « Le sort des Juifs de Berck, persécutés durant la Seconde Guerre mondiale », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  51. La Voix du Nord, « Berck : le docteur Léon Landau, de Berck, déporté parmi tant d’autres », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  52. Marc Nicolet, « La lente agonie des cordiers à voile », dans Cent ans de vie dans la région, tome 3 : 1939-1958, La Voix du Nord éditions, hors série du 17 juin 1999, p. 72-73.
  53. Haydée Sabéran, « Berck, l'âme hospitalière », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  54. Préfet du Pas-de-Calais, « Projet de schéma départemental de coopération intercommunale 2015 » [PDF], sur pas-de-calais.gouv.fr, Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  55. « - Jean-Luc Bouvier dévoile sa liste « Berck Passionnément » et une partie du programme », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  56. « Guy Malgouzou, maire de Berck (C.D.S.) » [2]
  57. a b et c Sylvain Delage, « Berck : élu maire, Bruno Cousein lance le pari de « faire mieux avec moins » : Jean-Marie Krajewski n’est plus maire de Berck. Vendredi soir, il a laissé la place à Bruno Cousein, qui a retrouvé avec émotion le fauteuil qu'il avait quitté en 2008. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  58. a et b Sylvain Delage, « Berck : Bruno Cousein revient aux affaires ce vendredi soir, mais qui est-il exactement ? », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  59. Sylvain Delage, « Municipales à Berck : l'ancien maire Bruno Cousein écrase tout sur son passage, la gauche est laminée », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  60. David Bonfy, « Bruno Cousein ceint de l’écharpe tricolore pour la 3e fois : Bruno Cousein ceint de l’écharpe tricolore pour la 3e fois », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  61. « Welcome to nginx! », sur cafeyn.co (consulté le ).
  62. a b et c « https://pastel.diplomatie.gouv.fr/cncdext/dyn/public/atlas/rechercheAtlasFrance.html?criteres.collectiviteId=24492 »
  63. « 62 - Berck sur Mer », sur Le site du Pavillon bleu (consulté le ).
  64. Ju. M., « Pavillon Bleu 2022 : trois plages et trois ports conservent le label dans le Nord – Pas-de-Calais », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  65. Élodie Adjoudj, « Tourisme : comment Berck se plie en quatre pour accueillir les chiens et leurs maîtres », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  66. « Étaples quatre fleurs », sur villes-et-villages-fleuris.com (consulté le ).
  67. « La ville de Berck décroche une quatrième fleur », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  68. a b c d e f et g Berck sur le trésor des régions, site personnel du géographe Roger Brunet, consulté le 23 août 2011
  69. Institut de formation en ergothérapie (IFE) de Berck
  70. Institut de formation en masso-kinésithérapie (IFMK) de Berck
  71. « Histoire de la chirurgie orthopédique "la bande des quatre" », sur biusante.parisdescartes.fr (consulté le ).
  72. « Tribunaux dont la commune dépend », sur justice.fr (consulté le ).
  73. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  74. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  75. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  76. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Berck (62108) », (consulté le ).
  77. Insee, « Évolution et structure de la population en 2021 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  78. Cécile Legrand-Steeland, « À Berck, le premier salon du polar interpelle le public et touche sa cible », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  79. Fabrice Leviel, « Le cinéaste Robert Guédiguian sera l’invité d’honneur de la prochaine édition de Cinémondes », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  80. Louis Rengard (photogr. Pascal Bonnière), « C’est parti pour Cinémondes, le festival international du film indépendant de Berck », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  81. Fabrice Leviel, « La ville de Berck fière d’accueillir la flamme olympique l’été prochain », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  82. Alain Barba, « L’Éole Club de Berck, champion de France des clubs de char à voile », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  83. La Voix du Nord, « C'est la 13e édition du triath'nature », La Voix du Nord,‎ , p. 11 (lire en ligne, consulté le ).
  84. Alain Barba, « Un froid glacial, un sol gelé, les 230 engagés de la Vérotière à Berck ont dégusté », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  85. « Le Crotoy / Berck - La Vélomaritime / EuroVélo 4 », sur francevelotourisme.com (consulté le ).
  86. « EuroVelo 4 - Véloroute de l'Europe Centrale », sur eurovelo.com (consulté le ).
  87. Fédération française de randonnée, GR 120 : De la Flandre à la baie de Somme, Hauts-de-France, imprimerie Corlet, coll. « Topoguides », 2022 pages totales=96 (ISBN 978-2-7514-1221-9)
  88. Statistiques du nombre d'équipements et de services en 2010, Insee
  89. Notice no PA00108197, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  90. Notice no PA00125635, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  91. Alain Barba, « Les travaux avancent bien à l’église Notre-Dame-des-Sables de Berck », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  92. Notice no IA62001712, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  93. Notice no PA62000112, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  94. « bateau Marie-Jeanne », notice no PM62001467, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  95. Dominique Douchin, « Le parc naturel marin au chevet d’un des derniers bateaux de pêche berckois : Le Marie-Jeannine a été construit en 1963 à Boulogne-sur-Mer. C’est l’un des derniers bateaux berckois à échouage à avoir pratiqué la pêche. Il est inscrit à l’inventaire des Monuments historiques. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  96. Philippe Lambert, « La place et l’hôtel de ville de Berck fêtent 180 ans d’histoire », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  97. « Le monument aux morts », sur monuments-aux-morts.fr (consulté le ).
  98. Claire de Vregille, « Le Succès berckois a 100 ans: approchez, le nouveau décor a des histoires à vous raconter », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  99. V. J. V., « Nécrologie : Paul Perrochaud, officier de la Légion d'honneur, médecin en chef des deux hôpitaux maritimes de Berck-sur-Mer », La Presse thermale et climatique : stations thermales, balnéaires, climatiques et touristique,‎ , p. 347-349 (lire en ligne sur Gallica, consulté le ).
  100. Victor Contamin (en), « Discours prononcé sur la tombe de M. Lavezzari décédé à Berck-sur-Mer le 13 juillet 1887 », Mémoires et compte rendu des travaux de la Société des ingénieurs civils, vol. 48,‎ 1887 (2e semestre), p. 251-253 (lire en ligne, consulté le ).
  101. Philippe Lambert, « Il y a 110ans, la cavale de «l’homme à la carabine» prenait fin à Berck », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  102. Luca Niculescu (@LucaNiculescu), « Plaque mémorielle pour Clara Haskil à Berck », sur Twitter, 24 novembre 2022 à 8h19 (hne) (consulté le )
  103. Louis Godefroy, L'œuvre gravé de Albert Besnard, Paris, Loÿs Delteil, 1926
  104. Annabelle Thesse, « Le film «Tout fout le camp», tourné à Berck, sera présenté le 30 septembre au Cinos », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  105. Emmanuel Bouin, « Fabrice Luchini et Philipe Katerine en tournage à Montreuil-sur-Mer », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  106. Cécile Legrand-Steeland (photogr. Johan Ben Azzouz), « On a vu le film « Un Homme heureux » en avant-première au Touquet », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  107. Dominique Douchin, « Le nouveau film d’Artus et Ahmed Sylla se tourne en ce moment à Berck : Le film «  Ici et là-bas  » avec Artus et Ahmed Sylla est tourné en partie à Berck. Le tournage a commencé ce lundi avec un mois d’avance. Une centaine de figurants ont été engagés. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  108. C.D.V., « Le reportage de Thalassa sur les sauveteurs en mer berckois sera diffusé dimanche 23 janvier », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  109. « 62108 Berck (Pas-de-Calais) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).
  110. « La commune de Berck », sur archives départementales du Pas-de-Calais (consulté le ).