Benoît Régent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Régent.
image illustrant un acteur image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un acteur français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques.

Benoît Régent
Naissance
Nantes, Loire-Atlantique, France
Nationalité Drapeau de France Français
Décès (à 40 ans)
Zurich, Suisse
Profession Acteur

Benoît Régent est un acteur français, né le [1] à Nantes et mort le à Zurich.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après le cours Périmony, Benoît Régent, admis au Conservatoire national supérieur d'art dramatique de Paris, suit l'enseignement d'Antoine Vitez et de Jean-Paul Roussillon. Il débute sur scène en 1970 dans Tête d'or de Paul Claudel, mis en scène par Denis Llorca. Il intègre ensuite, avec d'autres débutants comme Thierry Fortineau et Christophe Malavoy, la troupe du jeune metteur en scène américain Stuart Seide pour jouer Troïlus et Cressida de Shakespeare en 1974 et Dommage qu'elle soit une putain de John Ford. Le succès de ces spectacles montés avec très peu de moyens lance la carrière de ces jeunes gens. En 1981, Patrice Chéreau le dirige au théâtre dans Peer Gynt de Henrik Ibsen, puis en 1983 dans Les Paravents de Jean Genet.

Au cinéma longtemps cantonné dans des rôles secondaires, il est remarqué dans La Diagonale du fou de Richard Dembo qui lui vaut une nomination au César du meilleur espoir masculin en 1985. Il accède enfin aux rôles importants avec des films comme Une flamme dans mon cœur (1986) d'Alain Tanner, La Bande des quatre (1988) de Jacques Rivette, J'entends plus la guitare de Philippe Garrel. Il obtient une plus grande reconnaissance critique et publique en apparaissant dans Trois couleurs : Bleu de Krzysztof Kieslowski, puis ...à la campagne de Manuel Poirier. Mais Benoît Régent meurt prématurément d'une rupture d'anévrisme, à la fin du tournage de Noir comme le souvenir de Jean-Pierre Mocky en 1994.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nommé aux Césars du cinéma 1985 comme meilleur espoir masculin pour sa prestation dans La Diagonale du fou.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Benoît Régent sur Les gens du cinéma.com

Liens externes[modifier | modifier le code]