Berbérine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Berbérine
Image illustrative de l’article Berbérine
Identification
No CAS 633-66-9
No ECHA 100.016.572
No CE 211-196-4
SMILES
Apparence poudre jaune
Propriétés chimiques
Formule brute C20H18ClNO4  [Isomères]
Masse molaire[1] 371,814 ± 0,021 g/mol
C 64,61 %, H 4,88 %, Cl 9,54 %, N 3,77 %, O 17,21 %,
Propriétés physiques
fusion 200 °C
Précautions
Directive 67/548/EEC
Nocif
Xn



Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

La berbérine est un alcaloïde produit par certains végétaux qui est très utilisé dans la pharmacopée asiatique. Parmi les plantes médicinales, la berbérine est un alcaloïde de l'isoquinoléine que l'on trouve dans l'espèce Berberi. Des études de faible qualité menées chez l'homme ou le plus souvent sur la souris voire in vitro ont suggéré qu'en agissant sur diverses voies cellulaires, la berbérine posséderait des propriétés antibactérienne, antifongique, antivirale, anti-inflammatoire[2], antipyrétique, antidiarrhéique, antiarythmique de classe III[3], métaboliques (améliorant l'hyperglycémie, le diabète de type 2[4], les hyperlipidémies, tant l'hyper-cholestérolémie que l'hyper-triglycéridémie)[5], neuroprotectrice[6], anti-âge[7],[8]. Toutefois, en 2018, il n'y a pas d'efficacité thérapeutique prouvée, mais des effets sont considérés comme probables dans le traitement des aphtes, du diabète, de l'hypertension, de l'hypercholestérolémie et du SOPK[9]. La berbérine a fait l'objet, le 1/8/2019, d'un avis de l'ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) qui alerte sur le risque de surconsommation.

Physiologie[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, la pharmacognosie est considérée comme une science précieuse dans la prévention et le traitement des maladies.

La biodisponibilité de la berbérine est faible[10], ce qui signifie que seulement une petite proportion de la dose ingérée traverse la barrière intestinale, arrive au foie par la veine porte, où elle est partiellement métabolisée et se distribue enfin dans tout l'organisme via la voie artérielle. Mais ce n'est pas un gros problème, l'action systémique de la berbérine passant pour une part importante via soit la modification du microbiote intestinal et de ses métabolites, soit après métabolisation de la berbérine par ce même microbiote.

La demi-vie de la berbérine est également faible, de l'ordre de 4 heures. Cela implique que les doses quotidiennes doivent être idéalement réparties en 3 prises. Pour un adulte la dose quotidienne va généralement de 500 mg à 1.500 mg. Les contre-indications sont les enfants et la femme enceinte. Les effets secondaires, lors de fortes doses, sont constipation ou inconfort digestif.

Dans les cellules, la berbérine se localise notamment dans les mitochondries où elle inhibe le complexe I de la chaîne respiratoire, diminuant ainsi la production d'ATP et l'activation subséquente de l'AMPK, ce qui entraîne la suppression de la signalisation mTOR[7].

Liste de recherches[modifier | modifier le code]

Infections[modifier | modifier le code]

Infections bactériennes[modifier | modifier le code]

La berbérine possède un large spectre antibactérien[11]. Certaines recherches ont été entreprises sur l'utilisation possible contre l'infection par Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM)[12]. La berbérine est considérée comme un antibiotique[13],[14]. Lorsqu'elle est appliquée in vitro et en association avec la méthoxyhydnocarpine, un inhibiteur des pompes à résistance multiple aux médicaments, la berbérine inhibe la croissance de Staphylococcus aureus[15] et de Microcystis aeruginosa[16], une cyanobactérie toxique.

Parodontite[modifier | modifier le code]

La maladie parodontale est une maladie des tissus parodontaux associée à une infection bactérienne caractérisée par la destruction des structures de soutien dentaire, y compris l'os alvéolaire. L'objectif idéal du traitement parodontal est la régénération complète de l'os alvéolaire dans un micro-environnement sain, exempt d'infection[17].

La berbérine inhibe non seulement fortement la croissance de Porphyromonas gingivalis, mais également la gingipaïne, son facteur principal de virulence dans le processus de destruction du tissu parodontal[17].

Dans les cellules souches mésenchymateuses osseuses l'expression de nombreux gènes liés à l'ostéogenèse est perturbée par l'infection à Porphyromonas gingivalis. En rétablissant l'expression physiologique de ces gènes via la voie de signalisation Wnt / β-caténine, la berbérine favorise la différenciation ostéogénique permettant une régénération osseuse parodontale[17].

Les pouvoirs antibactérien et anti-gingipaïne combinés à la promotion de la différenciation ostéogénique, permettent ainsi à la berbérine de régénérer efficacement les tissus parodontaux[17].

Infections fongiques[modifier | modifier le code]

Le chlorhydrate de berbérine exerce des effets inhibiteurs sur Trichophyton mentagrophytes qui peut infecter tous les mammifères, y compris les lapins, provoquant de graves infections entraînant des pertes économiques considérables pour les éleveurs de lapins[18].

Infections virales[modifier | modifier le code]

cytomégalovirus[modifier | modifier le code]

L'identification et la validation de nouvelles petites molécules capables d'inhiber la réplication du cytomégalovirus humain (HCMV) restent une priorité pour développer des alternatives aux inhibiteurs de l'ADN polymérase actuellement utilisés, qui souffrent souvent d'une toxicité à long terme et de l'apparition d'une résistance croisée[19]. De faibles concentrations micromolaires de berbérine inhibent la réplication de différentes souches de HCMV, y compris des isolats cliniques et des souches résistantes aux inhibiteurs approuvés de l'ADN polymérase, en interférant avec l'activité transactivante de la protéine virale Immediate Early-2 (IE2)[19].

Hépatite C[modifier | modifier le code]

Malgré l'avènement des antiviraux à action directe (AAD), le virus de l'hépatite C (VHC) reste un problème de santé publique important dans le monde. Il n'existe actuellement aucun vaccin efficace contre ce virus et les AAD actuellement utilisés ne peuvent prévenir l'infection de novo, y compris en cas de greffe du foie où le foie du donneur est inévitablement réinfecté[20]. Le développement d'inhibiteurs de l'entrée du VHC à l'aide de petites molécules dérivées de la nature peut aider à élargir ou compléter les options de traitement actuelles. La berbérine a été identifiée en tant qu'inhibiteur puissant de l'entrée du VHC qui mérite une évaluation plus approfondie, en particulier pour son utilisation dans le cadre d'une greffe afin d'éviter la réinfection du greffon par le VHC[20].

Virus Zika[modifier | modifier le code]

Le virus Zika (ZIKV) est associé à de graves problèmes de santé et des recherches intensives ont été entreprises pour découvrir différents moyens de prévenir et de traiter l'infection. La berbérine et l'émodine se sont révélées particulièrement efficaces contre l'entrée et la réplication de plusieurs virus, déclenchant notamment un effet virucide puissant sur le ZIKV[21].

VIH[modifier | modifier le code]

Bien que l'hypercholestérolémie augmente le risque cardiovasculaire chez les patients infectés par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH), les statines sont sous-utilisées dans cette population en raison du risque d'interactions médicamenteuses avec le traitement antirétroviral[22]. Une administration prolongée chez 30 patients infectés par le VIH sous traitement antirétroviral d'une association de levure de riz rouge et de berbérine s'est accompagnée d'une réduction jugée significative du taux de cholestérol plasmatique et de PCSK9, atténué l'inflammation infraclinique et amélioré la rigidité artérielle[22].

Maladies cardio-vasculaires[modifier | modifier le code]

La berbérine atténue le dysfonctionnement cardiaque chez le rat via l'amélioration de l'hyperglycémie et de l'hypercholestérolémie, atténuant l'accumulation de lipides cardiaques et favorisant le transport du glucose[23].

Infarctus du myocarde[modifier | modifier le code]

Lors de lésions d'anoxie-réoxygénation (ou ischémie-reperfusion), comme lors d'un infarctus myocardique, d'une opération de pontage coronarien ou d'une transplantation cardiaque[24] elle réduit l'autophagie et l'apoptose des cardiomyocytes[25] en augmentant l'expression de Bcl-2 et Bcl-xl. L'inflammation y jouant également un rôle important[26], la berbérine inhibe la voie NF-κB médiée par MAPK p38[27], ce qui diminue les cytokines inflammatoires IL-6, TNF-α, IL-10 et IL-17A[28]. Enfin, la berbérine atténue le remodelage ventriculaire gauche et le dysfonctionnement cardiaque après un infarctus aigu du myocarde[29].

En cas d'insuffisance cardiaque, la berbérine est utile en diminuant notamment les lipides sanguins, la pression artérielle, le rythme cardiaque[30] et le poids corporel. Elle est également utile contre le dysfonctionnement du myocarde induit par les LPS[24],[31].

Dyslipidémie[modifier | modifier le code]

Une association nutraceutique contenant une levure de riz rouge, de la berbérine liposomale et de la curcumine, prise une fois par jour pendant 8 semaines, a démontré une amélioration des paramètres lipidiques et inflammatoires chez des patients présentant une hypercholestérolémie légère à modérée.

Par rapport aux valeurs initiales, la combinaison nutraceutique a entraîné une réduction statistiquement significative des paramètres lipidiques : cholestérol total (-20,4%, p <0,05), LDL (-27,6%, p <0,05), LDL oxydées (-23,2%, p <0,05), triglycérides (-17,9%, p <0,05), mais également des marqueurs d'inflammation, tels que la CRP ultra-sensible (-15,4%, p <0,05) et le TNF-α (-14,3%, p <0,05).

La proprotéine convertase subtilisine/kexine de type 9 (PCSK9) est une enzyme qui participe au métabolisme du cholestérol. Dans le foie, elle se fixe aux récepteurs du LDL-cholestérol et induit leur dégradation. Ce phénomène ralentit le captage et la dégradation du LDL-cholestérol[32], augmentant ainsi les taux sanguins. Elle est également exprimée dans les entérocytes, où elle augmente l'absorption des triglycérides[33], et dans les cellules musculaires lisses des vaisseaux sanguins[34]. Elle faciliterait de plus l'apoptose et contribuerait au syndrome inflammatoire[35] et à la réponse en cas de choc septique[36]. Le taux sanguin de PSCK9 est corrélé avec le risque vasculaire[37] et, malheureusement, les statines augmentent le taux sérique de PCSK9.

Une association contenant une levure de riz rouge et de la berbérine présente l'avantage de réduire significativement aussi bien les taux de cholestérol plasmatique que de PCSK9, tout en atténuant l'inflammation et améliorant la rigidité artérielle[22].

Hypertension artérielle pulmonaire[modifier | modifier le code]

L'hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) est une maladie diffuse du remodelage microvasculaire pulmonaire accompagnée d'une prolifération maligne de cellules musculaires lisses de l'artère pulmonaire, qui provoque une élévation persistante de la pression artérielle pulmonaire conduisant à l'hypertrophie ventriculaire droite (HVD)[38].

Malheureusement, les traitements actuels ciblant le remodelage vasculaire pulmonaire et l'HVD restent peu efficaces pour inverser l'HTAP et empêcher les décès[38].

Chez les patients atteints d'HTAP, la suractivation de Src, une protéine tyrosine kinase, joue un rôle important dans la croissance, la prolifération et l'invasion des cellules tumorales[38].

La berbérine inhibe l'activation de Src et inverse significativement le remodelage vasculaire pulmonaire distal dans l'HTAP via la voie de signalisation Akt / mTOR / HIF-1α (facteur-1α inductible par l'hypoxie)[38]. Par ce mécanisme, la berbérine entraîne une diminution de la pression systolique ventriculaire droite et finalement une amélioration de l'HVD[38].

En outre, la berbérine atténue l'hypertension artérielle pulmonaire induite par l'hypoxie via diverses voies :

  • augmentation du récepteur de la protéine morphogénétique osseuse de type II (BMPR-II) et de ses molécules en aval P-smad1 / 5
  • diminution de l'expression du facteur de croissance transformant-β (TGF-β) et de ses molécules en aval -smad2 / 3
  • diminution de l'antigène nucléaire de cellules en prolifération (PCNA) et de l'actine du muscle lisse α
  • augmentation du récepteur γ activé par les proliférateurs de peroxysomes (PPAR-γ) Notre étude a démontré que l'effet protecteur du BBR contre les HAP induits par l'hypoxie chez un modèle de souris peut être obtenu par une modification de la signalisation du BMPR-II et du TGF-β

Pathologies métaboliques[modifier | modifier le code]

Stéatose hépatique non-alcoolique (NASH)[modifier | modifier le code]

L'inhibition de la β-oxydation mitochondriale (β-OX) des lipides participe à la pathogenèse de la NASH. La berbérine soulage la NASH en activant le SIRT3 qui régule la β-OX mitochondriale en désacétylant son substrat, l'acyl-coenzyme A déshydrogénase à longue chaîne (LCAD). Ainsi la berbérine améliore de manière significative le métabolisme systémique et hépatique des lipides. La berbérine atténue donc l'inhibition de la β-OX des acides gras qui est induite par un régime riche en graisses, en partie par la désacétylation du LCAD médiée par SIRT3[39].

Syndrome des ovaires polykystiques[modifier | modifier le code]

Récemment, de nouvelles preuves ont montré que le microbiote intestinal était étroitement lié aux maladies métaboliques telles que le diabète de type 2, l'obésité et le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)[40].

Le SOPK est un syndrome endocrinien et métabolique fréquent chez les femmes en âge de procréer, souvent associé à une résistance à l'insuline[40]. La résistance à l'insuline et l'intolérance au glucose sont des complications métaboliques très courantes chez les femmes atteintes du SOPK, en particulier chez celles présentant un excès de poids[41].

Dans une étude, des suppléments de probiotiques, en restaurant la diversité du microbiote intestinal, ont amélioré la fonction de reproduction et le SOPK. La berbérine, quant à elle, a considérablement réduit la diversité des espèces bactériennes et la quantité de microbiote intestinal et n'a montré aucune amélioration du SOPK[40].

Une méta-analyse sur 9 essais contrôlés randomisés a démontré les résultats suivants[42] : aucune différence significative n'a été observée entre la berbérine (BBR) et la metformine (MET) en ce qui concerne le soulagement de la résistance à l'insuline, l'amélioration du métabolisme des glucides et des lipides ou l'état de la fonction endocrinienne de la reproduction. Le MET associé au BBR n'était pas supérieur au MET seul, mais l'acétate de cyprotérone (CPA) associé au BBR était supérieur au CPA seul pour l'amélioration de certains indices du système endocrinien de la reproduction. La combinaison de BBR et d'herbes chinoises a également montré un effet positif[42]. Cependant, les données sont insuffisantes pour tirer des conclusions sur l'effet du BBR sur le SOPK associé à une insulino-résistance[42].

Les stratégies visant à traiter l'excès de poids et l'adiposité abdominale, par la modification du mode de vie et les médicaments sensibilisant à l'insuline, peuvent améliorer la résistance à l'insuline et la tolérance au glucose chez les femmes atteintes de SOPK[41]. Cependant, l'amélioration des signes et des symptômes du SOPK nécessite généralement une perte de poids importante pour qu'elle soit perceptible. La chirurgie bariatrique est apparue comme l'approche la plus efficace pour les patientes obèses atteintes de SOPK, car l'intolérance au glucose, le diabète et le SOPK disparaissent dans la plupart des cas[41]. À l'heure actuelle, le rôle des nouveaux médicaments ciblant la résistance à l'insuline et / ou le diabète, tels que les inositols, la berbérine, le resvératrol et les traitements à base d'incrétine n'a pas encore été correctement établi[41].

Pathologies ostéo-articulaires[modifier | modifier le code]

Ostéoporose[modifier | modifier le code]

L'ostéoporose résulte d'une perturbation du remodelage osseux, caractérisé par une formation excessive d'ostéoclastes qui entraîne une perte osseuse. Chez la souris, la berbérine inhibe de manière significative la formation d'ostéoclastes en agissant sur de multiples voies de signalisation. Par exemple, la berbérine supprime la différenciation des ostéoclastes induite par le RANKL (receptor activator of NF-κB ligand) en inhibant l'expression de c-Fos et de NFATc1. Elle inhibe également la phosphorylation de Akt, p38 et ERK, ainsi que la dégradation de I-κB induites par RANKL[43]. Cette perte osseuse peut notamment être médiée par le lipopolysaccharide (LPS).

Discopathie inter-vertébrale[modifier | modifier le code]

La dégénérescence discale intervertébrale (DDI) est largement considérée comme l'une des principales causes des lombalgies chroniques. Son évolution est étroitement liée à l'inflammation, à l'apoptose des cellules du noyau pulpeux et à la dégradation de la matrice extracellulaire[44].

Par inhibition de la voie NF-κB, la berbérine diminue des facteurs cataboliques tels que différentes métalloprotéinases, tout en augmentant des facteurs anaboliques[44]. La berbérine empêche la dégradation de la matrice extracellulaire et l'apoptose des cellules du noyau pulpeux des disques intervertébraux. En inhibant la réponse inflammatoire, la berbérine possède donc un potentiel thérapeutique dans le traitement de la DDI et la prévention de l'arthrose[44].

Arthrite[modifier | modifier le code]

La berbérine est dotée d'excellentes propriétés anti-inflammatoires, en réduisant le gonflement articulaire, l'infiltration des tissus et leur destruction par des cellules inflammatoires[45].

La berbérine a des effets thérapeutiques significatifs en régulant la polarisation des macrophages via la voie AMPK / NF-кB : augmentation de l'AMPK et inhibition de la voie NF-kappa-B avec diminution de la cyclo-oxygénase-2 (COX-2)[45].

La berbérine diminue la fonction phagocytaire des macrophages et rétablit leur équilibre M1 / M2 en réduisant, d'une part, les taux de cytokines M1 (facteur de nécrose tumorale-α ou TNF- α, IL-1β et IL-6) ainsi que de l'oxyde nitrique synthase inductible (iNOS) et, d'autre part, en augmentant les niveaux de cytokines M2 (IL-10 et facteur de croissance transformant-β1ou TGF- β1) ainsi que de l'arginase 1 (Arg1)[45].

La berbérine réduit également le rapport cellules Th17 / Treg[45].

Espèces végétales à berbérine[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. Mohan MC, Abhimannue AP, B PK. Identification and Characterization of Berberine in Tinospora cordifolia by Liquid Chromatography Quadrupole Time of Flight Mass Spectrometry (LC MS/MS Q-tof) and Evaluation of its anti Inflammatory Potential. Pharmacognosy Journal. 2017;9(3):350–355.
  3. Huang WW, Xu SZ, Xu YQ. A study of the antiarrhythmic mechanism of berberine on delayed activation potassium current by voltage clamp. Zhonghua Xin Xue Guan Bing Za Zhi, 20 (5): 310–2, 1992 | PMID 1306830
  4. « Berberine in the treatment of type 2 diabetes mellitus: a systemic review and meta-analysis », Evid Based Complement Alternat Med, vol. 2012,‎ , p. 591654 (PMID 23118793, PMCID 3478874, DOI 10.1155/2012/591654)
  5. « The effects of berberine on blood lipids: a systemic review and meta-analysis of randomized controlled trials », Planta Med., vol. 79, no 6,‎ , p. 437–46 (PMID 23512497, DOI 10.1055/s-0032-1328321)
  6. Jean-Pierre Lablanchy, « La berbérine améliore la déficience cognitive en favorisant la clairance autophagique et en inhibant la production de β-amyloïde de la maladie d'Alzheimer », sur Chronimed,‎ (consulté le 18 janvier 2018).
  7. a et b Zhao H, Halicka HD, Li J, Darzynkiewicz Z. Berberine suppresses gero-conversion from cell cycle arrest to senescence. Aging (Albany) 2013; 6: 623–636. PMID 23974852, DOI:10.18632/aging.100593
  8. Darzynkiewicz Z, Zhao H, Halicka HD, Li J, Lee Y-S, Hsieh T-C, Wu J. In search of anti-aging modalities: evaluation of mTOR- and ROS/DNA damage- signaling by cytometry. Cytometry A 2014;85A:386-99. PMID 24677687, DOI:10.1002/cyto.a.22452
  9. « Berberine », sur medlineplus.gov, .
  10. « Research progress on berberine with a special focus on its oral bioavailability », Fitoterapia, vol. 109,‎ , p. 274–82 (PMID 26851175, DOI 10.1016/j.fitote.2016.02.001)
  11. Shiyue Liu, Yi Zhang, Ping Zeng et Heli Wang, « Isolation and Characterization of a Bacterial Strain Capable of Efficient Berberine Degradation », International Journal of Environmental Research and Public Health, vol. 16, no 4,‎ , p. 646 (ISSN 1660-4601, DOI 10.3390/ijerph16040646, lire en ligne, consulté le 27 mars 2019)
  12. « Antimicrobial activity of berberine alone and in combination with ampicillin or oxacillin against methicillin-resistant Staphylococcus aureus », Journal of Medicinal Food, vol. 8, no 4,‎ , p. 454–61 (PMID 16379555, DOI 10.1089/jmf.2005.8.454)
  13. « Poster Presentations », FEBS Journal, vol. 277,‎ , p. 37–271 (DOI 10.1111/j.1742-4658.2010.07680.x)
  14. Li Y., Zuo G.-Y. 'Advances in studies on antimicrobial activities of alkaloids" Chinese Traditional and Herbal Drugs 2010 41:6 (1006–1014)
  15. « Synergy in a medicinal plant: antimicrobial action of berberine potentiated by 5'-methoxyhydnocarpin, a multidrug pump inhibitor », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 97, no 4,‎ , p. 1433–7 (PMID 10677479, PMCID 26451, DOI 10.1073/pnas.030540597, Bibcode 2000PNAS...97.1433S)
  16. « Inhibitory effects of golden thread (Coptis chinensis) and berberine on Microcystis aeruginosa », Water Science & Technology, vol. 61, no 3,‎ , p. 763–9 (PMID 20150713, DOI 10.2166/wst.2010.857)
  17. a b c et d Rui Zhang, Jie Yang, Juan Wu et Lingling Xiao, « Berberine promotes osteogenic differentiation of mesenchymal stem cells with therapeutic potential in periodontal regeneration », European Journal of Pharmacology, vol. 851,‎ , p. 144–150 (ISSN 0014-2999, DOI 10.1016/j.ejphar.2019.02.026, lire en ligne, consulté le 27 mars 2019)
  18. (en) Chen Xiao, Yan Liu, Qiang Wei et Quan Ji, « Inhibitory Effects of Berberine Hydrochloride on Trichophyton mentagrophytes and the Underlying Mechanisms », Molecules, vol. 24, no 4,‎ , p. 742 (ISSN 1420-3049, DOI 10.3390/molecules24040742, lire en ligne, consulté le 27 mars 2019)
  19. a et b (en) Anna Luganini, Beatrice Mercorelli, Lorenzo Messa et Giorgio Palù, « The isoquinoline alkaloid berberine inhibits human cytomegalovirus replication by interfering with the viral Immediate Early-2 (IE2) protein transactivating activity. », Antiviral Research, vol. 164,‎ , p. 52–60 (DOI 10.1016/j.antiviral.2019.02.006, lire en ligne, consulté le 27 mars 2019)
  20. a et b (en) Ting-Chun Hung, Alagie Jassey, Ching-Hsuan Liu et Chien-Ju Lin, « Berberine inhibits hepatitis C virus entry by targeting the viral E2 glycoprotein », Phytomedicine, vol. 53,‎ , p. 62–69 (DOI 10.1016/j.phymed.2018.09.025, lire en ligne, consulté le 28 mars 2019)
  21. (en) Mariana Batista, Ana Braga, Guilherme Campos et Marcos Souza, « Natural Products Isolated from Oriental Medicinal Herbs Inactivate Zika Virus », Viruses, vol. 11, no 1,‎ , p. 49 (ISSN 1999-4915, DOI 10.3390/v11010049, lire en ligne, consulté le 28 mars 2019)
  22. a b et c (en) Matteo Pirro, Daniela Francisci, Vanessa Bianconi et Elisabetta Schiaroli, « NUtraceutical TReatment for hypercholesterolemia in HIV-infected patients: The NU-TRY(HIV) randomized cross-over trial », Atherosclerosis, vol. 280,‎ , p. 51–57 (DOI 10.1016/j.atherosclerosis.2018.11.026, lire en ligne, consulté le 28 mars 2019)
  23. Shi-Fen Dong, Ying Hong, Ming Liu et Ying-Zhi Hao, « Berberine attenuates cardiac dysfunction in hyperglycemic and hypercholesterolemic rats », European Journal of Pharmacology, vol. 660, nos 2-3,‎ , p. 368–374 (ISSN 0014-2999, DOI 10.1016/j.ejphar.2011.03.024, lire en ligne, consulté le 17 janvier 2019)
  24. a et b Younggeon Jin et Anthony T. Blikslager, « Myosin light chain kinase mediates intestinal barrier dysfunction via occludin endocytosis during anoxia/reoxygenation injury », American Journal of Physiology-Cell Physiology, vol. 311, no 6,‎ , C996–C1004 (ISSN 0363-6143 et 1522-1563, DOI 10.1152/ajpcell.00113.2016, lire en ligne, consulté le 17 janvier 2019)
  25. Zhouqing Huang, Zhihua Han, Bozhi Ye et Zhenyu Dai, « Berberine alleviates cardiac ischemia/reperfusion injury by inhibiting excessive autophagy in cardiomyocytes », European Journal of Pharmacology, vol. 762,‎ , p. 1–10 (ISSN 0014-2999, DOI 10.1016/j.ejphar.2015.05.028, lire en ligne, consulté le 17 janvier 2019)
  26. Rongxin Zhang, Yuan Yuan Zhang, Xiao R. Huang et Yin Wu, « C-Reactive Protein Promotes Cardiac Fibrosis and Inflammation in Angiotensin II–Induced Hypertensive Cardiac Disease », Hypertension, vol. 55, no 4,‎ , p. 953–960 (ISSN 0194-911X et 1524-4563, DOI 10.1161/hypertensionaha.109.140608, lire en ligne, consulté le 17 janvier 2019)
  27. Yuxuan Qiu, Yuanyuan Xie, Kuijing Wang et Gengfeng Liu, « Berberine protects myocardial cells against anoxia‑reoxygenation injury via p38 MAPK‑mediated NF‑κB signaling pathways », Experimental and Therapeutic Medicine, vol. 17, no 1,‎ , p. 230–236 (ISSN 1792-0981, PMCID PMC6307361, DOI 10.3892/etm.2018.6949, lire en ligne, consulté le 17 janvier 2019)
  28. Hao Chen, Ruo-Qing Zhang, Xiao-Gang Wei et Xiao-Min Ren, « Mechanism of TLR-4/NF-κB pathway in myocardial ischemia reperfusion injury of mouse », Asian Pacific Journal of Tropical Medicine, vol. 9, no 5,‎ , p. 503–507 (ISSN 1995-7645, DOI 10.1016/j.apjtm.2016.03.021, lire en ligne, consulté le 17 janvier 2019)
  29. Yao-Jun Zhang, Shao-Hua Yang, Ming-Hui Li et Javaid Iqbal, « Berberine attenuates adverse left ventricular remodeling and cardiac dysfunction after acute myocardial infarction in rats: Role of autophagy », Clinical and Experimental Pharmacology and Physiology, vol. 41, no 12,‎ , p. 995–1002 (ISSN 0305-1870, DOI 10.1111/1440-1681.12309, lire en ligne, consulté le 17 janvier 2019)
  30. « Hemodynamic Improvement in Acutely Decompensated Diastolic Heart Failure with Nesiritide Infusion », Journal of Cardiac Failure, vol. 11, no 6,‎ , S107 (ISSN 1071-9164, DOI 10.1016/j.cardfail.2005.06.066, lire en ligne, consulté le 17 janvier 2019)
  31. Yi-yang Wang, Hong-mei Li, Hua-dong Wang et Xue-mei Peng, « Pretreatment with Berberine and Yohimbine Protects Against LPS-Induced Myocardial Dysfunction Via Inhibition of Cardiac I-κBα Phosphorylation and Apoptosis in Mice », Shock, vol. 35, no 3,‎ , p. 322–328 (ISSN 1073-2322, DOI 10.1097/shk.0b013e3181facf73, lire en ligne, consulté le 17 janvier 2019)
  32. (en) Maxwell KN, Breslow JL, « Adenoviral-mediated expression of Pcsk9 in mice results in a low-density lipoprotein receptor knockout phenotype » Proc Natl Acad Sci U S A, 2004;101:7100-7105
  33. (en) Le May C, Kourimate S, Langhi C et al. « Proprotein convertase subtilisin kexin type 9 null mice are protected from postprandial triglyceridemia » Arterioscler Thromb Vasc Biol, 2009;29:684–690
  34. (en) Ferri N, Tibolla G, Pirillo A et al. « Proprotein convertase subtilisin kexin type 9 (PCSK9) secreted by cultured smooth muscle cells reduces macrophages LDLR levels » Atherosclerosis, 2012;220:381–386
  35. (en) Urban D, Pöss J, Böhm M, Laufs U, « Targeting the proprotein convertase subtilisin/kexin type 9 for the treatment of dyslipidemia and atherosclerosis » J Am Coll Cardiol, 2013;62:1401-1408.
  36. Walley KR, Thain KR, Russell JA et al. PCSK9 is a critical regulator of the innate immune response and septic shock outcome, Sci Transl Med, 2014;6:258ra143
  37. (en) Leander K, Mälarstig A, van't Hooft FM et al. Circulating Proprotein Convertase Subtilisin/Kexin Type 9 (PCSK9) predicts future risk of cardiovascular events independently of established risk factors, Circulation, 2016;133:1230-1239
  38. a b c d et e Pengfei Liu, Yue Gu, Jie Luo et Peng Ye, « Inhibition of Src activation reverses pulmonary vascular remodeling in experimental pulmonary arterial hypertension via Akt/mTOR/HIF-1<alpha> signaling pathway », Experimental Cell Research,‎ (ISSN 0014-4827, DOI 10.1016/j.yexcr.2019.02.022, lire en ligne, consulté le 27 mars 2019)
  39. Xi Xu, Xiao-Peng Zhu, Jin-Yun Bai et Pu Xia, « Berberine alleviates nonalcoholic fatty liver induced by a high-fat diet in mice by activating SIRT3 », The FASEB Journal,‎ , fj.201802316R (ISSN 0892-6638 et 1530-6860, DOI 10.1096/fj.201802316r, lire en ligne, consulté le 27 mars 2019)
  40. a b et c Feifei Zhang, Tong Ma, Peng Cui et Amin Tamadon, « Diversity of the Gut Microbiota in Dihydrotestosterone-Induced PCOS Rats and the Pharmacologic Effects of Diane-35, Probiotics, and Berberine », Frontiers in Microbiology, vol. 10,‎ (ISSN 1664-302X, DOI 10.3389/fmicb.2019.00175, lire en ligne, consulté le 27 mars 2019)
  41. a b c et d (en) Andrés E. Ortiz-Flores, Manuel Luque-Ramírez et Héctor F. Escobar-Morreale, « Pharmacotherapeutic management of comorbid polycystic ovary syndrome and diabetes », Expert Opinion on Pharmacotherapy, vol. 19, no 17,‎ , p. 1915–1926 (ISSN 1465-6566 et 1744-7666, DOI 10.1080/14656566.2018.1528231, lire en ligne, consulté le 27 mars 2019)
  42. a b et c (en) Meng-Fei Li, Xiao-Meng Zhou et Xue-Lian Li, « The Effect of Berberine on Polycystic Ovary Syndrome Patients with Insulin Resistance (PCOS-IR): A Meta-Analysis and Systematic Review », Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine, vol. 2018,‎ , p. 1–8 (ISSN 1741-427X et 1741-4288, DOI 10.1155/2018/2532935, lire en ligne, consulté le 27 mars 2019)
  43. Sang-Yong Han et Yun-Kyung Kim, « Berberine Suppresses RANKL-Induced Osteoclast Differentiation by Inhibiting c-Fos and NFATc1 Expression », The American Journal of Chinese Medicine, vol. 47, no 02,‎ , p. 439–455 (ISSN 0192-415X et 1793-6853, DOI 10.1142/s0192415x19500228, lire en ligne, consulté le 27 mars 2019)
  44. a b et c Lin Lu, Jialang Hu, Qipeng Wu et Ying An, « Berberine prevents human nucleus pulposus cells from IL‑1β‑induced extracellular matrix degradation and apoptosis by inhibiting the NF‑κB pathway », International Journal of Molecular Medicine,‎ (ISSN 1107-3756 et 1791-244X, DOI 10.3892/ijmm.2019.4105, lire en ligne, consulté le 27 mars 2019)
  45. a b c et d Jing Zhou, Yun Yu, Xue Yang et Ying Wang, « Berberine attenuates arthritis in adjuvant-induced arthritic rats associated with regulating polarization of macrophages through AMPK/NF-кB pathway », European Journal of Pharmacology, vol. 852,‎ , p. 179–188 (ISSN 0014-2999, DOI 10.1016/j.ejphar.2019.02.036, lire en ligne, consulté le 27 mars 2019)
  46. A.Mat et G. Sariyar, « Alkaloids and Bioactivity of Papaver Dubium Subsp. Dubium and P. Dubium Subsp. Laevigatum », Natural Product Letters,‎ (lire en ligne)