Benoît Vermander

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Benoît Vermander, né en 1960, est un jésuite français, sinologue et politologue, professeur de sciences religieuses à la faculté de philosophie de l'université Fudan, à Shanghai[1],[2], où il est également directeur scientifique du « Centre Matteo-Ricci – Xu Guangqi sur le dialogue ». Il a été directeur de l’Institut Ricci de Taipei de 1996 à 2009 ainsi que directeur de rédaction de la revue en langue chinoise Renlai et du magazine électronique eRenlai.com l’un et l’autre publiés par l’Institut.

Il est consultant auprès du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux[3] et chercheur associé à Asia Centre[4]. Il est titulaire d’un doctorat en science politique de l’Institut d'études politiques de Paris, d’un doctorat en théologie des facultés jésuites de Paris (Centre Sèvres), d’un M.A et M. Phil en science politique de l’université Yale, et d’une maîtrise en théologie de l'université catholique Fu-Jen à Taïwan.

Ses travaux portent notamment sur les religions chinoises aujourd’hui et la théologie catholique chinoise, sur la minorité Yi dans le Sichuan, sur la place de la Chine dans la mondialisation, et sur les expressions contemporaines de la religion civile. Sous son nom chinois (Wei Mingde, 魏明德), il a publié plusieurs livres en Chine et à Taïwan, une partie de ces essais étant traduits du français ou de l’anglais. Sous le nom d’artiste de Bendu (笨篤), il produit également une œuvre de peintre chinois et de calligraphe.

Le modèle de développement chinois et la globalisation[modifier | modifier le code]

Il a mis en lumière la relation systémique entre l’ascension chinoise et le processus de globalisation (La Chine ou le temps retrouvé, les figures de la mondialisation et l’ascension chinoise, Academia-Bruyant, 2008; Chine verte ou Chine brune, les défis de l’État-parti, Presses de Sciences Po, 2007)[5]. Il a étendu cette recherche à l’étude des facteurs internes et externes expliquant les caractéristiques du modèle de responsabilité sociale des entreprises en Chine (Corporate Social Responsibility in China, World Scientific, 2014)[6],[7].

Il a aussi étudié les effets de la globalisation sur la société chinoise locale, notamment au travers du cas de la Préfecture autonome Yi de Liangshan, au sud-ouest du Sichuan (L’Enclos à moutons, Les Indes savantes, 2007). Cette étude locale est lié à un projet de développement conduit avec le professeur Stevan Harrell de l’université de Washington, et un groupe de chercheurs Yi[8].

Religions et spiritualités chinoises[modifier | modifier le code]

Plusieurs de ses publications étudient la transformation du paysage religieux chinois et la façon dont le christianisme contribue à cette transformation tout en étant lui-même affecté par la façon dont la Chine réévalue sa tradition propre (Shanghai Sacred, 2018; Le Christ Chinois, DDB, 1998; Les mandariniers de la rivière Huai, DDB, 2002; L’Empire sans milieu, DDB, 2010). Dans ce dernier livre et plusieurs articles, il analyse la façon dont le réveil religieux chinois s’accompagne d’une redéfinition de l’ethos religieux et des formes sociétales[9]. Dans Shanghai Sacred[10], publié en collaboration avec Liz Hingley et Liang Zhang, il conjugue l’étude des religions chinoises contemporaines avec, d’une part, celle des conséquences culturelles du modèle chinois de globalisation, d’autre part celle des évolutions récentes de la « religion civile » chinoise. Sa recherche sur la généalogie et les expressions de la « religion civile » est poursuivie dans Versailles, la République et la Nation, ouvrage qui s’intéresse aux recompositions de la sacralité sociale dans une perspective comparée[11]. Dans la même perspective il intervient fréquemment sur la question de la « sinisation » des religions[12],[13],[14].

Il s’intéresse dans le même temps à la dimension spirituelle de la philosophie chinoise antique et sur la façon dont sa réinterprétation peut enrichir la quête spirituelle contemporaine dans une perspective interreligieuse[15].

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Sélectionné en comme l’une des cinquante personnalités les plus influentes dans les relations franco-chinoises des cinquante dernières années[16].
  • Chevalier des Palmes académiques.
  • Prix Auguste-Pavie 2013 décerné par l'Académie des sciences d'outre-mer pour Les Jésuites et la Chine[17].
  • Prix Albert-Thibaudet 2011 décerné par l’Association française de relations internationales (AFRI) pour L’Empire sans milieu.

Publications[modifier | modifier le code]

Cette section contient une liste non exhaustive de ses œuvres écrites.

  • Violence et Politique, Hsinchuang, FuJen University Press, 1995 (en chinois).
  • Veilleur de Jour, peintures de Li Jinyuan, texte et poèmes de Benoît Vermander, c.361, 1996.
  • Le Christ chinois, héritages et espérance (sous la direction de Benoît Vermander), Paris, Desclée de Brouwer, 1998, 256 p.
  • Cœur du ciel, Cœur de l’homme (édité par by Fuxing, D., Shen, V., Vermander, B.). Taipei, Li-hsü, 1999 (en chinois).
  • Conflict et Réconciliation: Culture de la Paix à Taiwan, Taipei, Li-hsü, 2000 (en chinois).
  • Les Mandariniers de la rivière Huai, le réveil religieux de la Chine, Desclée de Brouwer, 2002.
  • Le Dieu partagé, sur la route de Francois Xavier, Supplément Vie Chrétienne, n.478, 2002.
  • Creeds, Rites and Videotapes, narrating religious experience in East Asia, Taipei Ricci Institute, 2004 (sous la direction d’Elise Anne DeVido et Benoît Vermander).
  • La Chine en quête de ses frontières, la confrontation Chine Taiwan, Paris, Presses de Sciences Po, 2005 (en collaboration avec Jean-Pierre Cabestan).
  • Chine verte ou Chine brune, les défis de l’État-parti, Presses de Sciences Po, 2007.
  • Sagesse chinoise et méditation chrétienne, Arsis, 2007
  • L’enclos à moutons, un village nuosu au sud-ouest de la Chine, Les Indes savantes, 2007.
  • La Chine ou le temps retrouvé, les figures de la mondialisation et l’ascension chinoise, Academia-Bruyant, 2008.
  • Shamanism and Christianity: Religious Encounter among Indigenous Peoples of East Asia, Taipei Ricci Institute, Taipei, Taiwan 2008 (sous la direction d’Olivier Lardinois et Benoît Vermander).
  • L'Empire sans milieu, essai sur la 'sortie de la religion' en Chine, DDB, Paris, 2010.
  • A taire et à planter, recueil de poèmes, DDB, Paris, 2010.
  • Les Jésuites et la Chine, Bruxelles, Lessius, 2012.
  • Le dialogue comme un jeu (duihua ru youxi), Beijing, Beijing Commercial Press, 2012 (en chinois).
  • Anthologie sur la religion romaine antique (gu luoma zongjiao duben), avec Yaling Wu, Beijing, Beijing Commercial Pres, 2012 (en chinois).
  • Corporate Social Responsibility in China: A Vision, an Assessment and a Blueprint, World Scientific, Singapore, 2014 (traduction chinoise : Shanghai, Presses de l’université Jiaotong, 2014).
  • Culture et Spiritualité (wenhua yu lingixng, en Chinois) (édité en collaboration avec Claire Shen Xiuzhen), Shanghai, Zhongxi shuju, 2016.
  • Danser sur le pont, rencontres et dialogue interculturels (wu zai qiao shang, kuawenhua xinagyu yu duihua, en Chinois), (en collaboration avec Lu Jin), Beijing, Peking University Press, 2016.
  • Chose Promise, poème. Paris, Orients Editions, 2016   
  • Shanghai Sacred. The religious landscape of a global city (with Liz Hingley and Liang Zhang), Seattle University of Washington Press, 2018.
  • Versailles, la République et la Nation, Les Belles Lettres, 2018.

Bendu[modifier | modifier le code]

Bendu (笨篤) est le nom d’artiste de Benoît Vermander. Il a notamment étudié sous la direction du peintre sichuanais Li Jinyuan (李金遠). En duo avec ce dernier, il a exposé au Réfectoire des Jacobins (Toulouse, 1996), au Parlement Européen (Strasbourg, 1996), à la Galerie nationale (Pékin, 1997), à la Galerie du Sichuan (Chengdu, 1997). Il a tenu des expositions solo à l’Université Fu Jen (Taipei, 1993), l’université de San Francisco (1999), à l’Institut français de Taipei (2002), à l’Académie de peinture et Calligraphie de Chengdu (2002), au Centre Beida (Tainan, 2004), au Centre Kwanghua (Hong Kong, 2005), à la Fondation Tibéto-Mongole (Taipei, 2008), à la Galerie Sunbow de Shanghai (2008) ainsi qu'à la "Open Space Gallery" (Shanghai, 2017)[18] entre autres lieux. Il a publié plusieurs recueils de poèmes et peintures, à Taïwan et en Chine.

Son art se caractérise par l’usage de traits calligraphiques audacieux, l’influence des paysages et des motifs des ethnies tibéto-birmanes du sud-ouest de la Chine, le métissage des traditions et des techniques.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Chuangsheji (Genèse), Faculté de théologie de Fu Jen, 1995.
  • Tianlu licheng (Le voyage du pèlerin), en collaboration avec Li Jinyuan, Presses artistiques du Sichuan, 1997.
  • Les deux nuits de Jacob (recueil de poèmes et peintures, français-chinois), Taipei Ricci Institute, 2002.
  • Youmu jiyi (Mémoire Nomade), Taipei, Renlai, 2008.
  • Senlin zhong de banmangren (Half-Blind in the Forest), recueil chinois-anglais, Shanghai, Sunbow Gallery, 2008.
  • Taiwan’s Color Code (photos albums, bilingual Chinese-English), Shanghai, AZ Cultural Enterprise, 2010.
  • Seeing the Mountain, Drawing the City (avec Liang Zhun), Shanghai, Xuhui Art Museum, 2014.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jamil Anderlini, « The rise of Christianity in China », Financial Times,‎ november 7, 2014 6:01 am (ISSN 0307-1766, lire en ligne, consulté le 21 mai 2015)
  2. « 魏明德(Benoît Vermander) », sur philosophy.fudan.edu.cn (consulté le 21 mai 2015)
  3. « jesuit scholar appointed consultor to pontifical council for interreligious dialogue - ucanews.com » (consulté le 21 mai 2015)
  4. « | Asia Centre - CentreAsia.eu », sur www.centreasia.eu (consulté le 21 mai 2015)
  5. (en) Jean-Paul Maréchal, « Benoît Vermander, Chine brune ou Chine verte? Les dilemmes de l’État-Parti », China Perspectives,‎ , p. 109-111 (ISSN 1996-4617, lire en ligne, consulté le 16 juillet 2015)
  6. « Will Chinese firms ever take social responsibility seriously? - ucanews.com » (consulté le 16 juillet 2015)
  7. « Asian Century Institute - CSR with Chinese Characteristics? », sur www.asiancenturyinstitute.com (consulté le 16 juillet 2015)
  8. « Who We Are | Cool Mountain Education Fund », sur www.coolmountainfund.com (consulté le 16 juillet 2015)
  9. Benoît Vermander, « China Perspectives », China Perspectives,‎ (ISSN 1996-4617, lire en ligne, consulté le 16 juillet 2015)
  10. (en) « Shanghai Sacred | Reading Religion », sur readingreligion.org (consulté le 5 octobre 2018)
  11. Versailles, la République et la Nation : Benoît VERMANDER, Paris, les Belles lettres, , 510 p. (ISBN 978-2-251-44844-2, lire en ligne)
  12. « Interview de Benoît Vermander dans Le Point : "Le pouvoir chinois presse les religions de se siniser" | Jésuites », sur www.jesuites.com (consulté le 5 octobre 2018)
  13. La-Croix.com, « Le christianisme est une religion chinoise à part entière », sur La Croix, (consulté le 5 octobre 2018)
  14. La-Croix.com, « En Chine, les contenus religieux en ligne seront bientôt censurés », sur La Croix, (consulté le 5 octobre 2018)
  15. « Vermander on Spiritual Paths | President John J. DeGioia | Georgetown University », sur president.georgetown.edu (consulté le 16 juillet 2015)
  16. « 50 ans 50 personnes : les personnalités qui ont marqué les relations sino-françaises », sur french.china.org.cn (consulté le 16 juillet 2015)
  17. « Prix Auguste Pavie », sur www.academieoutremer.fr (consulté le 16 juillet 2015)
  18. « 上海新华发行集团 », sur www.shxinhua.net (consulté le 4 mai 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]