Benoit Solès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Benoît Solès)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Benoit Solès
Description de cette image, également commentée ci-après
Photo : Nicolas Bruant.
Nom de naissance Benoit Solès
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Comédien
Films notables Une jeunesse dorée
La Fille du RER
Site internet www.benoit-soles.com

Benoit Solès est un comédien français[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire d'Agen, Benoit Solès (de son vrai nom Benoit Etchart, Solès étant le nom de jeune fille de sa mère) quitte ses études en hypokhâgne sur les conseils de Pierre Palmade, pour intégrer la Classe Supérieure d'Art Dramatique de Paris (CSAD). Roger Louret le fait débuter dans deux spectacles musicaux primés aux Molières (La Java des Mémoires et Les Années Twist). Puis Jean-Luc Tardieu lui offre ses premiers rôles au théâtre, aux côtés de Madeleine Robinson et Michel Blanc. Il débute ensuite à la télévision dans la série Le Juste (avec Claude Brasseur) et tourne dans de nombreuses séries télévisées, comme Les Vacances de l'amour ou Plus belle la vie.

Mais c'est au théâtre qu'on le retrouve le plus souvent, comme dans Appelez-moi Tennessee, dont il est aussi l'auteur [2], Bash (avec Sarah Biasini), Cyrano de Bergerac, mis-en-scène par Henri Lazarini, ou Rupture à Domicile de Tristan Petitgirard, qui signe également la mise-en-scène de La Machine de Turing, qui sera repris au Théâtre Michel (Paris) après son triomphe au Festival Off d'Avignon 2018.

Il s'est engagé auprès de Nathalie Kosciusko-Morizet lors de l'élection municipale de 2014 à Paris et figurait en seconde position sur la liste du 3e arrondissement[3]. Il est élu conseiller d'arrondissement. Lors de l'attentat contre Charlie Hebdo, il se trouvait juste en face, à la Comédie Bastille, où il répétait la pièce Rupture à Domicile[4]. Il aida alors les personnes impliquées.

Pour La Machine de Turing, il reçoit le prix théâtre de la "Fondation Charles Oulmont", l'Étoile du journal Le Parisien de la meilleure pièce de théâtre de l'année 2018 et 2 prix lors de la Cérémonie des Molières 2019 : meilleur auteur francophone vivant et meilleur comédien dans un spectacle de théâtre privé.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Daic Audouit, « Benoit Solès, plus belle la vie avec NKM », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 14 mai 2015).
  2. Sources site officiel Benoit Solès
  3. Benoît Solès, « Engagé, mais libre », in huffingtonpost.fr, 3 janvier 2014.
  4. « Le jour où le théâtre de la Comédie Bastille, voisin de Charlie Hebdo, est passé du rire aux larmes », sur francetv info (consulté le 1er février 2016)